navigation

« Cagliostro, les arcanes du Rite Egyptien » 29 octobre, 2011

Posté par hiram3330 dans : Recherches & Reflexions , trackback

Le programme du Rite Égyptien

(extrait de Cagliostro, les arcanes du Rite Égyptien)

 

 Comment repasser du biologique au spirituel ?

 

Le programme de travail du Rite Égyptien se répartit en deux étapes. Ces deux étapes sont précédées d’une longue phase de préparation.

 

La première étape s’attache à la régénération « morale », c’est-à-dire psychique, animique. La seconde étape a pour but la régénération du corps. Par souci pédagogique, Cagliostro présente ces deux étapes complémentaires comme se succédant dans le temps. Dans les faits, elles sont simultanées. Elles se nourrissent l’une l’autre dans un va-et-vient incessant. Elles disposent le vase que nous sommes à recevoir le feu céleste.

 

Á l’image des retraites effectuées par Moïse sur le mont Sinaï, chacune des deux étapes s’étend symboliquement sur quarante jours.

 

La préparation

 

Pour que les deux étapes réussissent, l’initié doit vivre selon une éthique irréprochable. L’échec est assuré aux orgueilleux, aux cupides et aux égoïstes.

 

L’initié doit prendre trois mesures immédiates :

·        adopter et respecter les lois du pays où il se trouve ;

·        aimer son prochain, l’aider, être charitable envers lui ;

·        consacrer trois heures par jour à la pratique de la prière.

 

Pour réussir, il doit avoir reçu l’assurance qu’il est désormais « aimé de Dieu », c’est-à-dire qu’il ait reçu le donum Dei – le « don de Dieu » indispensable.

 

La première étape : l’évocation des anges

 

Ainsi préparé, l’initié se retire pendant quarante jours. Il vit dans un lieu solitaire, dégagé du superflu et de tout artifice. Là, il doit faire oraison.

 

Il est bien difficile de prier Dieu sans s’en faire une image qui devienne aussitôt une idole. Un artifice illicite, car il revient à prier l’image que l’initié se fait de Dieu en lieu et place de Dieu lui-même. Au mieux, il est possible de lancer « De profundis clamavi ad te, Domine… ».

 

En revanche, les Écritures nous indiquent qu’il existe des intermédiaires entre Dieu et l’homme, des hiérarchies célestes. Parmi ces intermédiaires auxquels il est permis de faire appel, elles comptent sept grands anges. L’objectif de la première quarantaine est l’obtention d’un contact avec chacun des sept anges. Ces sept anges communiquent à l’initié le moyen d’entrer en contact personnel avec eux. Puis ces anges l’aident et le guident vers la régénération, la transfiguration de tout son être.

 

Des années peuvent s’écouler à parfaire cette première régénération. Si l’homme vient à mourir sans avoir achevé la seconde retraite, la pierre attendrie continuera d’être travaillée sur d’autres plans.

 

Pour cette première retraite, Cagliostro utilise des méthodes dont nous retrouvons la trace depuis l’Égypte ancienne.

 

La seconde étape : la régénération du corps

 

Ainsi guidé, l’initié peut entreprendre la seconde retraite de quarante jours. Depuis trois siècles, de nombreux mystiques ont négligé leur corps ; en conséquence, celui-ci s’est dégradé alors qu’ils atteignaient des sommets spirituels. Le maître de Rite Égyptien fait le nécessaire pour éviter cette chausse-trappe. Voilà comment il s’y prend « pour que le corps suive ».

 

Au printemps, lors de la pleine lune de mai, le maître s’isole à nouveau accompagné d’un ami qui prendra soin de lui pendant cette délicate opération. Il s’astreint à un régime alimentaire sain et frugal. Il boit de l’eau vivante, chargée d’esprit universel (en clair, une eau de pluie récoltée au printemps).

 

Chaque jour, le maître absorbe certaines substances. Deux d’entre elles sont des élixirs végétaux préparés selon des instructions léguées par Paracelse. Elles ont pour but de préparer le corps en forçant l’évacuation de tous les déchets. C’est une cure de détoxication qui recourt à tous les procédés d’élimination connus au XVIIIe siècle : sudations, laxatifs, vomissements, saignées.

 

La troisième substance absorbée est la Matière Première, dont l’élaboration peut être réussie après avoir mené à bien la première quarantaine. Dans la seconde quarantaine, l’absorption de la Matière Première suit immédiatement celle des élixirs spagiriques pour être efficace.

 

Tout ce travail est conduit en parallèle avec la prière et les invocations angéliques.

 

C’est alors qu’une véritable transformation s’opère dans le maître. Peau, dents, ongles, cheveux se régénèrent. Cela lui permet d’éviter une mort prématurée, celle qu’entraîne habituellement notre mode de vie. Il ne cherche pas à devenir immortel dans son corps. Il cherche à parvenir au terme de l’existence décidé par Dieu, à disposer du temps nécessaire pour que le projet de Dieu s’accomplisse.

 

Cagliostro n’a pas inventé ces procédures. Toutes sont issues de la tradition hermétique occidentale. Jusque-là réservées à de petits cénacles aristocratiques ou monastiques, il les a rendues accessibles en les transmettant sous la forme d’un rite maçonnique.

 

 

Denis Labouré

3 avenue de la Libération

42000 Saint-Étienne

www.spiritualite-occidentale.com

www.astrocours.fr


Commentaires»

  1. je trouve cela intéressant, on devrait démocratiser cagliostro en ces temps de decheance et de turpitudes.

Laisser un commentaire

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria