navigation

La langue des oiseaux … Langue des Anges ? 9 octobre, 2020

Posté par hiram3330 dans : Recherches & Reflexions , trackback

La Langue des oiseaux … Langue des Anges ?

 3ee7e72834519153214607a988184521
La Langue des Oiseaux est une manière très particulière de donner du sens aux lettres, aux mots ou aux phrases. Elle repose sur le jeu des sonorités et sur le symbolisme propre à chaque lettre, figuré par leur graphisme autant que par les résonances sonores qu’elles suscitent. 
 
 
S’affranchissant des règles de grammaire et d’orthographe, la Langue des Oiseaux recouvre aussi un ensemble de procédés qui permettent d’entendre différemment les sons, les mots et les expressions afin d’en faire émerger le sens secret.
C’est autant une tournure d’esprit qu’une disposition à capter la puissance symbolique du langage. Elle permet de donner du sens aux « maux » que nous exprimons en écoutant les « mots » que nous utilisons.
 
La Langue des Oiseaux et la Tradition initiatique occidentale
 
Évoquée dans le mythe de Tirésias et utilisée par tous ceux qui ne désirent pas être compris du plus grand nombre, elle fut employée par les Initiés du Moyen-Age pour déguiser le sens profond de leur pensée, et par les Alchimistes, qui se transmettaient ainsi leurs secrets de fabrication.
Elle doit son nom à son caractère volatil, léger et aérien autant qu’au symbolisme universel de l’oiseau, considéré de tous temps comme l’intermédiaire entre l’homme et les dieux.
A l’image du chant mélodieux des oiseaux, ce langage fut considéré comme celui de l’Esprit, ainsi, les cartouches des cathédrales, les blasons et certaines sculptures médiévales ne peuvent se décrypter sans une maîtrise de cette Langue.
Encore appelée Langue de Dieu, Langue des Anges (Dante), Langue Verte (Fulcanelli), Dive Bouteille (Rabelais), Gay Savoir ou Gay Science, la Langue des Oiseaux fut employée par les troubadours et utilisée par des auteurs comme François Villon, Rabelais ou Cyrano de Bergerac pour masquer la dimension ésotérique de leurs œuvres. 
 
 
Elle permet également d’appréhender de manière plus subtile les contes de Charles Perrault ou d’entendre différemment les péripéties de personnages tels Till l’Espiègle, Peter Pan ou Robin des Bois.
 
Les Procédés 
 
Parmi les procédés sur lesquels s’appuie la Langue des Oiseaux, citons entre autre l’utilisation des homonymes, des acrostiches, des palindromes, des anagrammes, des inversions, de l’euphonie, du lanternois, des rébus, de la contrepèterie, du symbolisme et de l’étymologie.
La partie la plus secrète de la Langue des Oiseaux comprend surtout, une lecture ésotérique et hiéroglyphique de chaque lettre de l’alphabet ainsi qu’une correspondance énergétique précise, qui s’apprend, se ressent et se comprend.
 
A l’image de l’oiseau quittant le sol, la pratique de la langue des oiseaux élève l’esprit et permet de saisir les sens, et même « l’essence » de toutes paroles. Nous aborderons d’abord les mécanismes de ce langage et surtout la symbolique que transporte son nom
La langue des oiseaux, considérée par certains comme une langue secrète tenant de la cryptographie, qui se fonde sur trois niveaux :
  • La correspondance sonore des mots énoncés avec d’autres non-dits     permet un rapprochement sémantique qui constitue un codage volontaire,     soit pour masquer une information, soit pour amplifier le sens du mot     premier ;
  • Les jeux de mots utilisés permettent un codage     davantage subtil et ésotérique, les mots se reflètent ad     libitum : verlan,      anagrammes,     fragments de mots, etc. ;
  • La graphie     enfin, fondée sur la symbolique mystique     des lettres des mots énoncés, peut renvoyer à un codage iconique     renforçant le sens des mots, comme dans les hiéroglyphes.
 
La Langue des Oiseaux est  la technique  de cryptage et de décryptage, donc de compréhension « en profondeur », de la langue française ; elle correspond à la Kabbale pour l’hébreu, à la Science des lettres (ilmul-hurûf ) pour l’arabe classique et à la Hiéroglyphie pour l’égyptien ancien.
Les premiers auteurs qui la mentionnèrent très précisément sous ce vocable ( Grasset d’Orcet, puis les alchimistes Fulcanelli et Canseliet, René Guénon,  Emmanuel-Yves Monin ) la nomment également, avec références,  Langue des Dieux (Platon), des Anges (R.Guénon qui cite le Coran XXVII.15), Langue sacrée, langue diplomatique, Cabale euphonique, phonétique, solaire, hermétique, langue des Cabaliers, Chevaliers, de Pégase,  Gaie science, Gaye sçavoir, (Fulcanelli), le Lanternois (Rabelais), la Langue farcie, la « Langue grecque réservée » (Troubadour Peire Cardenal).
 
Utilisée en général surtout pour « extraire l’esprit,(…) saisir la signification secrète » des ouvrages didactiques et des « sciences ésotériques »
 
Tous les ouvrages traitant de la Langue des Oiseaux  donnent d’identiques  techniques  pour décrypter les mots : par étymologie classique,  à partir des racines  entendues en d’autres mots ; par décomposition en   mots plus courts du français lui-même ( amuser = âme user) ; par racines ou mots grecs ayant des similitudes euphoniques ;  ce, dit Fulcanelli, à cause de l’origine (grec archaïque des Pélasges) de notre langue (Demeures philosophales .1); par lecture,  en concomitance,  des sonorités de lettres exprimant un mot (P = Paix, R = air ; etc.); par étude de la séquence sonore de toutes les  lettres d’un mot (Rite = hérité E), sans permutation des consonnes ; à l’aide, également, de leur symbolisme  (par la Hiéroglyphie); en permutant les consonnes pour les rapprocher d’autres mots et en étudiant le sens des lettres de la modification ;  parfois, par lecture inversée, pour la signification contraire ; ainsi, notaient les Troubadours, Roma est  le contraire d’Amor.
 
« Et Salomon fut l’héritier de David ; et il dit : O hommes ! Nous avons été instruits du langage des oiseaux [‘ullimna mantiqat-tayri] et comblés de toutes choses »
 
Le terme aç-çāffāt est considéré comme désignant littéralement les oiseaux, mais comme s’appliquant symboliquement aux anges (al-malā’ikah) par proximité phonétique. La langue des oiseaux serait donc une expression pour désigner la langue des anges. (Guénon cite notamment l’étude sur le symbolisme de l’« oiseau de paradis » de M. L. Charbonneau-Lassay fondée sur une sculpture où cet oiseau est figuré avec seulement une tête et des ailes, forme sous laquelle sont souvent représentés les anges).
Les comptines, comme les contes, ont une origine ésotérique certaine. À l’origine, ils ne s’adressaient pas aux enfants mais aux initiés ou aux apprentis. Nombre de références à l’alchimie sont codées au sein des comptines qui sont des mises en histoire dramatique des phases de la quête d’initiation. On peut ainsi voir la célèbre comptine « Au clair de la lune / Mon ami Pierrot » comme un texte codant un autre texte sous-jacent.
 
Le texte originel est :
 
Au clair de la lune Mon ami Pierrot Prête-moi ta plume Pour écrire un mot Ma chandelle est morte Je n’ai plus de Feu Ouvre-moi ta porte Pour l’amour de Dieu
On peut voir alors un autre texte, lu selon la langue des oiseaux :
Au clerc de la lune Mon ami pie héraut Prête mots à ta plume. Pour écrire un mot : Mâche chant d’ailes, et mots heurte. Jeu n’est plus de feu, Ouvre mots à ta porte. Pour l’âme, hourde d’yeux.
Ce texte contient un message codé et ésotérique qui peut se décomposer comme ci-après :
 
« Au clerc de la lune » fait référence au messager de l’ombre, le « clerc » étant habillé d’une soutane noire, proche de la nuit. Les versions très anciennes de cette chanson indiquent le mot « lume » et pas « lune », c’est-à-dire « lumière » en français moderne. Le « clerc de la lume » deviendrait alors « le gardien de la lumière », entendu comme « lumière intérieure ». « Mon ami pie héraut » : le clerc est le porteur du message qui est la « pie hérault » qui peut s’entendre comme la source d’inspiration : l’oiseau qui annonce une vérité. « Prête mots à ta plume » fait référence symboliquement aux mots comme des sens volatiles, à interpréter dans un sens figuré, aérien comme les oiseaux. « Mâche chant d’aile, et mots heurte» enjoint à briser la structure des mots pour en faire ressortir le sens phonétique, but de la langue des oiseaux. « Jeu n’est plus de feu » : il existe un sens caché dessous, une autre lumière, « defeü » signifiant en ancien français « misérable » (« je n’est plus misérable »). « Ouvre mots à ta porte » appelle à accepter les mots comme ils sont. Enfin, « Pour l’âme, hourde d’yeux » s’entend : si l’on veut connaître l’initiation, il faut ouvrir les yeux, savoir regarder, ce qui renvoie à la condition de spontanéité nécessaire au décodage de la langue des oiseaux.
 
 
Chaque lettre a un sens et la manière dont elle s’articule avec sa voisine donne une clef.
Par exemple, un mot important pour nous : le mot MORT. L’interprétation en est la suivante :
La forme de la première lettre (M) évoque une femme qui accouche, c’est la création, la mère. Nous pouvons aussi entendre « AIME ». Il y a ensuite, le (O) pour eau, le (R) pour l’air, et le (T) pour la terre. 
Nous pouvons constater qu’il manque un élément. C’est le Feu. Ne disons-nous pas d’un défunt qu’il est feu et c’est sans doute pourquoi ici il s’éteint. Ce qui nous permet de ne plus avoir peur de la mort puisque le Feu continue son chemin ailleurs. Ce travail lettre par lettre peut être utilisé à peu près pour tout, aussi bien pour des mots communs que des prénoms, des marques ou des sigles.
 
En comprenant la combinaison de ces lettres, mots et phrases, un certain nombre de clefs très intéressantes apparaissent.
 
De quoi aiguiser la curiosité de tous les cherchants en quête de Vérité.
 
 
Thierry Ronat
Source : l’excellent blog REFLEXIONS SUR TROIS POINTS
Steven Kenny 3

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria