navigation

PARACELSE 8 janvier, 2019

Posté par hiram3330 dans : Recherches & Reflexions , trackback

PARACELSE

« La Nature ne suit pas l’homme;
c’est l’homme qui doit la suivre. »

PARACELSE dans Recherches & Reflexions _wsb_267x361_Paracelsus
«Mes écrits dureront et subsisteront jusqu’au dernier jour du monde comme véritables et incontradicibles.»- Paracelse -

Paracelse (né Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim en 1493 à Einsiedeln en Suisse centrale – 1541) était un alchimiste & médecin suisse de la Renaissance.

Son père, Wilhelm von Hohenheim, était alchimiste et médecin. De 1502 à 1507, il enseigna à son fils les rudiments de la pensée humaniste. Paracelse, sous la houlette de Trithème, s’intéressa ensuite à l’alchimie.

Dans les années 1520, Paracelse, qui se fait nommer ainsi parce qu’il estime sa connaissance supérieure à celle de Celse, critique les principes de la médecine établie. Pour ce médecin itinérant, l’idée d’un cycle de vie cosmique fondé sur la cuisson et les éléments aristotéliciens est fausse et mérite une révision.

Malgré sa mauvaise réputation, due à sa personnalité caustique et à ses croyances religieuses radicales, il convainc les médecins des cours d’Europe d’abandonner leurs anciens principes et d’en chercher de nouveaux.

Paracelse, en effet, ne se contentait pas d’approximations. Il considérait que les médecins authentiques se devaient, au début de leur pratique, de prêter ce serment:

« Je fais le serment de ne pas faire de supposition mais de savoir. »- Paracelse -
Paracelse était un Spagyriste. « Spagyrie » est, d’ailleurs, un mot inventé par Paracelse, qui vient de « Spao » (séparer) et « Ageiro » (réunir).Autrement dit: Décomposer la vie, la débarrasser de ses impuretés, puis la recomposer à un niveau supérieur d’évolution. Ceci s’applique, dans le domaine des préparations de substances, avec l’intervention d’un alchimiste spagyriste, maître du Feu.Il va séparer les 3 Principes, les purifier, pour enfin les réunir, afin de puissamment en augmenter les vertus.

« De l’Unité tirez le Nombre ternaire et ramenez le Ternaire à l’Unité. »
- Paracelse -

Les 3 Principes spagyriques d’une plante sont:

1 – L’huile essentielle (Âme de la plante – Soufre)
2 – La teinture liquoreuse (Esprit de la plante – Mercure)
3 – Les sels minéraux et les oligo-éléments (Corps de la plante – Sel).

La plante ou le minéral subit une transformation alchimique pour révéler sa quintessence. Cette sublimation, cet Elixir est ensuite utilisé au profit de l’équilibre de l’homme. Le travail spagyrique est un art rigoureux calqué sur les rythmes de la Nature.

Une plante ne délivrera jamais son Élixir Spagyrique avec un forcing, pour satisfaire une commande pressante, car il est l’œuvre d’un authentique mûrissement. Il agit comme un catalyseur sur les plans physique, psychique, et spirituel de l’être.

La spagyrie c’est aussi l’application des lois alchimiques dans le domaine de la thérapie.

D’une façon synthétique, l’n peut dire que la spagythérapie englobe plusieurs aspects des médecines naturelles. Elle fait indéniablement figure de médecine holistique. Elle a notamment recours à l’Arbre des Sephiroth, aux tests énergétiques issus de la Médecine Traditionnelle Chinoise, aux Chakras et à la médecine énergétique.

Un Spagyriste prépare les Elixirs selon un protocole bien déterminé.

L’Elixir spagyrique est une Quintessence végétale qui a mûri jusqu’à être réellement bio-disponible.
A ce titre, il est bien supérieur aux simples teintures ou composés aromatiques, car il rassemble en lui tous les principes actifs de la plante:
- Les principes actifs et ciblés des huiles essentielles.
- Les vertus purifiées et subtiles des teintures végétales.
- La force de cohésion, de structuration et d’équilibre des oligo-éléments et minéraux propres au végétal choisi. Le tout dans une bonne cohésion naturelle.

Un Elixir spagyrique ne peut être comparé à un mélange d’huiles essentielles, de teintures et d’oligo-éléments qui ne serait qu’un simple assemblage de parties sans jamais pouvoir former un TOUT harmonieux, une Quintessence, une Synergie, point de départ du Mouvement énergétique.

Il ne suffit pas de faire des mélanges d’ingrédients pour retrouver et faire naître la Quintessence de la plante, l’Archétype, ou Premier Être, ainsi que l’appelaient les anciens Spagyristes.

Cela implique un mode de préparation des plantes tout à fait particulier:

« Mais les herbes et leurs semblables doivent être prises d’abord et macérées et « putréfiées » dans une bonne eau-de-vie, ainsi pendant un mois. Distille-les ensuite au bain-marie, rajoute encore et procède comme précédemment jusqu’à ce que la quantité de l’eau-de-vie soit réduite à un quart du suc des plantes; redistille le produit au bain-marie pendant un mois, en y ajoutant à nouveau des plantes, puis sépare-les et possède un magistère de l’herbe que tu désires ».

 - Paracelse -

Paracelse, médecin suisse de la Renaissance, connut une vie tumultueuse. Sa tentative pour rénover la médiocrité de la médecine de son époque lui valut de nombreux ennemis, d’où une vie d’errance parsemée de guérisons spectaculaires dans les villes qui l’accueillaient reçu par les princes, puis chassé par ses « confrères » jusqu’à sa mort mystérieuse en 1541.

Ses écrits sont denses et, pour y accéder, nécessitent une forte concentration, mais ils demeurent toujours brûlants d’actualité à l’heure où se réveillent de nombreuses médecines dites « énergétiques ».

Paracelse était donc alchimiste, sans doute déjà initié très jeune par son père, lui même médecin. Biochimiste, physiologiste et pathologiste, il établit les fondements de la médecine moderne et pressent les principes essentiels de l’homéopathie.

Paracelse développe ses thèses à partir de la « doctrine des signatures ». Il prédit la découverte d’ingrédients actifs dans les plantes.

Il pensait que l’univers matériel ne peut être séparé de l’univers spirituel et que tout dans la création a son importance. Alors, il posait comme principe que toute maladie traduit un écart, dû à la faillibilité de l’esprit et des sens, entre notre situation présente et notre nature spirituelle originelle. Il s’agissait donc de trouver le remède susceptible de nous ramener à notre nature spirituelle, seule source véritable de la guérison.

« C’est pourquoi apprends donc l’Alchimie,
qui porte aussi le nom de Spagyria,
qui enseigne l’Art de séparer le faux du vrai.
Ainsi est la lumière de la Nature. »
- Paracelse -

Il a aussi dit:

« Tout est poison, rien n’est poison.
La dose fait le poison. »
«Tout est poison, rien n’est {sans} poison.
Seule la dose fait qu’une chose n’est pas un poison.»

« Les blessures et les plaies ont leur loi de réparation. »

« Chaque heure apporte avec elle du neuf, de sorte que rien ne demeure identique à soi. Car, s’il en était ainsi, le malade demeurerait malade et ne connaîtrait ni amélioration ni aggravation, et l’homme bien portant demeurerait bien portant. L’on ne peut pas guérir une maladie avant l’heure; il faut le temps. »

Paracelse dans Recherches & Reflexions

- Paracelse -

Définition de la Quintessence:

« La Quintessence est une certaine matière extraite de toutes choses que la Nature a produites et de chaque chose qui possède sa vie corporelle en elle-même, une matière la plus subtilement purgée de toute impureté et de toute mortalité, et séparée de tous éléments. D’après ceci, il est évident que la quintessence est, pour tout dire, une nature, une force, une vertu, et une médecine, à la fois, en vérité, enfermée en toutes choses, mais désormais libre de tout domicile et de toute incorporation extérieure. » (Paracelse: « Le Quatrième Livre des Archidoxes ».)

Bref, la même chose que: « Yaspis » – « Le Pur, le Noble ».

Tout doit, cependant, être constamment vérifié:

« Il n’est pas dans nos habitudes de croire, d’enseigner et de suivre ce qui ne peut être confirmé par l’expérience et la pratique véritables. »   - Paracelse -

Et voici, pour clore la présente introduction, sa prodigieuse conception – aujourd’hui, l’on en est loin! – de ce que c’est que l’Art du médecin:

« Il appartient donc au Médecin qui veut s’instruire de savoir ce qu’est la Calcination et la Sublimation, non seulement les opérations superficielles mais et qui, fait bien plus important, permettent celles qui modifient intérieurement les choses la préparation et aussi le mûrissement que la Nature ne leur a pas donnés.

Le Médecin doit posséder l’Art de faire mûrir les choses; car il est l’Automne, l’Hiver… Il est l’Astre qui doit agir sur les choses pour les achever ».  – Paracelse -

C’est ainsi que Paracelse a montré les rôles respectifs de la Nature et de l’Homme: L’homme – médecin – doit porter les éléments de la Nature à un degré de mûrissement qui ne peut être atteint par la seule action de la Nature.

« L’homme est l’ »acheveur » de la Nature! »
SOURCE : http://ecoledevie.fr/35.html
11201610_10207964077645728_1090502966700773902_n

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria