navigation

Protégé : Ce Dieu de la bible, les FM l’ont appelé le GADLU – 3°- 20 mai, 2024

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Contribution , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

« La beauté de l’âme brille plus fort que celle de mille soleils; elle est la lumière qui guide le soufi dans l’obscurité. » 19 mai, 2024

Posté par hiram3330 dans : Contribution , ajouter un commentaire

« La beauté de l’âme brille plus fort que celle de mille soleils; elle est la lumière qui guide le soufi dans l’obscurité. »

souf_n

Cet adage souligne la primauté de la beauté spirituelle et intérieure dans la quête soufie. Il suggère que la vraie beauté, celle de l’âme, est plus éclatante et significative que toute beauté extérieure ou physique. Elle est perçue comme une lumière intérieure qui guide le soufi sur son chemin spirituel, même dans les moments les plus sombres.

« La fleur la plus belle ne se voit pas avec les yeux, mais avec le cœur; ainsi est la beauté de l’âme, visible seulement aux yeux de l’esprit. »

Cet adage compare la beauté intérieure à une fleur invisible aux yeux physiques, mais clairement perçue par le cœur et l’esprit. Il souligne l’idée que la beauté véritable réside dans les qualités spirituelles et morales, qui sont au-delà de la perception sensorielle, et ne peuvent être appréciées que par une compréhension plus profonde et une sensibilité spirituelle.

« Dans le silence de l’âme, le soufi découvre un océan de beauté, invisible aux yeux mais resplendissant dans le cœur. »

Cet adage souligne que la vraie beauté se trouve dans les profondeurs intérieures de l’être. Il suggère que, dans le calme et la réflexion, le soufi peut percevoir une beauté spirituelle profonde qui dépasse la perception extérieure, une beauté qui brille non pas à travers l’apparence, mais à travers la qualité et la pureté du cœur.

« La beauté de l’âme se révèle dans la douceur des actes, non dans le miroir des apparences. »

Cet adage met en lumière l’idée que la véritable beauté réside dans les actions et le comportement, et non dans l’aspect physique ou les apparences extérieures. Il suggère que les qualités telles que la gentillesse, la compassion et la générosité sont les véritables reflets de la beauté intérieure d’une personne.

« La lumière de l’âme illumine le visage; la beauté véritable réside dans la clarté du cœur, non dans les traits du corps. »

Cet adage souligne que la beauté intérieure d’une personne, sa pureté spirituelle et sa bonté, ont le pouvoir d’illuminer son apparence extérieure. Il suggère que la vraie beauté ne se trouve pas dans les aspects physiques, mais dans la qualité et la luminosité de l’âme et du cœur.

« La véritable beauté est celle qui grandit avec l’âme; dans chaque acte d’amour et de compassion, elle brille de mille feux. »

Cet adage suggère que la beauté qui compte vraiment est celle qui se développe et s’épanouit avec la croissance spirituelle et morale de l’individu. Elle est révélée et intensifiée par des actions empreintes d’amour, de bienveillance et de compassion, reflétant ainsi la lumière intérieure de l’âme.

« Comme le parfum caché dans la fleur, la beauté de l’âme se répand en silence, mais son essence est perçue par tous. »

Cet adage compare la beauté intérieure à un parfum discret mais puissant, suggérant que bien qu’elle ne soit pas toujours visible extérieurement, son influence est néanmoins ressentie profondément par ceux qui l’entourent. Il souligne que la véritable beauté réside dans la qualité de l’âme, qui, comme un parfum subtil, a le pouvoir d’enrichir silencieusement l’environnement.

« Le cœur éclairé par l’amour est le miroir où se reflète la plus pure beauté, invisible aux yeux mais resplendissante à l’âme. »

Cet adage met en lumière l’idée que la beauté la plus profonde et la plus authentique est celle qui émane d’un cœur empli d’amour. Elle ne peut être perçue par la vue physique, mais est clairement ressentie et reconnue au niveau de l’âme, reflétant une lumière spirituelle qui transcende l’apparence extérieure.

« La véritable beauté ne se fanera jamais, car elle réside dans la sagesse de l’âme et la lumière de l’esprit. »

Cet adage souligne que contrairement à la beauté physique qui peut s’estomper avec le temps, la beauté intérieure, ancrée dans la sagesse et la lumière spirituelle, demeure éternelle. Elle suggère que les qualités intérieures comme la sagesse, la compréhension et l’illumination spirituelle sont les véritables sources de beauté qui perdurent indéfiniment.

« Comme la lune brille par la lumière du soleil, la beauté de l’âme brille par la lumière de ses vertus. »

Cet adage évoque l’idée que la beauté intérieure est une réflexion des qualités morales et spirituelles d’une personne. Tout comme la lune brille grâce à la lumière du soleil, la véritable beauté d’une personne est illuminée et mise en valeur par ses vertus telles que la bonté, la compassion et la sincérité.

« Le jardin de l’âme fleurit en secret, mais son parfum embaume le monde entier. »

Cet adage suggère que, bien que la beauté intérieure soit souvent cachée et silencieuse, son influence et son impact sont vastes et puissants. Il compare cette beauté à un jardin secret dont les fleurs, bien que discrètes, diffusent un parfum qui touche et embellit tout autour. Cela met en lumière l’idée que la véritable beauté spirituelle, même si elle n’est pas toujours visible, enrichit le monde de manière significative.

« Dans le silence de l’âme réside une beauté que nul mot ne peut décrire, visible seulement à ceux qui cherchent avec le cœur. »

Cet adage souligne que la beauté intérieure transcende la description verbale ou la perception sensorielle. Elle est accessible uniquement à travers une quête intérieure sincère et une compréhension profonde, soulignant que la vraie beauté est une expérience spirituelle et émotionnelle plus qu’une réalité physique.

« La plus grande beauté se trouve dans l’éclat d’une âme qui aime sans limite et qui donne sans attendre. »

Cet adage capture l’essence de la beauté spirituelle comme étant intrinsèquement liée à la capacité d’aimer de manière inconditionnelle et de donner généreusement. Il suggère que la véritable beauté réside non pas dans les apparences extérieures, mais dans la qualité et la profondeur de l’amour et de l’altruisme qui émanent de l’âme. Cette forme de beauté est considérée comme la plus pure et la plus élevée, rayonnant bien au-delà des traits physiques pour toucher profondément les cœurs et les esprits.

 

Belkacem Ouldabderrahmane

IMG_3348

SOURCE  : le net

L’ART DE LA GUERRE APPLIQUE AUX LOGES MACONNIQUES

Posté par hiram3330 dans : Contribution , ajouter un commentaire

L’ART DE LA GUERRE APPLIQUE AUX LOGES MACONNIQUES

Sun Tzu, qui existait il y a 2 500 ans, est l’auteur du célèbre traité militaire « L’art de la guerre ». Son leadership et ses pensées tactiques, très philosophiques et élevées au rang de manifestation artistique, restent d’actualité encore aujourd’hui.

Étonnamment, une lecture attentive de bon nombre de ses meilleures pensées les aligne avec de nombreuses pratiques ou événements au sein de notre AO. Et ces similitudes ne sont pas le fruit du hasard. La franc-maçonnerie, mélange de synarchie et de structure militariste, révèle un parallélisme entre un champ de bataille, du fait des dynamiques retrouvées.

 
L’ART DE LA GUERRE APPLIQUE AUX LOGES MACONNIQUES dans Contribution ARTDELAGEURREFRANCMACONNERIE

Le franc-maçon, homme en évolution, a un caractère guerrier et conflictuel, très attaché à la défense de son espace, qu’il s’agisse de la culture, de l’entité de groupe, des amitiés ou de tout autre besoin personnel.

D’un point de vue immédiat, l’homme et la structure sont responsables de ces similitudes. Existe-t-il des parallèles qui vont bien au-delà du superficiel ?

Remarque : Les pensées sélectionnées ne constituent qu’un petit ensemble de celles qui ont pu être analysées et n’ont pas été prioritaires par rapport aux autres.

Pensée : Le véritable objectif de la guerre est la paix

Remarque : L’harmonie, la paix est l’un des objectifs de notre travail. Les combats peuvent servir à quelque chose. Mais cela DOIT servir un but. La tolérance sans but est tout simplement inoffensive. Le Franc-Maçon doit assumer son rôle dans la société active et dans notre AO.

Réflexion : L’information est cruciale. Ne partez jamais au combat sans savoir ce qui pourrait être contre vous.

Remarque : Dans l’expérience de la loge, les événements essentiels se déroulent en dehors des sessions et du temple, et la loge circule avec des informations. La séance n’est que le corollaire de l’expérience en magasin et non l’essence du magasin lui-même.

Une application pratique de cette pensée et une bonne pratique en matière d’expérience en magasin consiste à ne jamais voter sur un sujet sans garantie de consensus.

Pensée : Un leader montre l’exemple, pas la force

Remarque : La force n’existe pas dans un endroit où les travailleurs n’ont aucune obligation de contribuer. L’obligation est morale et le leadership ne peut jamais être imposé par la force, mais par la raison. Cela doit être inspiré par un objectif ou une vision. Un bon exemple est V:.M:. être le maillon le plus faible de toute une structure qui, bien qu’obéissante, n’a aucune obligation.

Pensée : Traitez vos hommes comme des fils et ils vous suivront dans les vallées les plus sombres. Traitez-les comme de chers enfants et ils vous défendront par leur propre mort.

Remarque : Il ne peut pas y avoir d’enfants ou d’enfants bien-aimés dans le magasin. Le défi pour ses officiers est l’abstraction totale et le traitement égal de chacun, comme s’il s’agissait d’une structure militaire. Les relations personnelles restent en dehors du fonctionnement du magasin. Les relations personnelles se créent dans le magasin, mais il faut rester en dehors.

Pensée : Le combattant intelligent examine l’effet combiné de l’énergie et n’a pas besoin d’autant d’individus. D’où sa capacité à choisir les bons hommes et à utiliser la même énergie combinée.

Remarque : Un magasin a une structure de pouvoir formelle et une structure informelle. La structure informelle fonctionne en réseau, comme s’il s’agissait d’un réseau nerveux. Chaque loge dispose d’un ensemble d’ouvriers agrégateurs qui doivent être présents de manière stratifiée dans toutes les générations de la loge, y compris les colonnes nord et sud. Le véritable pouvoir et le fonctionnement du magasin résident dans la structure informelle et les éléments de concentration.

Le présent et l’avenir du magasin sont assurés par une solide structure de pouvoir informel à tous les niveaux.

Pensée : Étudiez attentivement le bien-être de vos hommes, ne les surchargez pas. Concentrez votre énergie et accumulez votre force. Gardez votre armée continuellement en mouvement, élaborez des plans insondables.

Remarque : Une loge vit d’éléments essentiels : l’amitié, l’exécution des rituels et le contenu. L’amitié assure la concentration de l’énergie, le rituel et l’évolution organique naturelle du magasin assure le mouvement. Le contenu et une vision garantissent un objectif, matérialisé dans des plans insondables.

Il ne peut pas y avoir de zone de confort : chaque travailleur doit se rendre à une séance en se sentant nerveux face à l’inconfort de quelque chose qui va se produire et qu’il ne peut pas contrôler. Chaque travailleur doit être constamment remis en question, sinon il risque de perdre son objectif.

Pensée : Lorsque des soldats ordinaires sont trop forts et que leurs officiers supérieurs sont trop faibles, le résultat est l’insubordination.

Remarque : La création de dynamiques et de nouveaux magasins découle d’un leadership faible. Ceux qui sont heureux ne changent pas. Celui qui reconnaît le leadership le suit.

Identifier les capacités de leadership est « LE » défi mortel pour chaque magasin. Tous les travailleurs ne peuvent ou ne doivent pas assumer des rôles de leadership. Le leadership n’est pas un travail quotidien. L’ancienneté et l’amitié ne comptent pas. Les mauvaises raisons provoquent des fractures dans le groupe égrégore.

Pensée : Parmi les cinq éléments, aucun n’est prédominant. Parmi les quatre saisons, aucune ne dure éternellement. Les journées sont longues, certaines sont courtes. La Lune croît et décroît. C’est aussi le cas des périodes de guerre.

Remarque : Il est intéressant de noter que Sun Tzu reconnaît l’existence de rythmes et de flux dans la dynamique de groupe. Il s’agit d’un concept profondément hermétique que nous avons évoqué à plusieurs reprises. Le magasin a du rythme, le magasin a des fréquences harmoniques. Les chefs d’orchestre doivent maîtriser l’harmonie, les sons, mais aussi la physique. Il y a un sommet de tension et un autre de résolution.

Soyons très attentifs au rythme.

Pensée : La vraie méthode consiste à utiliser l’avare et l’imbécile, le sage et le courageux, et à donner à chacun la responsabilité appropriée.

Remarque Les relations entre les magasins sont adaptatives. Nous ajustons notre comportement de manière convergente avec II :. C’est la véritable essence de la tolérance maçonnique.

Pensée : N’attaquez pas quelqu’un simplement parce que vous êtes blessé. Un général ne devrait pas mettre ses troupes sur le terrain uniquement pour satisfaire sa propre splendeur.

Remarque : Chaque loge maçon est un général. Personne ne devrait acheter des batailles sans conséquence pour son propre ego. Ce qui est en jeu va bien au-delà de l’ego lui-même.

Pensée : Un bon commandant est bienveillant et indifférent à la gloire

Remarque : Mon II :. Ils me reconnaissent comme tel. Nous l’avons entendu des milliers de fois. La renommée n’est pas la reconnaissance.

Celui qui s’élève sera humilié, et celui qui s’humilie sera exalté. Le centre de notre travail doit être l’altruisme et l’invisibilité comme objectif.

Pensée : Pour chaque victoire, nous subissons une défaite.

Remarque : Toutes les victoires en franc-maçonnerie ont leur prix, leur coût d’opportunité. Toutes les actions doivent être réfléchies et pesées. Les francs-maçons expérimentés portent sur leur corps les cicatrices de leur parcours et de leur apprentissage.

Pensée : L’eau choisit son chemin en fonction du terrain qu’elle traverse. Le guerrier recherche la victoire en fonction de l’ennemi auquel il fait face.

Remarque : Un vrai franc-maçon n’a que la certitude que l’eau coule sur le chemin de moindre résistance. Un guerrier est un architecte et un artiste. En supprimant le conflit, l’architecte et l’artiste l’emportent.

Ce qui apparaît à première vue comme un traité militaire est avant tout une référence de valeurs, de morale et d’humanité, avec un message suprême dont la profonde identité maçonnique ne fait aucun doute :

« La première bataille que nous devons mener est contre nous-mêmes. »

Marco R:., M:. M:.

SOURCE : https://www.gadlu.info/lart-de-la-guerre-applique-aux-loges-maconniques/

Protégé : Je vous couronne de Laurier et d’Olivier, dans l’espérance de vos succès futurs et de votre ultime victoire. – 4°- 16 mai, 2024

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Contribution,Perfection.... , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

ENQUETE SUR LA FRANC-MAÇONNERIE MARTINIQUAISE et La Franc maçonnerie en Martinique 15 mai, 2024

Posté par hiram3330 dans : Contribution , ajouter un commentaire

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Protégé : Le symbolisme de la construction du temple – 12°- 13 mai, 2024

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Contribution,Perfection.... , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

LES ORIGINES HISTORIQUES CACHÉES DERRIÈRE LES MALÉDICTIONS ÉGYPTIENNES 12 mai, 2024

Posté par hiram3330 dans : Contribution , ajouter un commentaire

LES ORIGINES HISTORIQUES CACHÉES DERRIÈRE LES MALÉDICTIONS ÉGYPTIENNES

 

La fascination pour l’Égypte antique n’a jamais été sans risque. Depuis les premières fouilles archéologiques, des récits de malédiction accompagnent régulièrement les découvertes. Qu’en était-il réellement au cœur de la société égyptienne ?

Hollywood nous l’a bien appris : mieux vaut ne pas déranger le repos éternel d’un pharaon. Pièges antiques, malédictions et autres momies veilleraient en effet sur les dépouilles des rois égyptiens et menaceraient quiconque oserait s’en approcher.

 
LES ORIGINES HISTORIQUES CACHÉES DERRIÈRE LES MALÉDICTIONS ÉGYPTIENNES dans Contribution
Après l’extraction des trois cercueils gigognes de Toutankhamon de leur sarcophage à l’aide d’un système de poulies et d’élingues, Carter nettoie délicatement le couvercle du deuxième cercueil. La momie du roi se trouve alors encore dans le cercueil interne.- PHOTOGRAPHIE DE HARRY BURTON

En haut de la liste des maléfices millénaires : la malédiction du tombeau de Toutankhamon, qui défraye aujourd’hui encore la chronique. Suite à la découverte du tombeau du roi au masque d’or en 1922, plusieurs personnalités associées à la découverte se sont brutalement éteintes.

« Tout est parti du décès prématuré du mécène de Carter, Lord Carnarvon, quelques mois après la découverte », présente Isabelle Régen, égyptologue spécialisée des textes funéraires égyptiens de l’équipe Égypte Nilotique et Méditerranéenne (EnIM) de l’Université de Montpellier. « De là s’est ensuivie une série de biais de confirmation de la « malédiction » face à tout événement perçu comme inhabituel. Pourtant, Howard Carter est décédé presque vingt ans après la fouille ! »

Si les premières fouilles méthodiques des tombeaux égyptiens sont attribuées à Sir Flinders Petrie, en 1880, la civilisation égyptienne fascine depuis longtemps les sociétés occidentales. Les momies elles-mêmes furent ainsi utilisées dans divers domaines, de la fabrication de pigments à l’organisation de soirées de « déballage de momies », en passant par la confection de remèdes.

À la suite de la malédiction du pharaon, d’autres malédictions se succédèrent pour entraîner dans la tombe explorateurs, mécènes et archéologues ; encore aujourd’hui, les suspicions refont surface dès la découverte de nouveaux artefacts. En 2018, la découverte d’un mystérieux sarcophage noir avait ainsi inquiété de nombreux internautes.

Cependant, si l’Égypte antique est souvent perçue comme une société profondément mystique, presque occulte, qu’en était-il réellement, au temps des pharaons ?

La Vallée des Rois, Égypte

Longtemps le lieu de sépulture de la haute noblesse égyptienne, la Vallée des Rois abrite au moins soixante-trois tombeaux qui ont été identifiés, y compris celui du pharaon Toutankhamon. La mort prématurée de plusieurs archéologues à l’origine de la découverte du tombeau a été attribuée à la malédiction du pharaon.

DERRIÈRE LES MALÉDICTIONS, LA JUSTICE

Si l’idée d’une intervention paranormale est loin de convaincre la communauté scientifique, la présence de formules de menace à l’entrée des tombes antiques est quant à elle bien réelle, et ce chez les plus hauts représentants de la société de l’époque comme chez les personnalités plus anonymes.

« Ce type de formulation dissuasive se retrouve ailleurs, dans des documents relatifs à des donations ou dans des décrets. L’objectif est donc essentiellement lié à la préservation d’une propriété », explique Isabelle Régen. « Il n’est pas fortuit que la phraséologie de ces inscriptions présente des similarités avec celle de la sphère juridique. L’égyptologue Jan Assmann a […] formulé l’hypothèse selon laquelle ces formules de menace viendraient compenser les erreurs et les vides juridiques. »

Plutôt que de faire appel à des forces surnaturelles, les « malédictions » pourraient donc remplir le rôle de rappel des sanctions encourues. L’étude des textes juridiques égyptiens a en effet permis de créer un parallèle entre les menaces faites aux pilleurs de tombe et les sanctions de l’époque. En cas de capture, le criminel pouvait en effet faire face à de nombreuses condamnations particulièrement violentes n’ayant rien à envier aux menaces d’une malédiction.

Entre autres, l’humiliation publique, la mutilation du visage ou des membres, ou encore les coups de bâtons pouvaient être invoqués. Dans les cas les plus graves, les sanctions pouvaient aller jusqu’à une exécution par le feu ou les animaux sauvages, voire jusqu’à la punition de la famille du coupable.

Pis encore, elles pouvaient se prolonger dans l’au-delà, expliquant une grande partie de l’aspect religieux des menaces.

« La violence promise à l’éventuel transgresseur pouvait ne pas s’arrêter ici-bas, mais se prolonger après sa mort », ajoute l’égyptologue. « [Par exemple, au travers de la] non-admission dans l’au-delà par le tribunal divin ; la privation de sépulture et d’offrandes, l’oubli ou la destruction du nom du défunt. »

LA PART DES DIEUX

Même libérées de leur nature paranormale, les mises en garde aux portes des tombes égyptiennes soulèvent de nombreuses questions, et les nombreuses références à la mort et à l‘au-delà esquissent une société très spirituelle.

« L’historien grec Hérodote, au 5esiècle avant notre ère, disait que les Égyptiens étaient les plus religieux de tous les hommes », rapporte Isabelle Régen. « Il faut dire que la religion imprégnait tous les domaines de l’existence, de la naissance au trépas ; elle n’était pas cantonnée à une place définie. »

Selon l’égyptologue, les textes anciens racontent en effet une vie tournée vers les dieux et dédiée à un culte resté anonyme : à l’inverse de la chrétienté, du bouddhisme ou encore de l’islam, le culte des divinités égyptiennes ne possède pas de nom.

« En égyptien, le mot « religion » n’existe pas ; le terme de religion vient d’un mot latin, religio », explique la chercheuse. « Les calendriers de fêtes que nous possédons suggèrent une vie religieuse intense ; un calendrier des Jours Fastes et Néfastes indique que la religion pouvait influer sur les actions du quotidien. »

Au centre de ces cultes se trouve un panthéon qui subit de nombreuses évolutions au cours de l’Histoire. S’étendant sur près de trois millénaires, de 3400 à 332 avant notre ère, la période de l’Égypte antique connut de nombreuses variations aussi bien sociales que politiques, ou encore religieuses.

« Pour les époques les plus reculées, cela est ardu à démêler, mais il est évident que les Égyptiens furent traversés par diverses influences, et ce tout au long de leur histoire, car la religion égyptienne est un concept dynamique », explique Mme Régen. « Le polythéisme évolue dans le temps et l’espace, car la religion est ancrée dans la réalité historique, sociologique et culturelle du pays. »

Parmi ces influences, plusieurs divinités d’autres panthéons purent être intégrées au culte, particulièrement durant le Nouvel Empire, de 1551 à 1080 avant notre ère. Débutant sous le règne d’Ahmôsis Ier et s’achevant avec Ramsès XI, c’est également cette dynastie qui vit le règne de figures emblématiques de l’Égypte antique, telles qu’Akhenaton ou Toutankhamon.

Caractérisée par de nombreuses conquêtes et une expansion territoriale, elle entraîna un contact avec de nombreuses autres ethnies, en particulier au Proche-Orient et en Nubie. À la suite de ces conquêtes, le panthéon égyptien se retrouva enrichi de plusieurs divinités.

« La traduction la plus manifeste de ces influences étrangères dans la religion égyptienne est l’intégration de divinités non égyptiennes […], comme par exemple, les déesses Anat, Artasté et Qadech et les dieux Réchep, Baâl, Ach, Sopdou et Dédoun », cite l’égyptologue. « Enfin, comme l’hybridation culturelle se fait dans les deux sens, les Égyptiens furent influencés et influenceurs. Le cas de la Nubie (actuel Soudan) en offre de nombreux témoignages. »

Selon Isabelle Régen, d’autres dieux plus connus cohabitèrent également avec les divinités égyptiennes, tels que des divinités grecques et romaines, pour lesquelles des temples furent construits à Oxyrhynchos. Plus célèbre encore, dans la ville d’Éléphantine au sud de l’Égypte, un temple dédié à Yahvé est cité dans des écrits du 5siècle.

S’adaptant au fur et à mesure de l’évolution de sa civilisation, le culte des divinités égyptiennes imprégna ainsi chaque aspect de la vie des Égyptiens anciens. Plus qu’une malédiction surnaturelle, les sanctions s’appuyant sur des références religieuses faisaient donc surtout office de punitions exceptionnelles, réservées aux crimes les plus graves. 

Des déesses ailées protègent chaque coin du sarcophage en pierre de Toutankhamon, qui repose encore dans ...

Des déesses ailées protègent chaque coin du sarcophage en pierre de Toutankhamon, qui repose encore dans son tombeau de la Vallée des Rois. On sait que d’autres membres de la royauté égyptienne furent inhumés dans la zone, mais leurs sépultures ne furent jamais localisées, ce qui soulève une question passionnante : est-il encore possible de découvrir d’autres tombeaux comme celui de Toutankhamon ?

« COLD CASE » DÉSERTIQUE

Face à des pratiques si anciennes, il est malheureusement inévitable de perdre une grande partie des données historiques. L’ancien égyptien étant une langue morte et l’alphabétisation ne concernant qu’une frange minoritaire de la population, de nombreux détails de la vie spirituelle de l’époque resteront certainement hors d’atteinte.

« Dans le cas d’un rituel, on ne peut assister à l’acte in vivo et on se retrouve donc face à des « cold cases » dont on doit collecter l’ensemble des éléments encore observables », explique Isabelle Régen. « Il est évident que tout un pan immatériel ou éphémère de la cérémonie nous échappe presque totalement, comme par exemple les émotions ressenties par l’officiant ou le public. Il faut donc apprendre à raisonner avec cette absence. »

En l’absence d’une grande partie de ces informations, les recherches théologiques ressemblent donc bien souvent à un immense jeu de piste dans le désert : un exercice qui se heurte également à la nature même des documents retrouvés.

« L’écrit, sorte d’ersatz de la parole perdue des anciens Égyptiens, doit inciter à la prudence […]. Il faut toujours se demander qui a écrit ce texte, pourquoi, et dans quel contexte », met-elle en garde. « En d’autres termes, il ne faut pas toujours prendre le texte au pied de la lettre, particulièrement dans le domaine historique. »

Trésors perdus de la Vallée des Rois - Bance annonce

TRÉSORS PERDUS DE LA VALLÉE DES ROIS – BANCE ANNONCE

Pour pallier ce problème, la confrontation avec les données archéologiques peut limiter en partie les risques de mauvaise interprétation. L’histoire de l’Égypte antique s’étendant cependant sur plusieurs siècles, il arrive régulièrement que les lieux ou évènements évoqués dans un texte aient depuis longtemps été avalés par le sable et la poussière.

Dans ces conditions, il est donc très complexe pour les chercheurs et chercheuses de réellement reconstituer les rites égyptiens dans leur intégralité, laissant de nombreux angles morts à l’interprétation des textes.

De ces zones d’ombre naissent la majorité des théories et mythes de malédictions antiques. Impossibles à démentir ou à confirmer, elles participent encore aujourd’hui à renforcer la fascination du public pour la civilisation égyptienne.

« L’imaginaire tient une grande place dans notre perception de la civilisation égyptienne ancienne. [Les idées reçues] sont nombreuses », conclut Isabelle Régen.

 

Source : DE LOU CHABANI -PUBLICATION 18 JANV. 2023

 

telechargement dans Contribution

Protégé : Le maçon est content … – 1°- 11 mai, 2024

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Contribution , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : 3 TYPES DE FRANCS-MAÇONS – 2°- 10 mai, 2024

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Contribution , Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Planche sur « Les nombres » 9 mai, 2024

Posté par hiram3330 dans : Contribution , ajouter un commentaire

Planche sur « Les nombres »

 
 
Planche sur « Les nombres » dans Contribution pay-2662758_1280-696x392

Du site officiel de la GLIF

Pythagore (580–500 av. J.-C.) et l’art de faire entendre les nombres.

Les nombres font partie des réflexions qui animent l’esprit des Maçons, comme des penseurs de tous temps, car ils ont une forte teneur symbolique. Notre TCF Gérard Lefèvre nous propose sa vision ou plus exactement sa sensation. Il écrit:

Pythagore dans Contribution

Par cette réflexion et ce qui en découle, j’ai voulu retranscrire ma propre sensation sur les nombres. Certains points se dégagent des œuvres maçonniques car ils correspondent à ma propre sensibilité, mon sentiment.

Comme le dit l’Écriture, Dieu a tout créer par le poids, le nombre et la mesure, dans le plan matériel comme dans le plan astral.

Les lois qui s’appliquent, en réalité, à toute création, est là un mystère.

La loi des nombres en métaphysique : qu’est-ce que c’est ? En quoi les nombres régissent-ils le monde et la nature ? Quel rapport entre mathématiques et philosophie ?

Au-delà de leur aspect pratique, les nombres permettent en effet d’approcher la structure de l’univers : ils portent une valeur symbolique profonde et véhiculent la force logique.

Les nombres soutiennent le raisonnement : les mathématiques, à travers l’arithmétique et la géométrie, sont la science de l’ordre.

Les nombres ont donc une valeur concrète (ils décrivent la matière) aussi bien qu’abstraite (ils fondent l’argumentation et soutiennent les idées).

Pour Platon, les nombres régissent le monde des idées, le seul qui puisse permettre d’accéder à la réalité et à la vérité. L’idéalisme de Platon est une invitation à nous écarter de nos perceptions sensibles, sources d’erreur et d’illusion, pour entrer dans le domaine des « idées vraies ».

Les nombres seraient donc un moyen d’accéder au plus haut degré de la Connaissance : ils donneraient la clé de l’ordre intérieur et de l’harmonie cosmique. C’est en particulier la vision de Pythagore à travers sa célèbre Tétraktys, véritable religion des nombres.

9b7bfb_52d33fde0fa34769af87aa7625b66458~mv2

TETRAKTYS, Pythagore

Considérés du point de vue de leur constitution, les nombres sont masculins ou féminins, ce qui, dans leur langage, se traduit par la question de pair et impairs ; les nombres pairs étant féminins et les nombres impairs masculins (cette notion a été appliqué à la poésie en transposant le sexe des nombres dans la terminaison des rimes).

Outre cette constitution, le nombre peut être considéré aussi lorsqu’il atteint deux chiffres dans sa situation naturelle et dans son reflet, comme 13 et 31 ou comme 26 et 62.

Un nombre peut encore être considéré dans un plan d’action, puisqu’il est d’autant plus spirituel qu’il se rapproche davantage de l’unité. Ainsi le nombre 3 agit dans un plan spirituel ; le nombre 3 au carré, ou 6, agit comme un 3 dans le plan astral (plan des mesures planes).

Le nombre 3 au cube, ou 9, agit dans le plan de la matière et des formes matérialisées.

Cette matérialisation devient d’autant plus intense que la puissance attachée au nombre primitif augmente.

Ainsi 3 à la 6e puissance est deux fois plus matérialisé que 3 au cube.

Inversement, on ramène un nombre de la matière vers l’esprit en extrayant sa racine, c’est à dire en rejetant dans le plan matériel toutes les puissances matérialisantes pour extraire le nombre spirituel ou l’esprit qui anime le nombre matérialisé.

Si nous plaçons l’infini spirituel en tête des nombres c’est le nombre 1 qui se rapprochera le plus de cet infini et qui sera plus grand que tout. Au contraire, plus un nombre s’éloignera de l’unité et contiendra des chiffres, plus il se rapprochera de l’infiniment petit ; plus un nombre a de zéro ou de chiffres, plus il est matériel dans l’échelle des nombres.

Les opérations qui se font sur les nombres ont aussi une grande importance ; ces opérations se réduisent à deux :

L’addition, simple dans laquelle les nombres s’unissent les uns dans les autres pour se matérialiser de plus en plus en un nombre total. Il faut souligner que la multiplication est une addition fonctionnant très vite par des artifices de calcul ;

La soustraction dans laquelle les nombres s’extraient les uns des autres pour remonter lentement vers l’unité et par suite, pour se spiritualiser, dans le cas de la division ou d’extraction de racine, la soustraction est considérablement activée par des artifices de calcul.

Je vais vous donner un aperçu de chaque chiffre qui est non seulement une lettre, mais encore un symbole complet d’une langue particulière, il est évident qu’une analyse complète de chaque nombre demanderait de très long s développement.

Le nombre 1 :

Est la représentation de l’unité, il constitue la synthèse et le point de départ de tous les nombres, c’est en s’ajoutant à lui-même et en se retranchant de lui-même que se déterminent les opérations.

Il peut évoquer le Principe, à la fois créateur et création, manifesté et non manifesté, fini et infini, limité et illimité : l’Un est le principe actif de l’univers et l’univers lui-même, c’est-à-dire le cosmos. Il ne peut rien y avoir avant le 1, et rien après. Le 1 contient tout, y compris le Créateur. C’est donc l’essence de toute chose.

Pour les Pythagoriciens, l’1 est la Monade, c’est-à-dire l’unité parfaite, principe et cause active de toutes les choses. De la Monade dérive la Dyade, qui joue le rôle de matière sous-jacente à la Monade.

9b7bfb_790c32dda15144f7bf823a40843030dd~mv2

Le nombre 2 :

Correspond au premier nombre féminin, complémentaire du « 1 » et figurant la réflexion du « 1 » sur lui-même, la projection du créateur dans le plan astral la constitution du premier complémentarisme.

Le chiffre 2 s’oppose à l’unité du 1. Il introduit la négation, l’opposition, certains diront le « mal » ou le démon.

Le mythe du péché originel illustre bien cela. Adam et Ève se sont écartés de l’Arbre de vie (symbole de l’unité) pour croquer du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, symbole du dualisme, de la souffrance et de la mort.

Le chiffre 2 représente donc la condition humaine pécheresse : l’homme est condamné à expérimenter tous les jours cette division intérieure, cause de souffrance intime, chemin de mort.

Les outils maçonniques regroupés par deux (maillet et ciseau, compas et équerre, règle et levier, perpendiculaire et niveau) et le pavé mosaïque, le Soleil et la Lune sont aussi les représentants de cette dualité.

equerre-compas-or-g-bleu

Le nombre 3 :

Le 3 est la première créature résultant de l’union du « 1 » et du « 2 », c’est la première figure fermée constituant un plan, et comme forme, il correspond au triangle.

C’est aussi la Sainte Trinité :

Le Père (Si le Père est le principe de la Trinité en raison de sa paternité, il convient également de le nommer l’architecte de la création et du salut.),

Le Fils (aspect masculin, solaire, le Feu)

L’Esprit Saint (aspect féminin, lunaire, l’Eau).

L’Un inconnaissable contient potentiellement en lui les Deux. Les Deux exprimés par le Un, c’est-à-dire issus du Un, L’Un et les Deux sont ainsi consubstantiels.

9b7bfb_f24d14ff6b4046f18b4949e8d7c0a656~mv2

Le nombre 4 :

A titre de premier chiffre du plan astral, le « 4 » est représenté par le carré.

Avec le Quatre nous pénétrons encore davantage dans la Création. Nous retrouvons les quatre éléments constituant la base de la matière et connus de tous les alchimistes :

FeuEauAirTerre

Selon Lao-Tseu dans le Tao Te King, « le Tao engendre Un, Un engendre Deux, Deux engendre Trois, et Trois engendre toute chose ».

Le 4 serait donc « toute chose » : c’est le chiffre qui nous permet d’approcher la plénitude de la réalité.

Le 4 est donc le chiffre du monde manifesté, déployé dans toute sa perfection. Il est la décomposition aboutie du Principe à travers la matière, l’espace et le temps.

Les cycles sont intimement liés au chiffre 4. En effet, tout cycle comporte un début et une fin, un point haut et un point bas, soit 4 étapes :

Le cycle du soleil comporte deux solstices et deux équinoxes, c’est-à-dire deux opposés et deux équivalents, de même pour les quatre phases de la lune, etc.

9b7bfb_7d081906a74c47de8684dc6cdafbc604~mv2

Le nombre 5 :

Il est le seul nombre masculin du second plan, il a comme une forme personnelle, l’étoile à cinq branches ou pentagramme, représentant en astral l’image de l’homme comme la croix y représente l’image de dieu.

Selon la Kabbale, c’est le chiffre de l’Homme parfait – débarrassé du côté animal. Selon la Bible, il est le symbole de l’Homme-Dieu de par les cinq plaies du Christ en croix – à ce titre, il est aussi considéré comme le nombre de la grâce.

Ce nombre est le milieu des 9 nombres. Il caractérise l’équilibre et l’harmonie. Il est la somme du 1er nombre pair et du 1er nombre impair. Il symbolise la force et les limites de l’homme dans sa maitrise de l’univers. C’est alors que l’on dit que la matière s’équilibre avec l’esprit d’où l’entrecroisement de l’équerre et du compas. D’ailleurs, le graphisme du 5 pourrait se faire avec ces 2 outils. Un angle droit et un demi-cercle. Pour aller plus loin il s’agirait plus d’un demi-carré et d’un demi-cercle. Le demi carré suggère l’homme et son côté cartésien tronqué de sa moitié, c’est à dire qu’il peut accéder à la connaissance par la raison mais non manifesté. Le demi-cercle représente la matrice prête à être fécondée.

9b7bfb_5c07412c3a7c4671a8432db89537e909~mv2

Le nombre 6 :

A, comme représentation personnelle, l’image de la nature, avec deux courants de forces évolutives et involutives, courants figurés par deux triangles entrelacés appelés « étoile de Salomon », ou hexagramme. Avec ce chiffre se termine le plan astral.

Par son équilibre, le 6 évoque la stabilité, la symétrie et l’harmonie. Nous allons voir que ce chiffre structure l’espace et le temps.

Cependant, si le 6 est perfection, il n’est pas achèvement, cette qualité étant réservée au 7.

Le temps, les cycles et le cercle.

Les divisions du temps se font encore aujourd’hui sur la base du chiffre 6, selon l’héritage babylonien. D’autre part, le chiffre 6 peut représenter la roue, image d’un cycle parfait.

A noter que le cercle se laisse facilement diviser en 6 : un compas ouvert à la mesure du rayon permet de définir 6 points parfaits sur le cercle.

Le chrisme et les six directions de l’espace.

Le chrisme est une croix chrétienne formée des initiales de Jésus Christ en grec (I et X : iota et khi). C’est une croix à six branches. Une vision en trois dimensions permet d’imaginer les 4 directions cardinales (horizontales) coupées par un axe vertical :

9b7bfb_3df9ed149b7d4bd7bff839b16df2917b~mv2

Ainsi le 6 représente toutes les directions spatiales. Il fait naître la sphère.

Le nombre 7 :

Est le premier masculin du plan matériel, il caractérise l’influence divine dans le plan matériel représenté dans le ciel par les sept plans astraux, les sept luminaires de l’Apocalypse, dont la forme géométrique est l’étoile à sept branches ou heptagramme qui indique la position astrologique des astres dans le ciel et l’origine des de la semaine chez les peuples latins.

Le « 7 » est supposé porter bonheur car c’est un chiffre sacré dans de nombreuses religions. Dans la Bible, Dieu a créé le monde en sept jours. Les pèlerins musulmans tournent sept fois autour de la Kaaba, le grand cube noir de La Mecque. Et selon les hindous, le corps a sept sources d’énergie appelées les chakras

Autrement vu, le chiffre 7 peut symboliser l’union des contraires. C’est la rencontre de deux éléments de valeur différente, en l’occurrence le 3 et le 4. L’un peut symboliser l’homme, l’autre la femme, ou encore le soleil et la Lune.

Le 7, comme le 3, résout la question de la dualité par la fécondité de l’union, rendue possible par la différence qui existe entre les deux parties. C’est par conséquent le chiffre de l’homme nouveau, complet, à la fois actif et passif, homme et femme (androgyne), corps et esprit.

9b7bfb_c8235b419a9a4ac5a162140a586c615c~mv2

Le nombre 8 :

A comme figure personnelle le cube, c’est véritablement l »’image de la première matérialisation complète, mais fixe. Comme représentation des autres plans, ce nombre peut être figurés par deux carrés entrelacés ou par une double croix donnant dans les deux cas, le nombre 4+4 ; sous forme de la double croix, il indique la première notion de la matière en mouvement.

9b7bfb_468d9970b3c84810b0cbc7e87fbb101b~mv2

– Le nombre 8 symbolise le pouvoir, la justice et l’expansion. À travers une personnalité, il donne une grande force d’accomplissement et une énergie impressionnante. Le 8 est un bélier lancé à pleine vitesse, il brise les obstacles sans chercher à les contourner.

– Le chiffre 8 est avant tout celui de l’espace et de la matière.

Il est l’image du multiple et de la totalité : il représente le cosmos tout entier. Le 8 ne crée pas lui-même mais contient tout ce qui a été créé.

9b7bfb_ee6013b146dc4d1a82c7e0feca763b99~mv2

Il évoque aussi l’équilibre, la justice et la perfection : c’est l’univers organisé, ordonné selon le plan de Dieu.

En musicologie, le chiffre 8 rappelle l’octave, soit l’intervalle parfait qui sépare deux notes de même nom.

Le nombre 9 :

– Sa représentation personnelle, un cercle et comme symbole, le serpent qui se mord la queue (l’ouroboros des Grecs), il symbolise la nature matérialisée, comme le « 8 » indique l’homme matérialisé et le »7 » la divinité réfléchie dans la matière.

– Le « 9 » est donc la matière en mouvement, c’est pourquoi toutes les multiplications de ce nombre le reproduisent toujours : deux fois 9=18, 1+8=9, quatre fois 9=36 etc.

– Le 9 donne la vie. Il annonce la fin d’un cycle et le recommencement d’un nouveau. La boucle se prolonge sous la forme d’une spirale, traduisant une transposition sur un plan différent. 9 muses, 9 attributs de la puissance divine, le chiffre 9 harmonise les énergies.

– Il évoque les 9 mois de la grossesse, au terme desquels naît un homme nouveau : c’est le chiffre des initiés.

– Le chiffre 9 est central dans beaucoup de civilisations :

– Chez les Égyptiens, l’ennéade est le groupe de 9 dieux qui rassemble toutes les forces de l’univers (Atoum, Tefnout, Shou, Geb, Nout, Osiris, Isis, Seth et Nephthys),

– Chez les Grecs, les neuf muses représentent les sciences et les arts ; Léto, maîtresse de Zeus, enfante en neuf jours de souffrance,

– Dans la Chine ancienne, le 9 symbolise le yang, la plénitude du pouvoir masculin et impérial,

– Chez les Aztèques, on parle des neuf cieux et des neuf plaines de l’enfer.

9b7bfb_76d38792f7ef4b9ba7516ebeeaa1b861~mv2

Le nombre 10 :

– Est la synthèse des trois plans précédant, il ramène la diversité à l’unité, il indique la reprise de l’unité synthétisante ‘’1’’ sur l’infini multiplicité ‘’0’’ ; il est figuré par le point au centre du cercle, image du soleil et de l’œil humain, il peut être aussi représenté par la croix au centre de l’hexagramme.

– Le chiffre 10 : l’homme initié.

– La secte pythagoricienne était fondée sur la science cachée des nombres. Pour accéder aux mystères, il fallait être initié et prêter serment sur le chiffre 10 : Par Pythagore, qui a trouvé la Tétraktys de notre sagesse, Source qui contient en elle les racines de la nature éternelle.

– Être initié au chiffre 10, c’est accéder à l’ultime Connaissance. C’est prendre conscience de la perfection de l’univers, mais aussi de la perfection en soi.

– L’initié est celui qui réussit à trouver sa place dans le cosmos, brisant l’illusion de la séparation. Il devient un être de lumière en parvenant à réconcilier son universalité et son individualité.

– C’est bien ce que Pythagore décrit dans ses Vers d’or : « Ces quatre nombres qui, réunis par l’addition, produisent le nombre dix, constituent l’Être, tant universel que particulier. »

– Le chiffre 10 est aussi 5×2. Or 5 est le chiffre de l’initié à travers le symbolisme de pentagramme. La valeur 5×2 peut donc représenter l’homme doublement initié : pleinement conscient, il a spiritualisé son corps ; pleinement vivant, il a matérialisé son esprit.

– Le 5×2 évoque aussi les doigts des deux mains. La main est l’outil de la pensée en action, elle est le reflet de l’intelligence humaine, elle relie Esprit et matière.

9b7bfb_bd10b4f3d4234d65a2509e545f7f36f0~mv2

Pour conclure : Pascal combattait ses maux de tête avec des problèmes de mathématique … Moi, je combats les nombres en feignant d’avoir des maux de tête …

9b7bfb_a71d2a8efc3845868955fc6a323ec990~mv2

Gérard Edelinck (1640–1707)

Crédit : Musée Clermont Auvergne Métropole,

Bibliothèque du patrimoine, GRA 6025

GL 04/2023 inspiré de l’œuvre de Papus ‘‘l’occultisme’’

SOURCE :  https://450.fm/2023/05/20/planche-sur-les-nombres/

Logoheader450FM

12345...281

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria