navigation

Être Franc-Maçon : Qu’entendons-nous par là ? 23 mai, 2021

Posté par hiram3330 dans : Contribution , trackback

Être Franc-Maçon : Qu’entendons-nous par là ? est un article tiré du numéro de décembre 2015 de la revue maçonnique ALPINA de la Grande Loge Suisse Alpina (GLSA)

heft-2002-3

SGLA-Logo

Le terme de « fraternité »signifie, pour nous Francs-Maçons, beaucoup. Cette fraternité peut nous enrichir, nous donner des ailes, nous libérer de nos soucis. Mais elle ne nous tombe pas toute cuite dans la bouche. On doit lui donner forme de façon consciente et l’utiliser même pour nous aider à régler des conflits. Suivent maintenant quelques-uns des aspects d’un thème fascinant.

Le peintre hollandais Vincent van Gogh (1853-1890) a écrit : « L’amitié entre frères est un appui solide dans le cours de la vie ». Son frère Théo lui est venu en aide chaque fois que cela lui a été possible, ceci par une aide financière, par des encouragements et de temps à  autre par la vente de tableaux. Sans l’aide de Théo, l’activité de Vincent n’aurait guère été possible. Le Franc-Maçon, quant à lui, vit une forme complémentaire de cette fraternité. Elle se mani­feste chez lui jusque dans le domaine spirituel.

Donner vie à l’impensable

Le ministre allemand des Affaires étrangères Gustav Stresemann et son collègue français Aristide Briand signèrent le 16 octobre 1925 le Traité de Locarno. Une année plus tard, l’Allemagne fut reçue au sein de la Société des Nations. Deux évènements que plus grand des rêveurs n’auraient osé jusqu’ici imaginé. Les deux pays, ennemis acharnés au cours de la Première Guerre mondiale, concluent des contrats entre eux. L’Allemagne refusera doréna­vant toute participation à une agression. Les Anglais évacuent la Rhénanie. Les deux hommes politiques reçoivent le Prix Nobel de la Paix en décembre 1926. Et l’un comme l’autre étaient Francs-Maçons.

Liberté, Égalité, Fraternité, Tolérance et Humanité : ceux qui s’inspirent de ces idéaux sont considérés comme des Don Quichotte.

Stresemann et Briand réalisèrent là quelque chose que d’autres Frères avaient déjà réalisé avant eux: ils réalisèrent l’impensable. Il existe une abondance d’évènements semblables. C’est ainsi que certains épisodes de la Guerre Civile américaine sont devenus légendaires. Des officiers et des hommes de troupe appartenant aux deux camps ont exécuté en commun sur le champ de bataille des Travaux maçonniques. Ils étaient prévenus : si ces faits parve­naient à la connaissance du grand public, ils risquaient d’être traînés devant un tribunal mili­taire et condamnés à la peine capitale devant le peloton d’exécution pour haute trahison. Mais ils poursuivirent malgré tout leur activité condamnable. Ces Frères ignoraient là des interdits profanes – comme ils l’avaient fait au XVIII s. lorsque leurs idéaux heurtaient souvent de front les réalités sociétales.

Vivre conformément aux valeurs

Tous ces hommes mettaient au premier plan les valeurs telles que : liberté, égalité, fraternité, tolérance et humanité. Les individus se conformant à ces principes pouvaient bien sûr être raillés comme tenants des élucubrations de Don Quichotte. Notre monde est dégénéré jusqu’à considérer les relations humaines comme un objet ressortant à l’économie. On connaît avant toute chose le prix d’une chose, mais en aucune façon sa valeur. Cela oblige le franc-maçon à dilapider inutilement beaucoup d’énergie. Mais lorsqu’un homme est un Frère pour d’autres Frères, il peut retrouver cette énergie perdue.

Le Frère se mesure à l’aune des vertus maçonniques. Il se bat au nom de la liberté contre l’oppression et l’exploitation. Il se bat pour l’égalité devant la loi et s’efforce de faire dispa­raître les différences de classe. Sa tolérance se manifeste dans son ouverture à l’égard d’autres opinions que la sienne. L’humanité intègre la dignité de l’homme. Une appréciation judi­cieuse de la valeur d’une chose, d’une action, pourrait conduire à professer un comportement moral pour lequel la bonne intention compte plus que le résultat concret obtenu. Il en découle que, pour le franc-maçon, il est d’autant plus important de se forger une éthique responsable, c’est-à-dire promouvoir le résultat avant tout.

Prendre conscience des traditions

Lorsque l’on étudiait les origines de la Franc-Maçonnerie, il était dans d’usage, dans un passé plus ou moins lointain, d’aller chercher loin dans l’histoire, ainsi par exemple jusque dans l’Égypte ancienne, dans l’histoire de la Chine et dans les Mystères d’Éleusis. Aujourd’hui, comme le dit l’historien et franc-maçon autrichien Helmut Reinhalter, « de nos jours, l’historiographie maçonnique a donné une plus grande importance aux guildes, aux corporations de maçons et de tailleurs de pierre, aux architectes des cathédrales, aux compagnons du voyage, aux chevaliers templiers, aux ordres monastiques, aux académies établies de longue date ainsi qu’aux sociétés éclairées et aux Rose-Croix qui se placèrent sans difficulté au premier rang des spéculations historiques ».Ce sont toutes des communautés dans lesquelles la fraternité est plus marquée ou comprise d’une manière plus étendue.

Partager le mystère

Le Frère vit au centre de trois cercles concentriques: le plus petit, celui situé au centre des deux autres est celui des Travaux, puis celui des Travaux en salle de conférence et le plus ex­térieur celui de la vie profane quotidienne. Mais la fraternité est de rigueur dans l’ensemble des trois ; elle est le lien qui soude l’un à l’autre. La profondeur de ces relations et la discré­tion qui les entoure imposent l’usage du nom de « Frères » plutôt que celui d’«amis ».

Il n’est pas possible de se choisir des liens de parenté. Mais en ce qui concerne un Frère dans le sens maçonnique du terme, chaque individu est libre de se créer un tel lien  ou au contraire de le refuser.

On ne découvrira le noyau ésotérique de la Maçonnerie ni sur Internet ni dans les livres. Il est même douteux que l’on puisse concevoir ce noyau à l’aide de mots. Il est de toute manière protégé par la  loi du silence. Le silence augmente encore la valeur de la chose tue. On connaît ce fait par l’expérience acquise dans les écoles spirituelles des chartreux et des trappistes. Le silence conduit à l’essence des choses. Et un silence pratiqué collectivement peut constituer une expérience aussi intense qu’un échange de paroles.

Être  le protecteur de son Frère

C’est par l’intermédiaire du concept de « frère » que se définissent les membres de nom­breuses cultures ou sous-cultures. C’est ainsi que l’on parle de « frère d’armes » dans les af­faires militaires et de « frère de couleur » dans les sociétés d’étudiants. Des « frères de sang » donneraient leur vie pour secourir leur proche. On ne peut pas décider qu’un individu est son parent. Mais, en ce qui concerne au sens maçonnique du terme, chaque individu peut en déci­der librement.

L’Ancien Testament rapporte qu’après qu’il eut tué son frère Abel, le Seigneur s’adressa à Caïn en ces termes : « Où est ton frère Abel ? » ; Caïn lui répondit : « Je n’en sais rien ; suis-je le gardien de mon frère ». À cette question, le Franc-Maçon aurait répondu « Oui ». Telle aurait dû être sa réponse. Dans la fraternité maçonnique, ce sont également l’estime, l’empathie, l’engagement créés par ce lien qui sont au premier plan et ne peuvent être ignorés. Les Anciens Devoirs l’affirment : « L’Amour fraternel doit s’exercer, cette pierre de fonda­tion et de fermeture de la voûte, le ciment et la réputation de l’ancienne Fraternité ».

Beethoven a incorporé l’idéal d’une fraternité universelle, dépassant toute considération indi­viduelle lorsqu’il affirme dans sa 9ème Symphonie : « Tous les hommes deviendront frères ». Mozart, quant à lui, a placé la même affirmation dans sa Flûte enchantée ». Et Andreas Mi­chaël Ramsay, membre de la Royal Society, évoque en 1737 déjà, devant la Grande Loge Française, »les principes sublimes de la vertu, de la science, de la religion, principes direc­teurs de la Fraternité devant devenir ceux de l’humanité tout entière.

Développer une culture des conflits

Lorsque l’on évoque une fraternité, la prise en considération des conflits s’impose d’elle-même. Ces conflits ne sont pas fondamentalement mauvais en soi. Ils se créent par eux-mêmes et trouvent facilement leur place. Ils ne deviennent nocifs que par leur influence sur nos pensées, nos actes, nos comportements lorsque par exemple on nie ces influences ou lorsque l’on re­cherche la faute chez l’autre, au lieu de se préoccuper de ses propres travers. Les conflits sont la pierre de touche de la fraternité. Oui, ils peuvent mettre en branle la fin de toute chose.

Le philosophe Sénèque a abordé le problème lorsqu’il a déclaré : « Chaque individu doit être son propre ami »

Dans les Anciens Devoirs déjà, le problème est évoqué avec la mise en évidence du dilemme se présentant avec la mise en évidence à des Frères entrainés dans un conflit. Ceci débouche sur un enchaînement partant de la Loge, puis passant par la Réunion des Maîtres en Chaire pour aboutir à l’Assemblée Générale de la Grande Loge. Les Frères doivent dans toute la me­sure du possible éviter de faire intervenir les tribunaux civils. Un conseil fraternel peut per­mettre d’éviter une telle conclusion. Si l’on en arrive malgré tout à un procès, celui-ci doit être conduit « sans rage ni amertume ». Car il s’agit là en définitive de la reprise ou de la poursuite d’un amour fraternel et de bons rapports.

Être un Frère pour soi-même

Le philosophe Sénèque a abordé ce problème en déclarant : « Toute personne doit être son propre ami ». Dans une telle situation, le terme d’«ami » pourrait être remplacé par celui de « frère ». Toutes les exigences énumérées ci-dessus : à savoir réaliser l’impensable jusqu’à la culture du conflit. Le Grade d’Apprenti, auquel nous nous vantons d’appartenir toujours dans notre carrière maçonnique, est lui aussi une incitation à appliquer l’adage « Regarde en toi-même ». Car, en définitive, chaque Frère est responsable de sa «quête» personnelle, sur le chemin de l’individuation. Il est responsable, mais pas seul.

T.M. / Ph.V.

28277211_10211897465531739_5049590617188402753_n

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria