navigation

Big Bang ? 1 août, 2008

Posté par hiram3330 dans : Non classé , 13 commentaires

 

 

 

1407611215.gif

La Voûte Étoilée

vient de donner naissance,

par scissiparité volontaire,

à la Voie Lactée

001.jpg

Désormais la Voûte Étoilée (www.hiram3330.unblog.fr)

se consacrera principalement à ses recherches …

alors que la Voie Lactée (www.chris.unblog.fr)

poursuivra son chemin dans le domaine de

l’Imaginaire …

eternitydarrellglidden.jpg

Les deux espaces intemporels

restent néanmoins liées .. unis …..

car l’Espace et le Temps,

qui n’existent pas,

sont indissociables …….

gompa.jpg

Les Deux en Un

seront toujours heureux

de votre visite,

de vos commentaires,

de vos contributions … si vous le souhaitez …..

planeteagua.jpg

Chris

le Premier d’Août 6008

La Voûte Etoilée … 13 juin, 2008

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union , 11 commentaires

 

Le matin en me levant, je contemple les étoiles…

 

 

La voûte étoilée

 

La voûte étoilée

 

C’est en levant les yeux au ciel,

tout en gardant les pieds sur terre,

qu’il nous est permis de voir,

d’observer,

d’être …

Dhammananda – La nonne combative 8 août, 2022

Posté par hiram3330 dans : Contribution,Silhouette , ajouter un commentaire

Dhammananda – La nonne combative

 
Dhammananda – La nonne combative dans Contribution Ida-Radogowski-150x150

Par Ida Radogowski
5 août 2022
Dhammananda dans Silhouette

Dhammananda

En Thaïlande, Dhammananda est la seule femme à pouvoir se draper du civara, la robe de soie safran portée par les bonzes. Première femme bouddhiste ordonnée en Thaïlande, cette tout-juste sexagénaire tente d’instaurer un ordre monastique féminin dans son pays et d’y promouvoir l’égalité spirituelle des sexes.

En guise de salut, Dhammananda esquisse un signe bienveillant des yeux, qui adoucit fugitivement son regard pénétrant. La nudité de sa tête, intégralement rasée, dégage l’élégant ovale de son visage. En Thaïlande, elle est la seule femme à pouvoir se draper du civara, la robe de soie safran traditionnellement portée par les membres de la communauté monastique. Un privilège que lui vaut son ordination récente en tant que bikkhunni (nonne) selon la tradition theravada, l’école de pensée issue du boud­dhisme primitif.

Il y a plus de huit siècles, les bikkhunis disparaissaient d’Asie du Sud-Est. Privées d’ordre monastique consacré, les femmes thaïlandaises improvisent, aux alentours du XIIIème siècle, une congrégation religieuse de substitution : les Mae Chiis. Ces nonnes, au statut ambigu car non défini par le Bouddha, ni tout à fait laïques ni entièrement religieuses, sont, de fait, exclues de la communauté monastique. « Les femmes deviennent des Mae Chiis parce qu’elles n’ont pas le choix. Celles qui vivent à proximité des moines sont considérées comme des domestiques chargées des tâches ménagères . »

À la lumière des paroles proférées par le Bouddha, Dhammananda se fait l’apôtre de l’égalité spirituelle des sexes. Elle dénonce la perversion d’un système qui légitime l’infériorité des femmes sur le plan religieux. La dérive misogyne du bouddhisme, elle l’a étudiée pendant plus de trente ans avant d’investir totalement sa personne, à l’âge de 54 ans.

Accomplissement individuel de son chemin spirituel, son ordination est aussi le point de départ d’un ambitieux projet pour son pays : l’établissement d’une sangha (communauté) de bikkhunnis theravada en Thaïlande.

Accusée d’imposture

L’annonce de son ordination en 2001 sème la pagaille dans les rangs monastiques. Au cœur de la tourmente, Dhammananda se heurte à la réticence quasi unanime des vénérables bouddhistes. Accusée d’imposture, elle reçoit des lettres menaçantes et fait l’objet d’une enquête gouvernementale. « Quand j’ai été ordonnée, on m’a reproché de semer le trouble. Si mes censeurs sont confus, c’est parce que les moines de notre pays ont subi un lavage de cerveau depuis le début. Ils ont une compréhension faussée de l’ordination des femmes. »

La religieuse n’est pas du genre à mâcher ses mots, attitude d’autant plus surprenante que la discrétion et la retenue sont des qualités appréciées ici. Dans sa ligne de mire, le discours fataliste des autorités monastiques, selon lequel il est impossible de procéder à une ordination sans les descendants directs de la lignée originelle: toute rupture du lien de filiation (maître-disciple) qui permet la transmission de l’enseignement et le renouvellement de la communauté est considérée comme définitive.

« La polémique concerne les conditions de mon ordination. D’après les règles de la vie monastique, l’ordination d’une femme nécessite la présence de cinq bikkhunnis et cinq bikkhus. Comme il n’existait pas de bikkhunni en Thaïlande, je suis allée au Sri Lanka. »

Dans ce pays, de tradition theravada, comme en Thaïlande, la résurrection de l’ordre des bikkhunnis est une réalité depuis 1996.

Présidente et cofondatrice de l’organisation internationale Sakyadhita (Filles de Bouddha) en 1993, Dhammananda est aux premières loges pour y suivre l’évolution du mouvement bouddhiste féminin. Basée au Sri Lanka, l’association promeut le statut de bikkhuni et favorise l’accès à l’éducation des nonnes asiatiques. Trois ans plus tard, c’est sur le sol sri lankais qu’ont lieu les premières ordinations de bikkhunis theravada.

L’accomplissement spirituel de Dhammananda est le fruit d’une longue maturation entamée dès l’enfance. « Pour expliquer cette décision, je dois parler de ma mère. Quand elle est devenue Mae Chii en 1956, j’étais âgée de 10 ans, la pleine ordination des femmes n’existait pas en Thaïlande. Au lieu de quitter la maison, comme c’est le cas traditionnellement, elle a transformé notre maison en temple. »

Enfant, la « fille du temple» reçoit une éducation bouddhiste poussée. Plus tard, brillante universitaire, elIe approfondit ses connaissances théologiques et rédige sa thèse sur un sujet qui lui tient à coeur: le statut des nonnes bouddhistes. « J’ai découvert à ce moment-là qu’il était possible pour ma mère de se faire ordonner à Taiwan, selon la tradition mahayana (2). Je l’ai accompagnée dans sa démarche. »

Dharnmananda est loin de se douter que son engagement en faveur des femmes bouddhistes et le service rendu à sa mère guideront ses pas jusqu’à sa propre ordination.

Quand Chatsumarn Kabilsingh, de son nom laïque, décide de prêter serment, c’est une femme accomplie, mère de trois enfants, et à l’apogée de sa carrière. Professeur de philosophie bouddhiste depuis vingt ans, responsable des études indiennes au gouvernement, elle affiche le profil type de la femme publique hyperactive qui multiplie les casquettes et assiste à nombre de conférences internationales.

Socialement engagée

Comme un juste retour des choses, c’est dans le temple de sa mère, le Wat Kalyani, que Dhammananda s’installe, un havre de paix propice à la méditation. Dans le petit village de Nakhon Pathom, à une cinquantaine de kilomètres du tumulte de Bangkok, la nouvelle prêtresse s’impose facilement auprès des habitants comme l’égale des moines.

Plusieurs fois par semaine, elIe parcourt les rues pieds nus, accompagnée de ses trois novices, pour l’aumône: les offrandes servent de repas pendant deux ou trois jours. Au coin des maisons, devant l’entrée des jardins ou en pleine rue, les fidèles attendent son passage aux premières lueurs du jour, munis de petits sachets de riz, légumes ou douceurs sucrées.

Deux fois par jour, la petite congrégation se réunit autour d’une statue de Bouddha pour prier. Pour vivre en bikkhuni digne de ce nom, Dharnmananda respecte les 311 préceptes édictés par le Bouddha, comme celui de ne pas manger après 12 heures. Les contraintes de la vie monastique ne calment pas pour autant ses ardeurs et la sérénité qu’elIe affiche, a plutôt l’air d’une façade de convenance. Ordinateur portable, téléphone, piles de dossiers, le bureau où elle reçoit n’est pas celui qu’on imaginerait comme, étant celui d’une nonne.

« La majorité des gens pense qu’une bonne nonne doit vivre à l’écart du monde. Etre bikkhuni ne signifie pas se replier sur soi-même. Je crois que j’ai davantage de travail aujourd’hui que dans ma vie laïque. »

Cette « bouddhiste engagée », comme elle se qualifie elle-même, a tôt fait d’endosser le rôle de guide spirituel. Régulièrement, elle reçoit des anonymes qui restent plusieurs nuits au temple : « C’est mon devoir d’aider les gens et de les recevoir. S’ils viennent avec une souffance, je dois pratiquer la compassion et les écouter. »

Le Wat Kalyani est un lieu de passage : des femmes en retraite, étrangères curieuses, étudiants américains, journalistes qui la consultent a tout propos : « L’autre jour, la radio voulait avoir mon avis sur les femmes battues par leurs maris ivrognes. » Rien d’étonnant puisque la religieuse fait aussi entendre sa voix sur la place des femmes dans la société thaïlandaise.

Elle sait la portée sociale d’une communauté de bikkhuni, son impact positif sur l’image, parfois dégradée, des Thaïlandaises : « Il n’existait pas de femme en Thaïlande, susceptible de représenter un modèle sur le plan spirituel » Issues pour la plupart de milieux défavorisés et peu éduquées, les quelque 10000 Mae Chiis du pays ne sont pas en mesure de prétendre à ce rôle.

« C’est parce que les femmes ne peuvent pas être ordonnées, et qu’elles ont une image négative d’elles-mêmes, qu’elles sont reléguées à l’autre bout du spectre [la prostitution].

Pourquoi la porte se fermerait-elle aux femmes ordonnées, alors que celle qui mène à la prostitution est largement ouverte ? »

Elle consacre l’essentiel de son temps à favoriser l’accès des femmes à la spiritualité. À commencer par l’enseignernent du bouddhisme, jusqu’ici réservé aux hommes.

Régulièrement, le Wat Kalyani anime des formations théoriques. « Ce temple est le seul endroit qui offre la possibilité aux femmes de pratiquer et de recevoir une éducation spirituelle. » Obstinée, malgré la défiance du « haut clergé », la nonne ne doute pas un instant que son acharnement portera ses fruits. « J’ai confiance dans la société. Le changement arrivera. Je ne peux pas dire quand, mais ça viendra. » Sa patience est déjà récompensée : l’une de ses novices vient de se voir ordonnée.

Article venant du site Bouddhisme au féminin de CIaire Sauvaire – le Monde des Religions Mai 2006 –

Même si cet article date un peu, l’avancement des nonnes Thaïlandaises est vraiment en cours, elles sont un bel exemple pour toutes les nonnes des autres traditions bouddhistes .Ida Radogowski

Ida a créé avec d’autres personnes LA LETTRE DES DEUX VOIES pour favoriser des échanges et des liens entre Francs-Maçon (nes) qui sont déjà dans une démarche bouddhiste ou qui souhaite connaître un peu mieux le bouddhisme.La lettre est trimestrielle et gratuite, on peut s’y inscrire en précisant son Ob., sa L. et la Ville de résidence à ce mail : lesdeuxvoies@orange.fr

 

SOURCE : https://450.fm/2022/08/05/dhammananda-la-nonne-combative/

Logoheader450FM

Poésie Maçonnique… Solstices… 7 août, 2022

Posté par hiram3330 dans : Contribution , ajouter un commentaire

Poésie Maçonnique… Solstices…

 
 
- janvier 10, 2014
 
 
Poésie Maçonnique... Solstices... dans Contribution solstice-hiver
 
 
 
La nuit est abyssale,
Minuit plein va sonner
à l’horloge hivernale…

Là où l’obscurité domine la lumière,
Phébus n’est plus que lueur…
L’astre flamboyant semble immobilisé
à sa plus grande distance angulaire
comme frappé en plein cœur
au temps du Solstice d’ hiver,
 
Le grain  puise ses forces dans la sombre matrice
Qu’il en soit ainsi !   Dies natalis solis…
Des ténèbres, jaillira la lumière!
 
Janus au double visage,
Maitre des commencements et des fins
L’Evangeliste garde la porte hivernale
à l’heure du clepsydre solsticial
Porteur des clés d’or et d’argent,
nous ouvrant le passage
Tout se passe ici et maintenant
 
L’ universel transcende l’humain

du Verbe incarné fut le bien aimé
Pour que puisse accueillir  l’opposé…
Sol in Victus… ascension de la clarté
par le Baptiste à la Saint Jean d’été

L’aigle de Patmos ouvre ses ailes
se poursuit le cycle immortel
pour triompher des ténèbres…
Au sombre cortège funèbre

Puissance de la vie qui se régénère

L ‘Esprit descend dans la matière
Que s’éveille l’infime poussière

La Connaissance révèlera la Lumière

winter_solstice_pivato_800c dans Contribution
SOURCE  :  http://frangine59460.blogspot.com/2014/01/solstices.html

LE TRIBUNAL SPECIAL POUR LA REPRESSION DE LA FRANC-MACONNERIE ET DU COMMUNISME

Posté par hiram3330 dans : Recherches & Reflexions , ajouter un commentaire

LE TRIBUNAL SPECIAL POUR LA REPRESSION DE LA FRANC-MACONNERIE ET DU COMMUNISME

 

Le Tribunal spécial pour la répression 
de la franc-maçonnerie et du communisme (TERMC)
était l'une des 25 juridictions spéciales
établies par le régime franquiste
tout au long de son existence. 

Le Tribunal spécial pour la répression de la franc-maçonnerie et du communisme était un organe judiciaire spécial qui existait en Espagne sous le régime de Franco . C’était l’une des organisations chargées de mener la répression sous le régime franquiste . Elle est née avec la promulgation le 1er mars 1940 de la loi pour la répression de la franc-maçonnerie et du communisme, qui répondait à la propre fixation du général Franco sur la franc- maçonnerie , qu’il tenait pour responsable de ce qu’il considérait comme les maux du pays depuis le XIXe siècle. XVIII. 

LE TRIBUNAL SPECIAL POUR LA REPRESSION DE LA FRANC-MACONNERIE ET DU COMMUNISME dans Recherches & Reflexions telechargement-3

L’article premier de la loi est suffisamment illustratif de l’extraordinaire portée punitive qui était accordée à son application puisque pratiquement tout comportement hétérodoxe pouvait relever du champ d’application d’une politique répressive : « Il constitue une figure du crime, puni conformément aux dispositions de la cette loi.,

 

Le 4 juin 1940, la composition de la Cour est décrétée, présidée par Marcelino Ulibarri agissant en tant que membres, le général Francisco Borbón y de la Torre, le conseiller national de la Phalange, Juan Granell Pascual, et les juristes Juan García Luna et Sánchez Tejerina. Quelques mois plus tard, en mars 1941, la cour est réorganisée. Celui-ci est devenu présidé par le lieutenant général Saliquet, avec le professeur de philosophie du droit Wenceslao González Oliveros agissant comme vice-président, qui à son tour a occupé la présidence de la Cour nationale des responsabilités politiques.

Le Tribunal spécial, bien qu’il ait été constitué en juin 1940, n’a commencé à fonctionner que le 1er avril 1941.

Le tribunal, après avoir examiné tous les documents qui sont entrés en sa possession, a accepté, en règle générale, de traiter le résumé. Les juges d’instruction étaient chargés de l’ouverture de la procédure et de son déroulement. Initialement, la juridiction était dotée de deux juges d’instruction spéciaux qui se déplaçaient de leurs bureaux à Madrid dans toutes les provinces, en ajoutant un troisième à la fin de 1941.

Les prévenus sont convoqués devant un tribunal désigné à cet effet où ils sont notifiés de l’ouverture du dossier et informés de leur prochaine convocation. Le résumé est le résultat du renversement de toutes les informations précédentes issues des dossiers rédigés par la Délégation aux Affaires Spéciales, la Délégation d’État à la Recouvrement des Documents, les délations, les services provinciaux de renseignements de la phalange, les délégations de l’ordre public, le Commissaire Général Politico-social de la Direction Générale de la Sûreté, des Archives Maçonniques du Commissariat Général de Renseignements et de la Section Franc-Maçonnerie du Service de la Sûreté Nationale.

Le tribunal a fonctionné jusqu’à sa suppression par la loi 154/1963 du 2 décembre, dans le cadre de la création du Tribunal de l’ordre public comme nouvel outil juridictionnel pour combattre une opposition sociale, politique et syndicale mieux structurée. La Commission de liquidation qui était chargée d’accomplir légalement ses tâches est restée en fonction jusqu’en 1971.

Le noyau de base de la documentation générée par le Tribunal spécial pour la répression de la franc-maçonnerie et du communisme est constitué par les plus de 64 000 dossiers judiciaires qu’il a traités au cours de ses 23 ans d’existence, et qui se trouvent au Centre Documentaire de Mémoire Historique , à Salamanque.

Documentation du Tribunal spécial contre la répression de la franc-maçonnerie et du communisme à Dara

 

SOURCE : https://www.gadlu.info/le-tribunal-special-pour-la-repression-de-la-franc-maconnerie-et-du-communisme/

Digression … La musique qui accompagne les morts – L’EXTRA Lab S4E1 (Extrait)

Posté par hiram3330 dans : Digression , ajouter un commentaire

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Protégé : LE PERFECTIONNEMENT DE l’HOMME a-t-il des limites ? – 4°- 6 août, 2022

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Contribution,Perfection.... , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Question de Temps 5 août, 2022

Posté par hiram3330 dans : Recherches & Reflexions , ajouter un commentaire

Question de Temps

1 Septembre 2021 , Rédigé par Lurker Publié dans #Paroles, #Miscellanées

Question de Temps dans Recherches & Reflexions image%2F0568879%2F20210901%2Fob_beffba_image2

« Il ne suffit pas du tout à l’homme de savoir si
Dieu est. Il veut savoir s’il est quelqu’un et s’il répond. »

Lanza Del Vasto
Principes et Préceptes.

« Per conformitatem intellectu et rei verititas definitur »
Saint Thomas d’Aquin

 

L’une des questions les plus fondamentales que se soit jamais posé l’homme est de savoir ce que lui réserve l’avenir, comprendre quel peut être l’ordre du temps… Car, de l’ensemble de la Création, c’est lui qui justifie le plus intensément, de par son libre arbitre, le besoin d’un ordre extérieur immuable. Soit pour le régenter, soit pour s’y soumettre. Cette construction ordonnée, du moins la définition qu’on lui donne, détermine la structure des sociétés et les rapports que l’individu place entre son devenir et son comportement.

 

Contrairement au reste du monde animal, aux êtres vivants qualifiés d’inférieurs dont les attitudes sont réglées par des instincts ou des tropismes si rigoureux qu’ils sont presque dépourvus de tout choix, l’homme a, lui, la capacité de choisir. Il a donc la possibilité d’abandonner certaines options. Du moins a-t-il conscience de l’éventualité de cette possibilité, à tel point qu’il constitue des rituels qui lui permettront de régler ses comportements et d’en déterminer les fondements.

Exploiter les alternatives amène au besoin de prévoir, de comprendre, de questionner un ordre extérieur, de ramener un certain nombre d’actes à une règle générale qui permette de substituer le libre arbitre à un mode global en accord avec un ensemble donné de coutumes, rituels, religions, codes moraux, etc… Ces fonctions alternatives, et souvent empiriques, ne sont d’ailleurs pas systématiquement d’ordre philosophiques ou anthropologiques, elles peuvent aussi apparaître sous une forme plus concrète.

On sait que, soumis à une pression X, un corps se compressera de telle ou telle manière. L’ordre des choses prend ici la forme d’une donnée vérifiée et vérifiable qu’il n’est plus nécessaire d’expérimenter à chaque fois que l’on souhaite y faire référence. C’est ce que l’on nomme  »science ». Les rituels sont de même nature et offrent la possibilité unique de permettre à qui les pratique de prévoir ce qui va se passer. Mais les résultats son loin d’être fiables ou reproductibles. Cependant, dans le cas où aucun des éléments nécessaires à la construction de cet ensemble d’alternatives ne répond à la problématique immédiate, l’angoisse de la décision ou du questionnement peut devenir tel qu’il devienne nécessaire de trouver ailleurs les réponses, voire de déterminer un nouveau système de référence. Partant de là, de donner à un certain nombre d’éléments, de formes, d’images, une signification déterministe.

Que la réponse donnée à la construction de l’ordre du Temps prenne la forme d’accompagnement des morts dans leurs dernières demeures, de bijoux, de techniques particulièrement soignées d’embaumement, ou bien d’une pratique particulière permettant de donner une réponse immédiate au fantasme d’une projection d’événements, elle fait, le plus souvent, référence à des pensées plus profondes que le simple constat d’un comportement extérieur. L’illusion de l’éternité ainsi construite va plus loin que la simple pratique gestuelle ou la simple référence à des modes signifiants.

Liés tant au devenir de l’homme qu’à la raison même de son existence, l’usage des moyens qui seront mis en œuvre pour répondre au  problème posé par ce que l’on perçoit comme le nécessaire ordre des choses ne peut se rapporter, si l’on se contente d’un premier degré de l’étude, qu’à la conscience d’un plan d’ensemble de la création plus grand que la Création elle même. C’est ce que les néo-créationnistes, désireux de trouver un moyen d’évidence permettant de donner au monde un début facilement identifiable, nomment le Grand Dessein. C’est le concept le plus largement utilisé depuis la Gnose de Princeton. Dans les domaines de la préscience, l’homme se place plus souvent comme observateur que comme acteur, même si les données qu’il utilise pour observer ne sont rien d’autre que ses propres créations.

image%2F0568879%2F20210901%2Fob_bfeea6_59c31269d6c178902631dc675e95dc84 dans Recherches & Reflexions

De fait, les Lois immuables de la physique changent avec le Monde et les relations qu’elles entretiennent avec un ordre extérieur que l’homme s’impose sont, bien souvent, un substitut  à ce qui justifie le comportement. Ce qui n’est pas inné devient au mieux culturel, voire, au pire, cultuel, ce qui, dans tous les cas, permet de stopper la question au moment où elle se pose..

Mais, la Question reste néanmoins en suspend : existe-t-il un plan d’ensemble qui, à lui seul justifierait l’existence et libérerait ainsi l’être humain de ses responsabilités et de sa volonté fondamentale de pouvoir agir et se situer dans le pourquoi de l’Univers. Un plan d’ensemble qui viendrait justifier la réalité même de ce qui est humain dans l’humanité, dans le cycle d’une vie autrement et qui pourrait dépendre d’autre chose que du hasard ? En d’autres termes, une formulation rassurante de l’existence. L’Être Humain a-t-il une raison d’être et, au delà de cette raison, qu’est-ce qui peut justifier ses actes ? On l’aura compris, la primauté de la finitude humaine est une révolution théologique tout autant qu’une ligne directrice de la pensée. Ainsi, la conscience est-elle le fruit du hasard, du moins, le libre arbitre est-il autre chose qu’une forme particulièrement élaborée de tropisme ?

La conscience du Temps est-elle immuable et chaque  individu peut-il trouver  sa  place  dans  la  construction globale de l’Univers au delà d’une  simple soumission, d’une identification nécessaire à un groupe, qu’il nommerait « égrégore » pour se rassurer et croire en son libre arbitre ? C’est l’un des objectifs de la chaîne d’Union maçonnique que d’être, de pouvoir être et, en même temps, veiller à être.

 Ainsi,  même  dans  la  recherche  scientifique du  pourquoi de la vie,  de la structure la  plus  intime de son fonctionnement,  se  cache encore  et  toujours  les mêmes  questions :  qui sommes nous,  d’où venons nous  et où allons  nous ? Et, plus encore, sommes nous véritablement la fin de l’évolution telle que nous le présente notre anthropocentrisme.

C’est à ce questionnement sur l’ordre du temps  et  la structure des choses  que se  rapportent  la  plupart des Rituels et des Arts divinatoires car l’un et l’autre sont de même nature : il s’agit de figer le temps sur nos certitudes.

Il  faut  bien  comprendre que  ce type d’angoisse  existentielle,  pour ne  pas aller plus avant  dans les  méandres psychologiques  de l’inquiétude,  est  l’un  des  moteurs   principaux  de  l’Homme   et  des  civilisations qu’il crée.

Quelle  est  la  démarche  d’un  questionnement du  présent en direction de  l’avenir sinon  la recherche  d’un cautionnement  des actes,   la  recherche  d’une   « non responsabilité »  des décisions ? Un peu comme des francs-maçons qui s’abstiennent pendant un vote…

Au  fil  de  l’Histoire,  les  différents  groupes  humains se  sont attachés à lier leur devenir à un certain nombres d’éléments extérieurs auxquels une sorte d’existence propre  était attribuée.

Ces éléments ont pris des noms et des formes aussi  divers que variés à travers les temps ou  les lieux, mais ils font souvent référence à l’environnement direct ou à la question dont ils sont sensés donner la  réponse…  que ce soit  Dieu,  le Destin,  l’Univers,  la Loi du Marché ou les  règles  sociales, chacun  de  ces   éléments,   pris séparément, représente la caution extérieure de l’acte, l’ordre suprême des choses. Il s’agit d’un ordre autonome  à qui l’on attribue une vie propre et hors de tout contrôle,  un ordre auquel il est nécessaire de ce soumettre et au sein duquel il faut bien exister.

En fait, la réponse donnée à la question « y a-t-il un ordre des choses?«   est toujours « oui«   quel que soit celui qui la pose, il est bien évident qu’il faut se rassurer, et cette question se transforme en  une nécessaire soumission. L’homme remplace ainsi  son absence de  tropismes par la  construction de ses  propres codes et  la  nécessité de  s’y soumettre  au risque de s’exclure lui-même de ses constructions, de se placer en dehors des critères qu’il a conçu pour définir sa réalité. Ce n’est pas la pratique maçonnique qui viendra me contredire sur ce point, tant il est vrai qu’elle revendique haut et fort l’humilité en la confondant le plus souvent avec la soumission.  Triste privilège que celui de ceux qui n’ont rien appris à vouloir contraindre ceux qui souhaitent apprendre…

Cet  ordre des choses,  cette voie,  trace  le  chemin, elle distingue des cadres au delà desquels rien n’est consciemment possible. Dans les zones incompréhensibles se réfugient tous les événements « hors caste » que l’on qualifie de paranormaux. Ainsi, la marginalisation devient l’objet d’étude, de soins attentifs ayant pour vocation de ramener dans une zone compréhensible ce qui ne l’est pas. Il n’est pas question de normalité mais bien de compréhension. La Loi détermine de ce qui est apte à exister.

Dans  le  cas de  la  référence à  un comportement social valorisé comme paradigme,  ce  cautionnement se traduit  par l’acceptation  de l’ambigüité des réponses de l’oracle ou du conseiller. Il offre le moyen d’être au pied du mur, de devoir choisir dans les  cas  extrêmes. Sans  le  blocage  psychologique  de la culpabilité ou  du remord qui accompagnait des décisions individuelles. En fait,  la règle est absolue ; tout  questionnement  reçoit  une réponse  et  cette réponse est celle que dicte le cadre. Elle comporte plusieurs volets parmi lesquels il faut choisir. Le mauvais choix est comme le pas de côté du Compagnon, certains peuvent gloser des heures sur sa signification de « révolte » et de dernières réserves avant de rentrer dans le rang… mais, bon, les mêmes se saluent par leurs « rangs », grades et qualités… ce qui est proprement antimaçonnique puisque nous n’avons pas de rang… ( allez donc voir ce qu’en pensent les landmarks… « nous n’avons qu’un seul rang, celui de frère » )…

La  seule  différence  entre  la  décision  individuelle  et  le questionnement du  conseil extérieur  que l’on peut solliciter d’un oracle se trouve dans les réponses… celles que propose l’oracle ne semblent pas être issues de soi-même… on délocalise, en quelque sorte, la décision… on ne semble plus responsable de l’interprétation que l’on peut se faire de l’ordre du monde… on pourra même aller jusqu’à penser qu’un maçon puisse s’abstenir durant un vote… on remet son destin entre les mains d’un ordre supérieur que l’on se refuse à nommer, à maîtriser… à penser, même, que l’on puisse le maîtriser… ou pire, qu’il soit maîtrisable… En  réalité c’est toujours le questionneur qui choisi les réponses, l’oracle se sera généralement contenté de lui indiquer différentes possibilités à même de le satisfaire. Bien souvent   aussi, le questionneur connaissait déjà les différents  choix et se retrouve conforté dans ses appréhensions ou ses certitudes inconscientes. Il ne demande qu’une autorisation qui viendrait « d’en haut ».. Il ne demande que la libération de la responsabilité.  Ce refus de responsabilité‚ est tel qu’il peut même prendre la forme d’un questionnement successif  de l’oracle jusqu’à ce que celui-ci fournisse la réponse souhaitée.

L’Histoire ne manque ni d’exemple ni de moyens sur ce sujet,  de même que la  vie quotidienne.  En Malaisie ou en Chine,  par exemple,  lorsque l’on va construire une maison,  il est de coutume de questionner les oracles  afin de savoir  quel sera l’endroit  le  plus  approprié‚ pour  planter le  pilier principal.   On montre un endroit sur le  sol et  l’on questionne  l’oracle. Si celui-ci donne une réponse défavorable, on montre alors un  autre endroit,  à  quelques  mètres de  distance, et  l’on repose la question et ainsi de suite jusqu’à  ce que la réponse soit  favorable.  De  fait,  la maison est, de toute  façon  construite  dans le coin choisi  et  le   constructeur  a  effectivement été déchargé de ses responsabilités sur ce qui pourrait ensuite apparaître comme des malédictions ou de mauvaises vibrations… en d’autres termes, l’augure a déterminé de la justesse du choix et l’erreur, s’il y a erreur, ne peut venir que de l’oracle…

En  fait,   l’utilisation,   par  toutes  sociétés humaines,  de la divination repose vraisemblablement  sur une démarche que  l’on  pourrait  qualifier  de  croissance vers l’âge adulte.  En  effet,  les  enfants  ne  semblent jamais concerné par les Arts  divinatoires,  ni par les prédictions en  tant  que telles.  Alors  qu’il sont en pleine  phase de construction de leur « moi temporel », leur responsabilité est définie  par  les  actes  des  adultes. Ce sont ces mêmes adultes qui traduisent les choix de l’oracle s’il y a lieu.  La  relation qu’ils entretiennent avec l’avenir est celle qui sera donnée par leurs parents.  Bien  souvent ils  considèrent  que  les  actes de ceux-ci demeurent incompréhensibles,  manquant de logique, à tout  moment  ils demanderont des promesses  qui deviendront pour eux,  autant de certitudes quant à l’avenir, autant de cautionnement quand à la justesses de leurs actes.

En  fait,  la question  semble bien posée  car, si dans le développement normal d’un individu humain, il existe un  certain nombre  de  moyen  physiologiques  de déterminer l’âge par une simple constatation extérieure et  sans entrer dans   des   analyses  poussées, la   détermination  d’âge psychologique  n’offre  pas  les  mêmes  aspects.  Rien dans l’apparence extérieure d’une personne ne permet de dire quel est son état d’avancée vers ce qu’il est  possible d’appeler l’âge adulte.  Même son comportement général ne reflète pas  cette notion ; en effet, une personne peut très bien avoir un comportement tout à fait normal au regard de  la société, du groupe,  et  n’être,  en fait qu’un enfant au  regard de son propre  déterminisme.  Les  données  standard  permettant le passage d’un statut social à l’autre prennent, le plus souvent la forme de rituels de passages,  de modification de données d’état civil (mariage,  naissance, décès…) qui permettent de manière totalement arbitraire de savoir ce que l’on est en droit d’attendre d’un individu, mais il n’existe pas de moyens purement psychologique autre que l’analyse. Ce cycle  de  passages  est tout aussi bien valable  pour les  sociétés dites  primitives où les individus  sont considérés comme franchissant une strate ou  une autre en  fonction de différents   critères   généralement   d’ordre  physiques … puberté, courage, premier enfant, ménopause, etc…

Chaque époque,  chaque civilisation s’est évertuée à définir des normes permettant d’accéder à la connaissance du devenir ou,  du moins, à tenter  d’en  démonter les rouages. Les particularités  de  ces formes  appartient aux peuples   qui   en  furent  les   utilisateurs,   mais,  les civilisations se  suivent  et  ne  se  ressemblent  pas. L’autre   particularité‚   des   formes  utilisées   pour  la divination,  fut la dénonciation des  formes précédentes, la négation de leur efficacité‚,  le refus même de  faire la part des  choses  et  de  tenter  de  voir  dans   ces  pratiques l’expression originale des hommes qui les utilisèrent.

image%2F0568879%2F20210901%2Fob_0f2731_image3
SOURCEhttp://truthlurker.over-blog.com/article-22502724.html
 
Truthlurker recherches et symboles

Truthlurker recherches et symboles

Symbolisme et rituels… Ce que vous voulez savoir sur la franc-maçonnerie sans oser le demander.

Le devoir de fraternité ….. Poésie maçonnique 4 août, 2022

Posté par hiram3330 dans : Contribution,Silhouette , ajouter un commentaire

Le devoir de fraternité ….. Poésie maçonnique

- octobre 12, 2018
Le devoir de fraternité ..... Poésie maçonnique dans Contribution initiation
 
 
 
 
Toi que j’appelais mon Frère
le peu que nous nous rencontrions
 Mon accolade était fraternelle, et sincère
 
Mais en toi se cachait déjà la trahison
 
Nous avons vécu la même initiation
traversant les épreuves de l’eau, de l’air et du feu
 
Oui , toi que j’ai appelé mon Frère
Nous avons fait les mêmes voyages périlleux
 
Nous avons découvert tous deux la Lumière
Elle était là pour nous guider
 
Mais nous avons vu aussi derrière
la rangée de Franc-Maçons tenant le glaive et l’épée
 
As tu oublié ces paroles? prononcées d’une voix claire
sur les serments, les traitres et  les parjures….
 
Tu avais jurer de soutenir tes Frères
La main sur l’autel des serments, tu as dis « Je le jure »!
 
Tu as joué le jeu des mauvais compagnons
Ainsi périt l’homme juste fidèle à son devoir
 
Tu portes désormais en toi la marque du parjure
gravée sur ton front, au fond de ta mémoire
 car tes gestes ne sont que trahison
 
Tu avais renouvelé des serments ,
au cours d’autres initiations…
 
Promis amitiés et dévouement à tous les Francs-Maçons
 
 
Manquant à ces promesses, tu t’es déshonoré
Toi que j’ai appelé mon Frère
 issus d’une même  Fraternité
 

Car de Franc-Maçon? …..

Tu n’en portes que le nom

SOURCE  http://frangine59460.blogspot.com/2018/10/le-devoir-de-fraternite-poesie.html

La Culture des Mégalithes – Dolmen, Menhir, Cromlech et Hypogée 3 août, 2022

Posté par hiram3330 dans : Contribution , ajouter un commentaire

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Protégé : Du mythe au symbole – 1°- 2 août, 2022

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Contribution , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

LIVRES … JUILLET 6022 1 août, 2022

Posté par hiram3330 dans : Livres , ajouter un commentaire

Livres

Même ne sachant ni Lire, ni Écrire …

Ce mois ci j’ai épelé avec un grand plaisir, entr’autres :

Δ

le livre   de DANIEL LABOURE

« TESTAMENT MAÇONNIQUE « 

revelation-3eme-temple-3testament-maconnique-l-experience-du-rite-egyptien

 Δ

le livre de MARC HAVEN

« CAGLIOSTRO LE MAITRE INCONNU »

cagliostro

Δ

le livre de JOHAN DREUE

« LE QUATRIÈME VASE »

le4vase

 Δ

le livre de CHARLES C. MANN

« 1491″

1491AMERIQUEAVANTCOLOMB

 Δ

 

 

LIVRES ... JUILLET 6022 dans Livres Emoticons-plus.com-21

Chris

juillet 6022

12345...383

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria