navigation

Les plus et les moins de la Maçonnerie, ou un guide vers l’autocritique. 4 mai, 2011

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Recherches & Reflexions , trackback

Les plus et les moins de la Maçonnerie, ou un guide vers l’autocritique.

de Edouardo FIGUEROA.

imageprincipale3a.jpg

Beaucoup voient en la F.M. une occasion de se distraire, mais peu voient en elle un sentier initiatique.

Beaucoup continuent à se comporter en profane, mais peu sont de véritables initiés.

La plupart voient seulement dans l’initiation un drame symbolique, mais peu y voient un guide de transmutation alchimique.

La plupart trouvent dans les rituels une routine fastidieuse, mais peu découvrent sa magie.

Beaucoup trouvent dans les travaux présentés par les Frères quelque chose qui ne les intéresse pas, mais peu retiennent la partie qui les a éclairés.

La plupart exigent seulement des privilèges, mais peu accomplissent leurs devoirs.

Beaucoup cherchent à tirer des avantages du Frère, mais peu sont disposés à se sacrifier pour lui.

Beaucoup cherchent à satisfaire leurs désirs, mais peu cherchent à élever leur esprit.

La plupart se laissent dominer par leur tempérament, mais peu cherchent leur équilibre.

Beaucoup veulent être Vénérables Maîtres de leur Loge, mais peu cherchent à être Vénérables Maîtres de leur propre Temple.

La plupart se considèrent comme de sages Maîtres, mais peu se considèrent comme d’éternels Apprentis.

Beaucoup demandent à parler, mais peu demandent à écouter.

La plupart cherchent un Dieu Extérieur, mais peu rencontrent leur Dieu Intérieur.

Beaucoup estiment qu’un sujet n’est pas de ton grade, mais peu trouvent la manière de développer un sujet de ton grade.

Beaucoup voient seulement les différentes chambres dans lesquelles on travaille symboliquement, mais peu connaissent la chambre dans laquelle ils travaillent intérieurement.

La plupart vivent comme des pierres brutes inutiles pour une quelconque construction, mais peu se convertissent en pierres cubiques qui soutiennent le Grand OEuvre.

Beaucoup sont Maîtres, mais peu connaissent l’Acacia.

Beaucoup sont compagnons, mais peu connaissent la lettre G.

Beaucoup sont apprentis, mais peu connaissent leur pierre brute.

Beaucoup arborent vaniteusement avec ostentation leurs grades mais peu les possèdent.

La plupart vivent dans le monde extérieur, mais peu vivent dans le monde intérieur.

Beaucoup ne savent pas le sens de leur vie, mais peu savent pourquoi ils sont venus au monde.

La plupart cherchent la maçonnerie sans la rencontrer parce qu’ils la cherchent à l’extérieur, mais peu l’ont rencontrée parce qu’ils l’ont cherchée intérieurement.

Beaucoup se limiteront seulement à lire ceci, mais peu l’intérioriseront en réfléchissant.

Et toi mon frère cherches-tu à être parmi les plus nombreux ou cherches-tu à être parmi les moins nombreux ?

Parce que les moins nombreux doivent chercher à être plus nombreux et les plus nombreux doivent chercher à être moins nombreux.

 

Merci mon F:. Hugues pour ce partage …

stonework.jpg

Commentaires»

  1. Bien malhonnête, serait le maçon qui n’a pas réfléchit au fait que chaque initié ne respirait le fondement et la recherche maçonnique.

    L’argument récurrent est de répondre en verbes ou en pensées… soyons tolérants… pourtant nous avons pour objectif de recevoir certes mais aussi de donner.

    La balance d’un individu aspirant à devenir meilleur dépend parfois l’équilibre d’un groupe, pourtant dans ce cas c’est l’équilibre du groupe qui peu amener le cherchant à trouver son équilibre.

    Si ce seul critère pouvait donner vie à toute esprit meilleur, nous le saurions.

    Non pas que j’oserai impliquer ou accuser la notion de transmission, mais elle m’apparait aujourd’hui essentielle, car si l’on ne fera jamais d’un voyageur excessivement dispersé un homme immobile, par une notion exemplaire nous pouvons lui donner le plaisir de percevoir plus juste, posément avec l’alternative de conserver des portes ouvertes à ses convictions inéluctables.

    Vouloir c’est pouvoir dit on ? mais que veut on au final ? Nous sommes pour chacun d’entre nous venu chercher quelque chose, une quête qui se veut du soi… pas du plus…. mais cet éventail merveilleux qui transcende par son essence de lumière.

    Cette découverte qui se fait porte par porte avec cette seule clé qui représente la volonté, l’attention, l’éveil.

    Se percevoir éveillé plus que l’autre est déjà se retourner sur l’ombre, en revanche partager ce que l’on semble avoir saisit est un don qui permet d’ouvrir sur cette multitude de message, le pas de la compréhension.

    Je pense effectivement, que comprendre pour comprendre relève d’une part d’égoïsme n’ayant rien à faire en cet ordre.

    Tendre vers l’autre comme se tendre à comprendre ce qui nous entoure, compose ce tout qui s’appelle la quête du cherchant, qui lui comme tous peut aller à son rythme.

    Entre et écouter reste nuancé, alors écrire et être lu jusqu’au fond de ma pensée reste tout aussi ardu.

    Mais il ne s’agit que d’une voix, et non la voie, même si elle est la résonance de mes choix.

  2. Bonjour
    Je suis un peu surpris du pessimisme de notre frère Hugues. A priori il ne trouve pas dans son entourage des cherchants. Peut-ëtre ne communique -t-il pas assez? Une solution serait peutêtre de voyager d’aller voir ce qui se passe ailleurs. Même quand on est maçon confirmer il faut toujours chercher. Quand je suis arrivé en retraite j’ai eu beaucoup de mal à trouver un nouvel atelier. Les Loges Libres en dehors des contraintes des obédiences travaillent plutôt bien. Mon vécu irait plutôt dans le sens de notre frère anonyme. Très fraternellement
    Jean-Claude Villant jvillant@yahoo.fr
    http://www.alienor-pertuis.fr/

Laisser un commentaire

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria