navigation

Digression … Montsegur 28 février, 2017

Posté par hiram3330 dans : Digression , ajouter un commentaire

Protégé : De la matière à la lumière, ou l’alchimie en F.M. – 1°-

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Contribution , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : 5 minutes de symbolisme : La révolte des bijoux ! – 1°- 25 février, 2017

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Contribution , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Genèse, chapitres 0001, 0010 et 0011 22 février, 2017

Posté par hiram3330 dans : Humour , ajouter un commentaire

Genèse, chapitres 0001, 0010 et 0011

 Genes

Au commencement Dieu créa le digit. Il prit ensuite huit digits pour créer un octet.

Or, la mémoire était vide ; seuls les crayons et les gommes couvraient la surface du bureau.

Dieu sépara alors le zéro et le un, et il vit que cela était bon.

Dieu dit : « Que les données soient ! » Et il en fut ainsi. Et Dieu dit : « Plaçons les données dans leurs lieux respectifs. »

Et il créa les disquettes, les disques durs et les CD-ROM. Mais le logiciel n’existait pas encore.

Alors Dieu créa les programmes ; grands et petits.

Dieu leur dit : « Allez et multipliez-vous, remplissez toute la mémoire. »

Dieu dit alors : « Je créerai le programmeur. Et le programmeur créera de nouveaux programmes et gouvernera les ordinateurs, les programmes et les données. »

Dieu créa le programmeur, et il le mit dans le centre de données.

Et Dieu montra au programmeur le répertoire et lui dit : « Tu peux utiliser tous les volumes et sous-répertoires, mais n’utilise pas Windows. »

Alors Dieu dit : « Il n’est pas bon que le programmeur soit seul. »

Il prit un OS du corps du programmeur et il créa une créature qui regardait le programmeur, qui admirait le programmeur, qui aimait les choses faites par le programmeur.

Dieu nomma la créature « Utilisateur ».

Il laissa le programmeur et l’Utilisateur nus dans le DOS, et il vit que cela était bon.

Mais Bill était plus malin que toutes les créatures de Dieu.

Bill dit a l’utilisateur : « Dieu t’a-t-il vraiment dit de ne pas utiliser tous les programmes ? »

L’utilisateur répondit : « Dieu a dit que nous pouvions utiliser n’importe quel programme et n’importe quel bloc de données, mais il nous a dit de ne pas utiliser Windows parce que nous pourrions mourir. »

Et Bill dit a l’utilisateur : « Comment peux-tu parler de quelque chose que tu n’as même pas essaye ? Des que tu utiliseras Windows, tu seras l’égal de Dieu. Tu seras capable de créer tout ce que tu voudras, rien qu’en touchant la souris. »

Et l’utilisateur vit que les fruits de Windows étaient meilleurs et plus faciles a utiliser.

Il vit aussi que toute connaissance était inutile, puisque Windows pouvait la remplacer.

Alors l’utilisateur installa Windows dans son ordinateur ; et il dit au programmeur que cela était bon.

Le programmeur commença a chercher de nouveaux pilotes. Alors Dieu lui dit : « Que cherches-tu ? »

 » Le programmeur répondit : « Je cherche de nouveaux pilotes, parce que je ne peux pas les trouver dans le DOS. »

Dieu lui répondit : « Qui t’a dit que tu avais besoin de nouveaux pilotes, n’aurais-tu pas utilise Windows par exemple ? » Le programmeur lui répondit : « C’est Bill qui nous l’a dit. »

Alors Dieu dit a Bill :

« Pour ce que tu as fait, tu seras haï par toutes les créatures et l’utilisateur sera toujours mécontent de toi. Pire encore, tu seras condamne a ne jamais vendre que Windows. »

Dieu dit encore a l’utilisateur :

« Pour ce que tu as fait, Windows te trompera et consommera toutes tes ressources et tu ne pourras acheter que de mauvais programmes que tu utiliseras dans la douleur et tu seras toujours sous la tutelle du programmeur. »

Dieu dit enfin au programmeur :

« Pour n’avoir pas écoute l’utilisateur, tu ne seras jamais heureux. Tous tes programmes seront farcis d’erreurs, tu crouleras sous les fiches de bugs et tu seras condamne a les corriger et a les recorriger jusqu’à la fin des temps. »

Dieu les expulsa tous du centre de données et il en bloqua la porte avec un mot de passe.

Puis Dieu se ravisa et se dit qu’il n’était pas juste que tous soient punis par la faute d’un seul.

Alors il créa la pomme pour narguer Bill, et le pingouin pour libérer les hommes.

 

B e r t r a n d L e m a i r e –

h t t p : / / w w w . b e r t r a n d l e m a i r e . c o m

M a s é l e c t i o n d e b l a g u e s , p e n s é e s e t l é g e n d e s u r b a i n e s

masonwelcomeright

Protégé : Lumières de la Saint-Jean – 1°- 18 février, 2017

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Contribution , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Sufit-il d’être Chevalier pour être libre ? – 18°- 17 février, 2017

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Contribution,Rouge , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

TIERNO BOKAR Bokar Salif Habi ou Tierno Bokar, maître Bokar, ou Tierno 1875-1939 15 février, 2017

Posté par hiram3330 dans : Contribution,Recherches & Reflexions , ajouter un commentaire

TIERNO BOKAR

Bokar Salif Habi ou Tierno Bokar, maître Bokar, ou Tierno
1875-1939

Soufi 

LE SAGE DE L’ISLAM 

Une Vie exemplaire

Ce fut le naturaliste Théodore Monod qui l’un des premiers révéla la vie et l’enseignement de cet homme humble et extraordinaire.

En 1938, Amadou Hampâté Bâ, alors simple fonctionnaire exilé à Ouagadougou avait un grand dessein, celui de faire connaître l’enseignement de Tierno Bokar auprès de qui il avait séjourné plusieurs années et dont il se considérait l’élève et le disciple.

Il avait rédigé un manuscrit qu’il soumit à Théodore Monod.

C’est grâce à ce livre Le Sage de Bandiagara, que nous connaissons un peu mieux Tierno Bokar.

Cet ouvrage ne sera publié qu’en 1957, mais Théodore Monod aura eu la joie de connaître personnellement le «Sage de Bandiagara» avant sa mort.

Il dira, en 1943, à son propos :

«C’est une grande joie pour le chercheur sincère et sans doute un des rares motifs qui lui reste de ne pas désespérer entièrement de l’être humain, que de retrouver sans cesse, dans tous les temps, dans tous les pays, chez toutes les races, dans toutes les religions, la preuve de cette affirmation de l’Écriture :  «L’Esprit souffle où il veut.»

Theodore MonodThéodore Monod

Parlant d’Amadou Hampâté Bâ «Il était musulman et j’étais chrétien, mais nos convictions religieuses convergeaient vers la même direction.»

L’enseignement de Tierno Bokar ne pouvait que séduire le protestant Monod qui vouait une immense admiration au Sage de Bandiagara dont il se sentait très proche par l’esprit.

Mais ce qui le bouleversait le plus était que Tierno Bokar qui avait vécu confiné dans une province reculée du Mali tînt des propos identiques à ceux de certains auteurs chrétiens d’Europe avec qui il n’avait jamais été en contact.

«Je ne m’enthousiasme que pour la lutte qui a objet de vaincre en nous nos propres défauts. Cette lutte n’a rien à voir, hélas, avec la guerre que se font les fils d’Adam au nom d’un Dieu qu’ils déclarent aimer beaucoup, mais qu’ils aiment mal, puisqu’ils détruisent une partie de son œuvre.»

Ou encore :

«En vérité, une rencontre des vérités essentielles des diverses croyances qui se partagent la terre pourrait se révéler d’un usage religieux vaste et universel. Peut-être serait-elle plus conforme à l’Unité de Dieu, à l’unité de l’esprit humain et à celle de la Création tout entière.»

«Ces rapprochements de l’esprit, disait-il aussi, confondent l’imagination et démontrent que le progrès moral et spirituel n’est pas l’apanage d’un siècle ou d’une race.»

Maison

L’Émeraude des Garamantes

Voici ce que dit Théodore Monod dans son ouvrage «L’Émeraude des Garamantes» publié aux Éditions Actes Sud.

«Je regardai et voici que m’apparut un coin de paysage soudanais, un pan de mur d’argile, une cour noyée de soleil, au loin un éboulis de pierrailles calcinées, de maigres buissons, la haute silhouette de quelques rôniers. Un homme, tourné vers l’Orient, se prosterne pour la prière canonique du dhohor ; c’est un pieux musulman, un noir, Tierno Bokar, celui que l’on a pu appeler le saint François d’Assise soudanais.»

Connu plus tard sous le nom de Tierno Bokar, ou « maître Bokar », Bokar Salif Habi appelé Tierno tout court par ses disciples, serait né en 1875 et se serait établi à Bandiagara en 1893 peu après la prise de Ségou par Archinard.

Il subit fortement la double influence d’une mère courageuse, douce et pieuse, Aïssata, et d’un maître vénéré qui lui enseigna les sciences islamiques, Amadou Tafsirou Bâ.

Sa naissance le destinait au métier des armes mais il se fait tailleur-brodeur, sur le conseil de sa mère : «Plutôt que d’ôter la vie aux hommes, apprends à couvrir leur nudité de leur corps en leur cousant des vêtements, avant d’être appelé à l’honneur de couvrir, en prêchant l’Amour, leur nudité morale.»

École coranique

Tierno BokarTierno Bokar le sage de Bandiagara

Il commencera bientôt à enseigner lui-même et ouvre en 1907 une modeste école coranique avec 5 élèves.

Trente ans durant, la vie quotidienne de Tierno Bokar sera entre toutes la plus monotone, quant à son déroulement matériel. Un emploi du temps ne varietur, une parfaite absence d’événements, d’imprévu, d’excitation extérieure.

«Il n’y a rien à raconter : un petit marabout de village récite, encore en pleine nuit, son chapelet, et partage ses journées entre les offices à la mosquée et son enseignement.»

C’est tout.

«En apparence, il ne se passe rien, pas plus qu’à Jérusalem d’ailleurs quand y séjourne, y enseigne et y meurt un autre maître non moins inconnu de la « bonne société » et des « bien pensants ».

«Serait-ce que l’aventure véritable est invisible, est intérieure, que la grandeur véritable est plus dans l’être que dans le faire, qu’il n’est d’autre royauté durable et illimitée que celle des esprits et qu’à côté du saint, califes, sultans, vizirs, chefs de guerre ou de bureau, ne sont qu’ombres fugaces ou éphémères apparences ?

Ecole coraniqueÉcole coranique

Une vie sans événements, tout entière enclose entre des murs d’argile dévorés de soleil, ceux de la maison, ceux des ruelles étroites de la petite ville, ceux de l’humble mosquée.

Austère et pauvre, au sens où nous entendons ces mots, sans confort, sans distractions, sans cinéma, sans radio, sans journaux, ni magazines. Nullement surhumaine, bien sûr, ni même ascétique – le célibat, dans l’islam, est ignoré même des spirituels et des mystiques -, vie limitée dans ses connaissances, mais limitée à l’essentiel.

Cet essentiel qui, par définition, suffit à une existence largement ouverte, par la porte de la méditation et de la piété, sur les profondeurs de la vie spirituelle, sur les réalités invisibles, sur les problèmes de l’être, résolus d’ailleurs aux clartés de l’orthodoxie coranique, sur ceux aussi, non moins graves n’en déplaise aux théologiens, de la morale pratique: l’eupraxie après l’orthodoxie, et la rectitude de la conduite sachant au besoin, allant au plus pressé, bousculer amicalement, quand il le faut, celle de la croyance.»

Rien du professeur universitaire

«Bokar n’a rien du professeur. D’ailleurs, on ne saurait dogmatiser ex cathedra quand tous, maître et disciples, sont assis par terre, dans un réduit poussiéreux, le vestibule intercalé entre la rue et la partie privée de la maison, et sans cesse traversé par quelque passant, un négrillon habillé d’une ficelle, une chèvre, une porteuse de bois, d’eau ou de lait.»

«Son enseignement est direct, donné le plus souvent sous une forme imagée, prenant prétexte pour illustrer une vérité morale de quelque incident matériel, un petit fait, un objet, un rayon de soleil, la route, le ruisseau, la pluie, l’écume et les vagues, la lessive, les soins de beauté de la coquette, l’ombre du feuillage, le troupeau qui s’égaille, le puits, la lampe à beurre de karité, l’oiseau, la pirogue, le chien, le fer rouge, le beurre ont peut-être servi de symbole.»

L’Évangile n’en use pas autrement

«Le monde visible n’est qu’un gigantesque trésor de paraboles, un livre d’images à déchiffrer. Mais qu’il faut savoir interpréter. Rien de plus direct, de moins systématique.

Tierno veut à ses disciples – à ses « frères réfléchis » – un cœur ouvert, de la bonne volonté, une âme ardente. Il faut chercher sans relâche les choses spirituelles, les seules durables :»

«L’esprit humain tient à la beauté, mais persiste à rester à la surface des choses, où il n’est pas d’harmonie permanente. La féerie des nuages multicolores qui fêtent le lever ou le coucher du soleil disparaît en quelques instants, la beauté physique s’estompe avec le crépuscule de la vieillesse…

«Toi, adepte venu au seuil de la zaouïa où nous souhaitons voir briller la flamme sacrée du bon conseil, sache que la beauté matérielle se fane rapidement, elle ne peut être qu’éphémère et illusoire. Détourne tes efforts de sa poursuite mais applique-les à la conquête de la beauté véritable, permanente, la beauté morale qui fleurit dans le champ de l’Esprit.»

Mosquee BandiagaraBandiaraga : Ancienne mosquée

L’enseignement de Tierno Bokar

«Cherche à travers les ténèbres de la vie matérielle et l’étoile brillante te guidera vers le jardin des beautés réelles et éternelles.»(Coran: Sourate 83, verset 3)

Le contenu de l’enseignement de Tierno Bokar, il est, dans son évangélique simplicité, facile à définir.

C’est d’abord, bien entendu, l’amour de Dieu et l’unicité de Dieu. C’est la base, l’alpha et l’oméga de la révélation : Ecris le nom divin face à ta couche de façon qu’elle soit le matin, au réveil la première chose qui s’offre à ta vue.

«Au lever prononce-le avec ferveur et conviction comme le premier mot sortant de ta bouche et frappant ton oreille. Le soir à ton coucher, une fois étendu fixe-le comme le dernier objet entrevu avant de sombrer dans le sommeil. A la longue, la lumière contenue dans le secret des quatre lettres (°) se répandra sur toi et une étincelle de l’essence divine enflammera ton âme… Répéter sans cesse le nom d’Allah ou la formule attestant l’unicité de Dieu est un sûr moyen d’introduire en soi à souffle qui entretiendra en nous la chaleur mystique.»

(°) Allah s’écrit en arabe avec un alif, deux lam et un ha.

«Il y a des degrés dans la connaissance religieuse, celle des croyants ordinaires, « blottis dans un petit coin de la tradition », puis celle de ceux qui se sont engagés résolument dans la voie qui conduit à la vérité, où l’homme et les autres êtres vivants se réconcilient dans la paix. Mais la troisième, qui la décrira ?»

«Lumière sans couleur, obscurité brillante, c’est, enfin, le séjour de la totale Vérité : Ceux qui ont le bonheur de parvenir au degré de cette lumière perdent leur identité et deviennent ce que devient une goutte d’eau tombant dans le Niger ou plutôt dans une mer infiniment vaste en étendue et en profondeur…

Mais l’union divine ne dispense pas, bien au contraire, de la pratique du devoir moral, qui se résume en peu de mots : amour, charité, pitié, tolérance.»

Un poussin tombé du nid

«Un jour, en 1933, au cours d’une leçon de théologie, un poussin d’hirondelle tombe d’un nid fixé au plafond. Tout attristé de l’indifférence générale, Tierno Bokar interrompit son exposé et dit: « Donnez-moi ce fils d’autrui. »

Il examine le petit oiseau qu’il venait d’appeler si humainement « fils d’autrui », reconnaît que sa vie n’était pas menacée et s’écrie : « Louange à Dieu dont la grâce prévenante embrasse tous les êtres. » Puis levant les yeux, il constata que le nid était fendu et que d’autres petits risquaient encore de tomber.

Aussitôt, ayant demandé du fil, il grimpe sur un escabeau improvisé et raccommode à l’aiguille le nid endommagé, avant d’y replacer l’oisillon. Puis, au lieu de reprendre son cours, il dit: « Il est nécessaire que je vous parle de la charité, car je suis peiné de voir qu’aucun de vous ne possède en suffisance cette vraie bonté de cœur. Et cependant quelle grâce!

Si vous aviez un cœur charitable, il vous eût été impossible de continuer à écouter une leçon quand un petit être misérable à tous les points de vue vous criait au secours et sollicitait votre pitié : vous n’avez pas été ému par ce désespoir, votre cœur n’a pas entendu cet appel.

«Eh bien, mes amis, en vérité, celui qui apprendrait par cœur toutes les théologies de toutes les confessions, s’il n’a pas de charité dans son cœur, ses connaissances ne seront qu’un bagage sans valeur.»

«Nul ne jouira de la rencontre divine, s’il n’a pas de la charité au cœur. Sans elle, les cinq prières canoniques sont des gestes purement matériels sans valeur religieuse ; sans elle le pèlerinage au lieu d’être un voyage sacré devient une villégiature sans profit. Si j’avais à symboliser la religion, je la comparerais à un disque en vannerie dont l’une des faces est amour et l’autre charité.»

Cet épisode est d’autant plus remarquable que la pitié envers les animaux tient bien peu de place dans les religions monothéistes, il y a toutefois d’heureuses exceptions individuelles.

TIERNO BOKAR Bokar Salif Habi ou Tierno Bokar, maître Bokar, ou Tierno 1875-1939  dans Contribution bandiaraga-falaiseFalaise de Bandiaraga

Abou Bakr Al Chibli, mystique du Xe siècle

C’est ainsi qu’un disciple du mystique musulman Chibli (Xe Siècle) pouvait raconter :

«Dieu m’a fait venir et m’a dit :

- Sais-tu pourquoi je t’ai donné ma miséricorde ?

- C’est parce que j’ai beaucoup prié.

- Non pas.

- Parce que j’ai beaucoup jeûné ?

- Non plus : c’est parce qu’un soir d’hiver, dans une rue de Bagdad, tu as ramassé une chatte abandonnée et l’as réchauffée dans ton manteau.»

La violence : un pis-aller

Pour Tierno Bokar la violence est un scandaleux et inutile pis-aller :

«Si l’on tue par les armes l’homme qu’anime le Mal, ce dernier bondit hors du cadavre qu’il ne peut plus habiter et pénètre par les narines dilatées dans le meurtrier pour y reprendre racine et redoubler de puissance. C’est seulement quand le Mal est tué par l’Amour qu’il l’est pour toujours …»

Questionné sur la guerre sainte, il avoue : « Personnellement je n’admire qu’une seule guerre, celle qui a pour but de vaincre en nous nos défauts… Parmi ceux-ci l’orgueil reste un des plus malfaisants » :

« Notre planète n’est ni la plus grande ni la plus petite de toutes celles que Notre Seigneur a créées… Nous ne devons nous croire ni supérieurs, ni inférieurs à tous les autres êtres.

« Les meilleures des créatures seront parmi celles qui s’élèvent dans l’amour, la charité et l’estime du prochain. Celles-là seront lumineuses comme un soleil montant tout droit dans le ciel. »

L’humilité nécessaire conduit au sentiment de la fraternité humaine et à cette haute certitude que les chemins divers peuvent conduire à une unique Vérité. Grande et difficile leçon que refusent tous les fanatismes mais qu’inlassablement répétera Tierno Bokar.

«Frère en Dieu, venu au seuil de notre zaouïa, cellule d’Amour et de Charité, ne querelle pas l’adepte de Moïse ni celui de Jésus, car Dieu a témoigné en faveur de leurs prophéties.

- Et les autres ?

- Laisse-les entrer et même salue-les fraternellement pour honorer en eux ce qu’ils ont hérité d’Adam… il y a en chaque descendant d’Adam une parcelle de l’Esprit de Dieu. Comment oserions-nous mépriser un vase renfermant un tel contenu ? »

«L’arc-en-ciel doit sa beauté aux tons variés de ses couleurs. De même, nous regardons les voix des croyants divers qui s’élèvent de tous les points de la terre, comme une symphonie de louanges à l’adresse d’un Dieu qui ne saurait être que l’Unique.

Un homme, quelle que soit sa race, dès que l’adoration illumine son âme, celle-ci prend l’éclat du diamant mystique. Ni sa couleur, ni sa naissance n’entrent en jeu. »

Message résolument universaliste on le voit, et qui rejoint aisément celui des prophètes d’Israël, celui de l’Évangile, celui d’un Ramakrisna ou d’un Vivekananda dans leur essentielle affirmation que l’Esprit souffle où il veut et qu’il y a « plusieurs demeures dans la maison de mon père. »

Tierno Bokar avait disparu derrière le mur d’argile, souriant au nid d’hirondelle et retournant à son travail de brodeur.

dogon-jf dans Recherches & ReflexionsJeune fille du pays « dogon »

Paroles de Sagesse

La Charité

«Celui qui apprendrait par cœur toutes les théologies de toutes les confessions, s’il n’a pas la charité dans son cœur il pourra considérer ses connaissances comme un bagage sans valeur. Nul ne jouira de la rencontre divine, s’il n’a pas de charité au cœur. Sans elle les cinq prières sont des gesticulations sans importance. Sans elle le pèlerinage est une promenade sans profit.»

Dieu«Dieu est l’embarras des intelligences parce que tout ce que tu conçois dans ta pensée et matérialises par ta parole comme étant Dieu, cesse pas là-même d’être Dieu, pour n’être plus que ta propre manière de le concevoir. Il échappe à toute définition.»

Foi et incroyance«La foi et l’incroyance sont comme deux champs contigus. La prière marque leur limite. Celui qui prie est appelé fidèle, quel que soit le poids de ses péchés. Celui qui ne prie pas est infidèle, quelle que soit la sagesse de sa vie.»

Parcelle de lumière«Tout homme bon ou mauvais est le dépositaire d’une parcelle de lumière.»

La Vérité«Il y a trois vérités : Ta vérité, ma vérité et la vérité.»

La Vie et la Mort«Quand un enfant naît ici bas, je vois ses parents ivres de bonheur se congratuler et annoncer l’événement à grands cris de joie. Quant un des leurs s’en va, je vois les parents affligés porter sur leurs visages et leurs vêtements tous les signes du chagrin et de la douleur.

L’inconséquence humaine apparaît ainsi à ceux qui réfléchissent. Notre race humaine désire la vie et fuit la mort. Or, qu’est-ce que naître? C’est entrer dans un jardin d’où l’on ne pourra sortir que par la porte de la mort, unique issue, commune aux justes et aux injustes, aux croyants et aux incrédules.

Qu’est-ce que mourir ? C’est renaître à la vie éternelle. L’homme qui meurt retourne au jardin paradisiaque où règne Dieu, l’éternelle source de lumière. C’est alors que nous devrions nous réjouir.»

Parabole des oiseaux blancs
et des oiseaux noirs

Oiseaux

«Non seulement, Tierno Bokar s’abstenait de juger autrui, mais encore il essayait de nous faire comprendre qu’une bonne pensée est toujours préférable à une mauvaise, même lorsqu’il s’agit de ceux que nous considérons comme nos ennemis. Il n’était pas toujours facile de nous convaincre, comme le montre l’anecdote suivante où il fut amené à nous parler des oiseaux blancs et des oiseaux noirs.

«Ce jour-là, Tierno avait commenté ce verset : « Celui qui a fait le poids d’un atome de bien le verra ; celui qui a fait le poids d’un atome de mal, le verra » (Coran XC, 7 et 8).»

Comme nous le questionnions sur les bonnes actions, il nous dit :

- La bonne action la plus profitable est celle qui consiste à prier pour ses ennemis.

- Comment ! m’étonnai-je. Généralement, les gens ont tendance à maudire leurs ennemis plutôt qu’à les bénir. Est-ce que cela ne nous ferait pas paraître un peu stupide que de prier pour nos ennemis ?

- Peut-être, répondit Tierno, mais seulement aux yeux de ceux qui n’ont pas compris. Les hommes ont, certes, le droit de maudire leurs ennemis, mais ils se font beaucoup plus de tort à eux-mêmes en les maudissant qu’en les bénissant.

- Je ne comprends pas, repris-je. Si un homme maudit son ennemi et si sa malédiction porte, elle peut détruire son ennemi. Cela ne devrait-il pas plutôt le mettre à l’aise ?

- En apparence, peut-être, répondit Tierno, mais ce n’est alors qu’une satisfaction de l’âme égoïste, donc une satisfaction d’un niveau inférieur, matériel.

Du point de vue occulte, c’est le fait de bénir son ennemi qui est le plus profitable. Même si l’on passe pour un imbécile aux yeux des ignorants, on montre par là, en réalité, sa maturité spirituelle et le degré de sa sagesse.»

- Pourquoi ? lui demandai-je. C’est alors que Tierno, pour m’aider à comprendre, parla des oiseaux blancs et des oiseaux noirs.

- Les hommes, dit-il, sont les uns par rapport aux autres, comparables à des murs situés face à face.

Chaque mur est percé d’une multitude de petits trous où nichent des oiseaux blancs et des oiseaux noirs. Les oiseaux noirs, ce sont les mauvaises pensées et les mauvaises paroles.

Les oiseaux blancs, ce sont les bonnes pensées et les bonnes paroles. Les oiseaux blancs, en raison de leur forme, ne peuvent entrer que dans des trous d’oiseaux blancs et il en va de même pour les oiseaux noirs qui ne peuvent nicher que dans des trous d’oiseaux noirs.

Dogon

Youssouf et Ali

« Maintenant, imaginons deux hommes qui se croient ennemis l’un de l’autre. Appelons-les Youssouf et Ali.

Un jour, Youssouf, persuadé que Ali lui veut du mal, se sent empli de colère à son égard et lui envoie une très mauvaise pensée.

Ce faisant, il lâche un oiseau noir et, du même coup, libère un trou correspondant. Son oiseau noir s’envole vers Ali et cherche, pour y nicher, un trou vide adapté à sa forme.

Si, de son côté, Ali n’a pas envoyé d’oiseau noir vers Youssouf, c’est-à-dire s’il n’a émis aucune mauvaise pensée, aucun de ses trous noirs ne sera vide.

Ne trouvant pas où se loger, l’oiseau noir de Youssouf sera obligé de revenir vers son nid d’origine, ramenant avec lui le mal dont il était chargé, mal qui finira par ronger et détruire Youssouf lui-même.

Mais imaginons qu’Ali a, lui aussi, émis une mauvaise pensée. Ce faisant, il a libéré un trou où l’oiseau noir de Youssouf pourra entrer afin d’y déposer une partie de son mal et y accomplir sa mission de destruction.

Pendant ce temps, l’oiseau noir d’Ali volera vers Youssouf et viendra loger dans le trou libéré par l’oiseau noir de ce dernier. Ainsi les deux oiseaux noirs auront atteint leur but et travailleront à détruire l’homme auquel ils étaient destinés.

Mais une fois leur tâche accomplie, ils reviendront chacun à son nid d’origine car, est-il dit :

Toute chose retourne à sa source

«Le mal dont ils étaient chargés n’étant pas épuisé, ce mal se retournera contre leurs auteurs et achèvera de les détruire.

L’auteur d’une mauvaise pensée, d’un mauvais souhait, d’une malédiction est donc atteint à la fois par l’oiseau noir de son ennemi et par son propre oiseau noir lorsque celui-ci revient vers lui.

La même chose se produit avec les oiseaux blancs. Si nous n’émettons que de bonnes pensées envers notre ennemi alors que celui-ci ne nous adresse que de mauvaises pensées, ses oiseaux noirs ne trouveront pas de place où loger chez nous et retourneront à leur expéditeur.

Quant aux oiseaux blancs porteurs de bonnes pensées que nous lui aurons envoyés, s’ils ne trouvent aucune place libre chez notre ennemi, ils nous reviendront chargés de toute l’énergie bénéfique dont ils étaient porteurs.

Ainsi, si nous n’émettons que de bonnes pensées, aucun mal, aucune malédiction ne pourront jamais nous atteindre dans notre être.

C’est pourquoi il faut toujours bénir et ses amis et ses ennemis. Non seulement la bénédiction va vers son objectif pour y accomplir sa mission d’apaisement, mais encore elle revient vers nous, un jour ou l’autre, avec tout le bien dont elle était chargée.»>

C’est ce que les soufis appellent l’égoïsme souhaitable. C’est l’Amour de Soi valable, lié au respect de soi-même et de son prochain parce que tout homme, bon ou mauvais, est le dépositaire d’une parcelle de la Lumière divine. C’est pourquoi les soufis, conformément à l’enseignement du Prophète, ne veulent souiller ni leur bouche, ni leur être par de mauvaises paroles ou de mauvaises pensées, même par des critiques apparemment bénignes. »

Amadou Hampata Ba

Amadou Hampaté Bâ

«Amadou Hampaté Bâ est l’auteur de la formule : En Afrique, chaque fois qu’un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle.

Si cet écrivain peul a toute sa vie lutté contre l’extinction de sa culture, en encourageant l’alphabétisation de son peuple ou encore en transcrivant lui-même une part de ses traditions, c’est peut-être parce qu’il ne voulait pas que l’enseignement coranique oral de son maître, le Sage de Bandiagara, fût à jamais perdu.

Comme Platon a transmis la pensée de Socrate, Amadou Hampaté Bâ a retracé « La Vie et l’Enseignement de Tierno Bokar ».

De ce livre magnifique Peter Brook et sa collaboratrice Marie-Hélène Estienne ont tiré un spectacle bouleversant qui a fait le tour du monde.

Au théâtre, la pièce se présente comme une veillée, au cours de laquelle sont célébrés tour à tour l’intelligence, la bienveillance, le stoïcisme et la douceur inaltérable de cet adepte du soufisme. Au moment où l’angoisse nous pousse parfois à fourrer foi et fanatisme dans le même sac, cette fervente leçon de tolérance donnée par un musulman tombe à pic. Outre son actualité Tierno Bokar est un spectacle aérien. Un souffle de grâce et de paix. C’est le Malien Sotigui Kouyaté, un fidèle compagnon de Peter Brook qui tient le rôle du marabout : il incarne la noblesse même.»

Ma visite à Bandiagara

Lorsque, en 1969, je suis retourné sur le plateau de Bandiagara (Mali), sur les lieux où avait vécu et enseigné Tierno Bokar, le souvenir de cet homme exceptionnel n’avait laissé que peu de traces.

Le site était magnifique. Dressés au-dessus de la plaine de Gondo, les admirables villages de Dogons semblaient sortir intacts de la nuit des temps et de la légende.

BandiagaraMaison du sage que l’on montre aux touristes

Après quelques années d’animation, la curiosité suscitée par le succès de la pièce de théâtre et du livre sur la vie de Bokar s’était dissoute.

L’emplacement même où se trouvait la case de sa zaouïra était incertain car plusieurs familles prétendaient que leur demeure avait été celle du saint homme.

Quant aux tombes d’Aïssata et de Tierno, miraculeusement redécouvertes et entretenues par un guide et « chercheur de trésors », elles ne sont visitées que par des touristes.

Seul un très vieux conteur se souvenait du « sidi » dont il affirmait qu’ il volait dans les airs avec les oiseaux, qu’il faisait tomber la pluie les années de sécheresse, qu’il transformait les pierres en pain et les sauterelles en sauvagines.

© : Gérald Lucas

 

TombesTombes présumées d’Aïssata et de Tierno Bokar

SOURCES :

  • Borowicz (Brontislav) : Les Maîtres du Savoir, Chez l’auteur, Lausanne, 1968
  • Hampaté Bâ (Amadou) : Le Sage de Bandiagara, Editions du Seuil
  • Hampaté Bâ (Amadou) : Vie et enseignement de Tierno Bokar,Collection Points Seuil
  • Lucas (Gérald) : Tierno Bokar : le Sage du Désert, Editions de la Louve, Genève, 1977
  • Monod (Théodore) : L’Émeraude des Garamantes, Actes Sud, 1992
  • Schweizer (Marc) : Les Sages de l’Islam, in Science & Magie, 1992
  • Un site pour mieux connaître Théodore Monod, l’un des géants du XXe siècle :

Théodore Monod 

Sage 

Dernière mise à jour: 27 octobre 2013

Merci à toi mon B:. A:. F:. Christian l’africain universel

Protégé : « L’engagement spirituel du Maître Secret» – 4°- 11 février, 2017

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Perfection.... , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Le Delta lumineux : lumière et médiation – 1°-

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Contribution , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Où travaillez-vous ? – 3°- 4 février, 2017

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Contribution , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria