navigation

Jean BRICAUD 18 septembre, 2009

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Recherches & Reflexions,Silhouette , trackback

Bricaud, Jean ou Johanny (alias Jean II)


Bricaud, Jean ou Johanny (alias Jean II)

 

Il naît le 11 2 1881 à Neuville sur Ain (Ain). Employé du crédit Lyonnais dès ses 16 ans, après avoir été destiné par les parents à la prêtrise. A Lyon, il fréquente Elie Alta (le libraire Bouchet), le spirite et thérapeute Bouvier, l’élève d’Eliphas Jacques Charrot qui lui enseigne cabale et philosophie occulte. En janvier 1889, il correspond avec le Brahme Kopp-Robur, Sabéen, qui le dissuade d’embrasser une religion inassimilable par un cerveau occidental.

Synésius lui donne l’investiture du diocèse gnostique de Lyon Grenoble.

1907, il se sépare de Synésius; réunit les 4 églises gnostiques : johannique, carmélienne, néo-valentinienne, gnostique-moderne; fusion et création de l’église gnostique universelle dont le chef est Jean II Bricaud. ??consacré par l’évêque Vincent (Papus), il se proclame en 1906 patriarche d’une partie de l’église gnostique sous le nom de Jean II; comme il se rattache à l’occident, Papus fait de cette église de Bricaud, l’église officielle du martinisme, Bricaud devient maçon du rite de Memphis Misraïm. Il est aussi un disciple de M. Philippe. Il a étudié les rites de Willermoz; il aide Téder, Blitz, ce dès 1911, pour pratiquer un recrutement plus rigoureux. 1912 : Monseigneur Giraud, Evêque Gallican, l’ordonne prêtre, le 25 juillet 1912; le 21 juillet 1913 il lui donne la consécration épiscopale à la Mine St Amand, près d’Ambert (Puy de Dôme). Dès lors les gnostiques possèdent une filiation apostolique authentique!

Il étudie les élus cohens, la stricte observance, le rite de Pernety, les Philalèthes, les philadelphes. Il enseigne : l’existence de dieu, existence du monde spirituel, immortalité de l’âme, établissement du royaume de dieu sur la terre, charité;

In principio erat Verbum, théorie de la dispersion, de la libération, de la Parousie et du rassemblement final, les sacrements libérateurs.

Explication de l’être, vie spirituelle, intellectuelle, matérielle; discrimination du bien et du mal, vaincre le mal, manifester le bien, rompre le cercle des métamorphoses construit par la catabole spirituelle pour rejoindre le cercle de l’être pur : la réintégration.

En 1914, Bricaud lance à Lyon le mouvement martiniste sur la base des accords de 1911 et les règles de recrutement de Willermoz et Antoine Pont son successeur; loge rue confort; Téder nomme Bricaud légat de l’ordre pour la province de LYON. Bricaud est aussi Grand Maître de Memphis, de l’ordre martiniste recteur rose croix, patriarche de l’église gnostique universelle, président de la société occultiste internationale. Il désigne Chevillon pour son successeur en septembre 1932; tombe malade en décembre 1933, meurt le 21 février 1934, obsèques religieuses le 24 à Francheville-le-haut près de Lyon. Les martinistes prêtent serment sur cette tombe à Chevillon qui est accepté par le souverain sanctuaire et regagne Paris où il était fixé depuis 1927.

Il aurait donné l’ordre formel à Paul Laugénie de conférer en juin 1939, place des Ternes, le premier degré d’associé libre du martinisme à Robert Ambelain.

Le successeur direct, à l’épiscopat, de Bricaud fut Victor Blanchard, Targelius, consacré le 5 mai 1918 selon le pontifical vieux-catholique.

Autres successions : Bricaud consacre Chevillon qui consacre Fayolle qui consacre Dupont Charles-Henry.

Source : Ordre Martiniste des Pays-Bas

catmartinisme.jpg

Commentaires»

  1. bonjour
    Sauf dans le Gallican, peu de personne parle de François Giraud, ou alors rapidement. Il me semble pourtant être un personnage « charnière », avec par exemple Julio, Bricaud…

    Cordialement

Laisser un commentaire

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria