navigation

Le silence des pantoufles est plus dangereux que le bruit des bottes 17 mars, 2024

Posté par hiram3330 dans : Non classé , ajouter un commentaire

Texte de Martin NIEMÖLLER (1892-1984)
 

Le silence des pantoufles est plus dangereux que le bruit des bottes.

Un homme dont la famille faisait partie de l’aristocratie allemande, avant la seconde guerre mondiale, possédait un certain nombre de grandes usines et de propriétés. Quand on lui demandait combien d’allemands étaient de véritables nazis, il faisait une réponse qui peut guider notre attitude au regard du fanatisme.
Peu de gens sont de vrais nazis, disait-il, mais nombreux sont ceux qui se réjouissent du retour de la fierté allemande, et encore plus nombreux  ceux qui sont trop occupés pour y faire attention. J’étais l’un de ceux qui pensaient simplement que les nazis étaient une bande de cinglés. Aussi la  majorité se contenta-t-elle de regarder et de laisser faire. Soudain, avant que nous ayons pu réaliser, ils nous possédaient, nous avions perdu toute liberté de manœuvre et la fin du monde était arrivée. Ma famille perdit tout,  je terminai dans un camp de concentration et les alliés détruisirent mes  usines.
La Russie communiste était composée de russes qui voulaient tout simplement vivre en paix, bien que les communistes russes aient été responsables du meurtre d’environ vingt millions de personnes. La majorité pacifique n’était pas concernée.

L’immense population chinoise était, elle aussi, pacifique, mais les communistes chinois réussirent à tuer le nombre stupéfiant de soixante-dix  millions de personnes. 

Le japonais moyen, avant la deuxième guerre mondiale, n’était pas un belliciste sadique. Le Japon, cependant, jalonna sa route, à travers l’Asie du sud-est, de meurtres et de carnages dans une orgie de tueries incluant l’abattage systématique de douze millions de civils chinois, tués, pour la plupart, à coups d’épée, de pelle ou de baïonnette.
Et qui peut oublier le Rwanda qui s’effondra dans une boucherie. N’aurait-on pu dire que la majorité des Rwandais était pour la Paix et l’Amour ?
Les leçons de l’Histoire sont souvent incroyablement simples et brutales, cependant, malgré toutes nos facultés de raisonnement, nous passons  souvent à côté des choses les plus élémentaires et les moins compliquées : les musulmans pacifiques sont devenus inconséquents par leur silence.
Aujourd’hui, des experts et des têtes bien pensantes, ne cessent de nous répéter que l’Islam est la religion de la paix, et que la vaste majorité des musulmans ne désire que vivre en paix. Bien que cette affirmation gratuite puisse être vraie, elle est totalement infondée. C’est une baudruche dénuée de sens, destinée à nous réconforter, et, en quelque sorte, à diminuer le spectre du fanatisme qui envahit la Terre au nom de l’Islam.

Le fait est que les fanatiques gouvernent l’Islam, actuellement. Ce sont les fanatiques qui paradent. Ce sont les fanatiques qui financent chacun des   cinquante conflits armés de par le monde. Ce sont des fanatiques qui assassinent systématiquement les chrétiens ou des groupes tribaux à travers toute l’Afrique et mettent peu à peu la main sur le continent entier, à travers une vague islamique.

Ce sont les fanatiques qui posent des bombes, décapitent, massacrent  ou commettent les crimes d’honneur. Ce sont les fanatiques qui prennent  le contrôle des mosquées, l’une après l’autre. Ce sont les fanatiques qui  prêchent avec zèle la lapidation et la pendaison des victimes de viol et des  homosexuels. La réalité, brutale et quantifiable, est que la majorité   pacifique, la majorité silencieuse y est étrangère et se terre.

Les musulmans pacifiques deviendront nos ennemis s’ils ne réagissent pas,  parce que, comme mon ami allemand, ils s’éveilleront un jour pour constater qu’ils sont la proie des fanatiques et que la fin de leur monde aura commencé.

Les Allemands, les Japonais, les Chinois, les Russes, les Rwandais, les Serbes, les Albanais, les Afghans, les Irakiens, les Palestiniens, les Nigériens, les Algériens, tous amoureux de la Paix, et beaucoup d’autres peuples, sont  morts parce que la majorité pacifique n’a pas réagi avant qu’il ne soit trop tard.
Quant à nous, qui contemplons tout cela, nous devons observer le seul groupe important pour notre mode de vie : les fanatiques.

Enfin, au risque de choquer ceux qui doutent que le sujet soit sérieux et  détruiront simplement ce message, sans le faire suivre, qu’ils sachent qu’ils  contribueront à la passivité qui permettra l’expansion du problème.

Aussi, détendez-vous un peu et propagez largement ce message. Espérons que des milliers de personnes, de par le monde, le liront, y réfléchiront et le feront suivre…

Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.

Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester. 

 

Texte de Martin NIEMOLLER (1892-1984), pasteur protestant arrêté en 1937 et envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen. Il fut ensuite transféré en 1941 au camp de concentration de Dachau. Libéré du camp par la chute du régime nazi, en 1945.

On ne peut s’empêcher de repenser à cette phrase de l’un de nos congénères les plus éclairés, lui aussi allemand d’origine :

Le monde est dangereux à vivre  non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.
 

Albert Einstein

Au Cœur de l’Amour 11 février, 2024

Posté par hiram3330 dans : Non classé , ajouter un commentaire

Au Cœur de l’Amour

Amour, Amour de soi, Amour des autres, équilibre sacré, poème

Au cœur de l’existence humaine réside un mystère aussi ancien que le temps lui-même : l’Amour. Cette force intangible, mais omniprésente, tisse la trame de nos vies, guidant nos choix, nos joies et nos peines. L’Amour, dans son essence la plus pure, se manifeste à travers trois formes intrinsèquement liées : l’amour de soi, l’amour des autres et l’amour reçu des autres. Ensemble, elles composent un triptyque sacré, un équilibre délicat où chacun des éléments nourrit et est nourri par les autres, dans un cycle éternel de don et de réception.

L’Amour de Soi : La Pierre Angulaire

Au commencement de ce voyage mystique se trouve l’amour de soi. Ce n’est pas une quête de vanité ou d’égoïsme, mais un pèlerinage vers la reconnaissance et l’acceptation de son essence véritable. L’amour de soi est le fondement sur lequel se construisent tous les autres types d’amour. C’est dans le silence de notre introspection que nous découvrons notre valeur intrinsèque, libérée des chaînes du jugement et du conditionnement. Lorsque l’on s’aime véritablement, on émane une lumière qui guide notre chemin et illumine ceux qui nous entourent. Cet amour propre crée un sanctuaire intérieur d’où la paix et la sérénité rayonnent, permettant à l’amour de s’épanouir dans sa forme la plus altruiste.

L’Amour des Autres : Le Reflet de l’Âme

L’amour de soi pave la voie vers l’amour des autres, une expression sublime de notre connexion à l’humanité toute entière. Cet amour transcende les frontières, les cultures et les idéologies, révélant l’unité sous-jacente qui nous lie tous. Aimer autrui sans attentes ni jugements est un acte de grâce divine, un reflet de l’amour inconditionnel que l’univers nous porte. Dans chaque geste de bienveillance, dans chaque mot de réconfort, nous réaffirmons notre engagement envers cette force universelle, participant ainsi à l’harmonie collective.

L’Amour Reçu des Autres : Le Miroir du Cœur

Aussi essentiel que soit l’amour que nous offrons, l’amour que nous recevons des autres détient une puissance transformatrice. Il est le miroir dans lequel nous apercevons la lumière de notre âme reflétée dans les yeux de ceux qui nous entourent. Accepter cet amour demande courage et vulnérabilité, car il nous confronte à notre propre essence, nous rappelant que nous sommes dignes d’être aimés pour ce que nous sommes véritablement. Cet échange sacré entre donner et recevoir crée un flux énergétique, un cercle vertueux où chaque acte d’amour nourrit le cœur et l’esprit.

L’Équilibre Sacré

Le mystère de l’Amour, dans sa forme la plus universelle, réside dans l’équilibre délicat entre ces trois formes. Comme les points d’un triangle sacré, l’amour de soi, l’amour des autres et l’amour reçu des autres forment un tout indissociable, une symphonie céleste où chaque note est essentielle à l’harmonie de l’ensemble. C’est dans cet équilibre que réside la clé de l’épanouissement humain, un chemin vers une paix intérieure et une communion profonde avec l’univers.

Dans la quête éternelle de l’Amour, rappelons-nous que chaque pas vers l’amour de soi est un pas vers l’amour universel. Que chaque geste d’amour envers autrui est une célébration de notre unité. Et que chaque amour reçu est un rappel de notre lumière intérieure. Dans cette danse sacrée de l’amour, nous découvrons le véritable sens de notre voyage terrestre, un voyage où l’Amour est à la fois la question et la réponse.

 

Vers la Divine Essence

Au sein de l’âme, un chant s’élève, doux murmure,
Une quête d’amour, dans le silence, pure et sûre.
D’abord en soi, un voyage intime débute,
Où l’amour propre tisse son premier luth.

Dans le miroir de l’âme, luit un reflet si clair,
L’amour de soi, tel un flambeau, éclaire notre univers.
Il guide nos pas, dissipe doutes et peurs,
Dans ce jardin intérieur, il est le premier semeur.

Puis, le cœur s’ouvre, élan vers l’autre tendu,
Dans ce ballet d’âmes, l’amour est reconnu.
Sans attente, ni jugement, l’amour se déploie,
Dans chaque geste, chaque mot, il répand sa foi.

La magie opère, l’univers s’embrase, s’illumine,
Dans le regard d’autrui, une étincelle qui nous fascine.
L’amour reçu, cadeau divin, reflet de notre essence,
Dans ce miroir des cœurs, s’offre la quintessence.

Chaque échange, un pas de danse dans l’éther,
Où donner et recevoir s’harmonisent, prière légère.
Dans ce cycle sacré, l’amour tisse un pont doré,
Unissant les âmes en une ronde d’éternité.

Enfin, l’amour Divin, à l’horizon se dessine,
Dans cette symphonie céleste, chaque note s’aligne.
De l’amour de soi à l’amour universel s’étend,
Dans cette ascension, l’âme à Dieu se tend.

Dans ce poème de vie, chaque vers est un pas,
Vers l’amour Divin, où tout commence et finit là.
Dans ce voyage sacré, l’amour est le guide,
Vers l’infini, où tout en Lui réside.

SOURCE  : https://www.lesamisdhermes.com/2024/02/au-coeur-de-l-amour.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Yann LERAY @ 2024

Essaimage et Fleur de l’âge font-ils bon ménage ? 28 novembre, 2023

Posté par hiram3330 dans : Non classé , ajouter un commentaire

Essaimage et Fleur de l’âge font-ils bon ménage ?

 

Hilarion

Créateur du Festival d’Humour maçonnique d’Aix en Provence

 

enferangelico-690x1024

L’enfer – de Angelico

A la fleur de l’âge, n’est-il pas sain de tenter l’essaimage, et pour qui s’y engage, n’est-ce pas le gage d’un vrai courage? Car la fleur de l’âge n’est pas un âge pour rester sage. Quel gaspillage ce serait, à cet âge, de laisser son pucelage d’innocent maçon, errer à la nage sur les flots sages de marécages où nul orage n’entraîne plus le moindre frisson!

Oui mais vers quels rivages et pour quels mirages de jeunes maîtres au tempérament volage fuient-ils avec armes et bagages le quiet aréopage qui leur donna pourtant l’éclairage et leur transmit le langage tan

dis qu’ils se pelaient -lent épelage- dans les frimas des ombrages du Nord où un trop long apprentissage provoque le givrage des neurones?

Quels sont donc les motifs d’essaimage? Que nous révèlent à ce sujet les sondages?
Certains, qui essaiment à l’appel des hauts étages, rêvent de virages à 33 degrés. De leur petit nuage, ils aspirent à davantage de polissage et, naïf chipotage, à une spiritualité sans clivage ni stériles chipotages, mais avec fort bourrage de mou divin.

D’autres qui en appellent au sauvetage du suffrage républicain, procèdent dès le démarrage, au dégraissage de l’outillage rituel, à l’élagage des colonnes, au dépavage du carré long, au gribouillage du Livre, et s’adonnent au tricotage de nouveaux décors: une maille à la croix, une maille à l’enfer!

Toutefois, ces essaimeurs, quels que soient leurs nouveaux visages et quoi qu’ils envisagent, se retrouvent tous plein d’usages et de raisons entre les deux piliers du Temple de Salomon, car comme le dit sans verbiage ce vieil adage:
“Zakin et Boage sont les deux jumelles de la transe”.

Il arrive parfois que les candidats à l’essaimage soient pris en otage par de curieux équipages, spécialistes du chantage et du persiflage qui entretiennent le chuchotage des Apprentis quand ils ne provoquent pas le bavardage des compagnons. En effet, même ceux qui n’ont connu ni l’outrage des marchandages, ni les blocages minoritaires, ni les ballottages suicidaires, ils ont entendu causer… Malgré le secret de nos déballages, combien de cafardages nous ont rapporté ces tiraillages, ces grippages, ces accrochages et autres ferraillages qui sont l’apanage de ces adeptes du tirage et du grattage dont on n’a qu’une hâte, qu’ils dégagent! Allez, bon voyage!
Oui, c’est vrai, je m’emporte et j’enrage, mais plutôt que j’enrage dans les parvis, hors du balisage sécuritaire qu’offre ces murs à nos dérapages, ne vaut-il pas mieux que j’enrage dedans?
De dent, je n’en ai point contre mes frères, mais quel saccage quand se retrouvent dans le cirage, victimes de ces enfantillages, ceux qui, très fraternellement, espéraient avoir envie de faire la grimace aux vieux singes… Euh… pardonnez ce grippage ! Je voulais dire : ceux qui espéraient en vain faire ami grâce aux vieux sages !

Quel navrant cafouillage que ces castagnages, ces lynchages dignes d’anthropophages, ces querelles si sauvages que la chambre du Milieu, sur l’épandage du tertre encore fumant des restes du carnage, doit procéder au partage des os qui garniront les reliquaires et sarcophages, à l’image des fémurs et du crâne de celui dont les Arts et l’Amitié conservent les ossements, je veux parler d’Anicet, cette victime du dernier guillotinage.

Gémissons aux empaillages qui préludent alors au dépeçage du magot que le tronc d’une veuve sans visage a rassemblé pendant son long veuvage sans jamais dévoiler, c’est la règle -et sa liberté- la moindre blancheur d’un sein caché sous un hypothétique corsage. Dommage!
Pardonnez cette allégorie lascive, témoignage à mon âge, d’un libertinage osé, osé, osé, mais qui me permet ce passage du coq à l’âne, je veux dire du coq à la femme, non pas à la femme de ménage, mais à la femme qu’on ménage, la femme moderne libérée du servage. On ne peut en effet passer sous silence, au risque d’être accusé d’escamotage, ce dernier motif d’essaimage qui amène hélas… – et je n’insisterai pas ici sur le rôle fatal de la femme dans la guerre de Troie- qui amène hélas, disais-je, au naufrage de nos traditions et dont on fait le plus grand battage, je veux parler du mixage!
Ah ! Le mixage ! Selon des colportages qui ne sont sans doute que d’affreux commérages, il semblerait que le mixage soit un lieu de brouillages et de crêpages, de pelotages et de tripotages, de dragages et de couchages, et autres formes de dévergondages tels que cet héritage qui nous viendrait du Moyen-Âge : le droit de cuissage sur le nouvel arrivage !

Mais tout ceci nous éloigne de l’amour vrai, l’amour qui devrait guider tout essaimage. A la fleur de l’âge, quel bel âge pour essaimer, pour butiner, pour fleureter !

Mais flirter, est-ce aimer ?

hilarion

hilarion              hilarion

SOURCE  :  http://www.hilarion-humour-maconnique.fr/essais-symboliques/essaimage-et-fleur-de-lage

Le Bouddhisme : Histoire, Philosophie et Croyances 3 août, 2023

Posté par hiram3330 dans : Non classé , ajouter un commentaire

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

Vendredi 14 Juillet 14 juillet, 2023

Posté par hiram3330 dans : Non classé , ajouter un commentaire

 

 

 

14.07

Big Bang ? 1 août, 2008

Posté par hiram3330 dans : Non classé , 13 commentaires

 

 

 

1407611215.gif

La Voûte Étoilée

vient de donner naissance,

par scissiparité volontaire,

à la Voie Lactée

001.jpg

Désormais la Voûte Étoilée (www.hiram3330.unblog.fr)

se consacrera principalement à ses recherches …

alors que la Voie Lactée (www.chris.unblog.fr)

poursuivra son chemin dans le domaine de

l’Imaginaire …

eternitydarrellglidden.jpg

Les deux espaces intemporels

restent néanmoins liées .. unis …..

car l’Espace et le Temps,

qui n’existent pas,

sont indissociables …….

gompa.jpg

Les Deux en Un

seront toujours heureux

de votre visite,

de vos commentaires,

de vos contributions … si vous le souhaitez …..

planeteagua.jpg

Chris

le Premier d’Août 6008

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria