navigation

HISTORIQUE DE LA CREATION DU RITE MACONNIQUE FORESTIER DES « MODERNES » (brève chronologie) 18 juillet, 2009

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Recherches & Reflexions , trackback

HISTORIQUE DE LA CREATION DU RITE MACONNIQUE FORESTIER DES « MODERNES »
(brève chronologie)

greenman.jpg

 

 

 


1988-89 : Projet de réveil des Rites Forestiers tels qu’ils furent travaillés en maçonnerie continentale dans les années 1745-1789, par un groupe de maçons autour du Frère Régis BLANCHET (GODF -RER) 1988-89 : Recherche des documents pour reconstituer l’ensemble du corpus traditionnel des rites forestiers dont le 1° indice fut l’ouvrage de J.M. RAGON : « Les rituels de la Maçonnerie Forestière » 1° novembre 1993 : Fondation d’une Loge maçonnique souveraine par 8 maçons (dont R.Blanchet).
Compte-tenu de la matière pré-chrétienne de l’ensemble rituélique reconstitué, il a été demandé au Grand Druide de Bretagne, Gwenc’hlan Le Scouëzec, en tant que représentant de la pensée païenne occidentale, de se porter symbole de la culture celtique pour cette résurgence.
Gwenc’hlan et quelques membres de son entourage furent initiés au grade de Fendeur (1° degré de la maçonnerie forestière). Il annonca alors ses filiations spirituelles pour donner une densité traditionnelle à cette renaissance.
La première Vente Forestière du XX° siècle, selon les rituels de 1747, voyait le jour à Brasparts et prenait le nom mythologique de « LES FORESTIERS D’AVALLON ».
 

1993-96 : Collaboration harmonieuse durant cette période au sein des Forestiers d’Avallon qui se réunissaient quatre fois l’an selon le calendrier des intersaisons celtiques : 1° Mai, 1° Août, 1° Novembre et 1° Février.
Gwenc’hlan Le Scouëzec et sa compagne Maï-SousRobert-Dantec furent nommés à vie « père et mère du rite » ; ce qui lança quelques discussions sur le plan maçonnique.
Durant ce temps, un énorme travail de reconstitution des rituels fut essentiellement accompli par Régis Blanchet, afin de recomposer les corpus des initiations de Charbonnier (2° degré du rite) et Forgeron (3° degré), et assurer leur faisabilité au sein de leur modernité et les coordonner de façon harmonieuse.

Bientôt apparut un problème majeur soulevé par les tenants des options druidiques qui tentèrent d’imposer leur prédominance au sein du Rite Forestier. Régis Blanchet fut de ceux qui s’y opposérent et qui voulurent maintenir les valeurs maçonniques comme seule base du Rite Forestier.
Un clivage eut lieu en 1996, et l’option maçonnique fut immédiatement reconstituée par la fondation de la Vente « CLAIRE FONTAINE » à Plouénour-Ménez

1997-98 : Le Rite Maçonnique Forestier amorça sa croissance par la naissance de deux autres Ventes ; une en région parisienne « JOHN TOLAND », puis l’année suivante, une autre dans le Nord « EPONA ».

Dans le même temps, grâce à l’aide de frères de la GLNF, « Les Forestiers d’Avallon » essaimèrent en région parisienne, avec la Vente « Mount Haemus »…Il est possible qu’il y en ait d’autres depuis.

Deux branches forestières étaient nées : une maçonnique et une néo-druidique.

Décembre 2002 : Création d’une toute nouvelle Vente en Bretagne « LA FORGE ».

« Epona » et « La Forge » deviennent les deux Ventes « sources » actuelles du Rite Maçonnique Forestier. Elles n’ont pas opté pour la simple voie druidique et ont comme membres actifs les fondateurs de 1993 et 1996.

merlinsamonios.jpg

 

Commentaires»

  1. Eh bien voila un « résumé » de la re-création de notre rite qui me semble claire, limpide et bien-venue…

    Bonne Vie , AA ,

    Sandrine

Laisser un commentaire

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria