navigation

Régularité et Reconnaissance 16 décembre, 2020

Posté par hiram3330 dans : Bleu,Chaine d'union,Recherches & Reflexions , ajouter un commentaire

Régularité et Reconnaissance

 16999226_1232697073518321_7042782040964744826_n

Il m’est souvent arrivé d’écrire dans des diverses publications qu’on ne doit pas se considérer dans une étape exceptionnelle de l’histoire parce que tout le monde s’est imaginé cela dans toutes les époques et le plus souvent s’est trompe. On a besoin d’une perspective de siècles pour nous rendre compte quelle années ont vraiment été des moments principaux et pivotaires dans l’histoire de l’humanité. Les décennies ne suffisent pas. Il ne serait pas pourtant exclu que sur ce pas entre le deuxième et le troisième millénaire que nous venons de dépasser, nous ayons vit une période exceptionnelle de l’histoire de la Franc-maçonnerie moderne. Avec le risque de commettre une faute, je vais expliquer pourquoi je le pense et cela ne veut pas dire le millénarisme.

Le passage de peu de temps de l’année 2000 n’est pas une étiquette mise par les hommes sur le cours par parfois calme mais plus souvent trouble de l’histoire qui fait le croire aujourd’hui.

Nous savons, tout le monde sait, que la Franc-maçonnerie moderne est née avec la fondation en 1717 de la Grande Loge de Londres et Westminster. Cela s’est passe par l’union des quatre loges, avant cela indépendantes, qui sont ainsi devenues la première obédience maçonnique cela veut dire, la première fédération de loges décidées de mettre au commun l’intendance et pour pouvoir se concentrer sur certaines choses qui leur semblaient plus importantes, comme la mise en pratique de la fraternité, l’amélioration des gens et par cela et par eux l’amélioration du sort de l’humanité. Cela a donne à la maçonnerie anglaise une avance sur toutes les autres, même si les soit dites ancêtres de notre Ordre, les champions opératifs, étaient plus nombreux en France qu’en Angleterre.

De cette manière, et au cours de deux siècles et demi la maçonnerie anglaise a étendu ses ailes protectrices mais suffocantes de la Franc-maçonnerie universelle. Des choses qui n’existaient point dans la maçonnerie d’origine ont été ajoutées pour des raisons purement politiques, comme l’assimilation du Grand Architecte de l’Univers avec le Dieu de la Bible (voir les Vieux taches des constitutions d’Anderson). Les lois et les édits de la Grande Loge de Londres premièrement, et après cela, des grandes loges des Antiques et des Modernes, de la Grande loge Unie de l’Angleterre après 1813, déterminent dans le monde entier qui était Franc-maçon et qui ne l’était pas, quelle obédience était régulière et quelle ne l’était pas, par le simple jeu de la reconnaissance et de la ne reconnaissance. Ceux qui étaient reconnus à Londres jouissaient de relations privilégiées entre eux sons les yeux attendris et affectueux de la Grande Loge Unie de l’Angleterre tous les autres étant rejettes dans les contrées froides et assombries de la ne reconnaissance, donc, d’une manière automatique et par définition britannique de l’irrégularité.

L’influence de l’Angleterre s’est répandues encore après la révolution américaine, qui transforme treize colonies anglaises d’Amérique de Nord dans le plus grand pouvoir de langue anglaise et sans doute le plus grand pouvoir purement et simplement de l’entier histoire de l’humanité.

Cette révolution qui avait rompu les liaisons purement politiques et administratives avec le pouvoir colonial, n’a pas influence que très peu la Franc-maçonnerie nord-américaine. Cela a continué d’être extrêmement dépendant de nos amis Anglais et seulement avec beaucoup de timidité, au début du vingtième siècle s’est permis enfin de prendre quelques initiatives indépendantes, mais toujours au sens souhaite par la Grande Loge Unie de l’Angleterre. Par exemple l’idée qu’une seule obédience maçonnique doit être reconnue dans chaque pays ou étant, a pris naissance aux états Unis et cela au XIX éme siècle.

Nous savons tous que les guerres provoquent souvent des progrès technologiques et des réveils intellectuels et de l’âme. Cela s’est prouve aussi au sein de la Franc-maçonnerie. La fin des guerres napoléoniennes, de la guerre de Sécession aux États-Unis et d’autres guerres au XIX éme siècle, la fin de la première et la deuxième guerre mondiale, ont donne a la Franc-maçonnerie des impulses successifs qui agrandirent son nombre et son influence d’une manière tout a fait inédite.

Qui aurait pu s’imaginer que les petites réunions dans les salles cachées de quelques tavernes et parfois hilaires du début sont de la moitié du XVIII éme siècle donnera naissance ŕ quatre millions de maçons américains en 1959 est à deux millions de maçons dans l’empire Britannique à la même époque?

Le réveil de la Franc-maçonnerie Européenne de la fin de la deuxième guerre mondiale a été plus lent, moins spectaculaire mais plus solide.

Quelle est la situation actuelle ? Je voudrais vous parler de quelques choses dont peut être vous n’avez pas entendu jusqu’à présent, mais qui pèseront bien lourdement sur les décisions qui devrons être prises pendant cette décennie et pendant la décennie prochaine, ainsi comme sur le futur de la Franc-maçonnerie.

Mais, tout d’abord, quelles sont les règles (terme d’où surgit la parole réguler , régularité qui du début du XVIII éme siècle et de la Franc-maçonnerie de Grande Loge ont fait la différence entre les obédiences qui étaient Maçonniques et celles qui ne l’étaient pas ? Qu’on me pardonne si quelques éléments de cette énumération fâchent (au moins pour le moment) les convictions de quelques lecteurs, mais je ne peux pas, et je ne veux pas changer on maquille la réalité historique. Il est aussi possible que les solutions du futur ne dépendent entièrement de ces règles et nous allons bientôt voir pourquoi.

Du point de vue de 99% de la Franc-maçonnerie mondiale et de la Grande Loge Unie de l’Angleterre qui a invente les critères d’origine et nous a servi pour longtemps comme modèle, une obédience régulière.

1. Elle est formée seulement d’hommes ;

2. Elle applique un Rite et un Rituel traditionnel, ŕ la gloire et sous l’invocation du Grand Architecte de l’Univers ;

3. Elle le fait dans la présence des Trois Grandes Lumières de la Franc-maçonnerie qui sont et le Volume de la Loi Sacre, la Sainte Bible.

4. Elle a été crée, par filiation interrompue, par au moins trois loges venant d’une obédience régulière ;

5. Elle est souveraine et indépendante de tout autre Pouvoir Maçonnique, de tout autre système de Hauts Degrés, de tout parti ou organisation politique et de tout Église.

Nous pouvons voir tout de suite qu’une obédience qui, comme le Grand Orient de la France a abandonne en 1877 la Sainte Bible et toute référence au Grande Architecte de l’Univers est irrégulière. Mais que pouvons dire sur GLNF, la Grande Loge Nationale de la France, reconnue par l’Angleterre, un jour avant d’être crée en 1913, mais constituée seulement de deux loges irréguliers, le Grand Orient de la France et soumise a un pouvoir maçonnique étranger, la Grande Loge Unie de l’Angleterre d’on elle recrue souvent les Grands Officier.

Que pouvons nous dire sur la Grande loge du Suède, reconnu comme la Grande Loge de l’Angleterre mais qui impose a ses candidats l’appartenance à l’Église Nationale Suédoise (on n’y reçoit pas ni les membres d’une autre église protestante ni des catholiques, ni des hébreux et qui est dirigée par un Conseil Suprême des Hauts Dégrées on seulement les nobles pouvant prendre part ? Qu’est-ce qu’on peut dire sur la Grande Loge du Danemark, sur la Grande Loge de Norvège ou sur l’une des composants des Grandes Loges Unies de la Germanie, toutes régentées par de Suprêmes Conseils des Hautes Dégrées.

Évidemment, quelque part se passe quelque chose dont les Frères Maçons communs ne sont presque jamais informes. Une obédience régulière, conforme aux règles de la Grande Loge Unie de l’Angleterre n’est pas automatiquement reconnue et, via versa, des obédiences fortement irrégulières conformes aux mêmes règles sont reconnues. Mais, dans ce cas et si la régularité l’impose, comme son nom l’indique, le respect de certain règles, qu’est ce qui se passe avec la reconnaissance ?

La reconnaissance entre les obédiences maçonniques ne dépend point de la régularité de celles reconnues, mais des intérêts politiques (au sens de la politique maçonnique et des obédiences qui accordent cette reconnaissance. Ne vous imagine pas que nos amis anglais ne sont pas au courant, au moins en grandes lignes, avec la réalité maçonnique sur le continent Européen.

Ne vous imaginez pas qu’ils ne savent qui sont vraiment régulière parmi ceux ne sont pas reconnus ou qu’ils s’imaginent que les loges qu’ils reconnaissent, GLNF, les Suédois ou les Grandes Loges Unies de l’Angleterre (et beaucoup d’autres loges insignifiantes, surtout en Europe d’Est) seraient réguliers. C’est tout simplement dans leur intérêt d’avoir des relations maçonniques d’une partie avec les obédiences des pays importantes comme la France, l’Allemagne et les pays scandinaves et d’autre partie avec de petites obédiences des autres pays (l’Espagne, le Portugal, les pays de l’Orient) ayant des problèmes de régularité réelle, donc facilement a soumettre et a contrôler. Ils reconnaissent à qui ils veulent, sans aucun état d’âme, laissant a ces pauvres obédiences le souci de se croire régulières, car ils ont reconnus perdre leur souffle en essayant sans cesse de démonter qu’ils sont dignes de cette reconnaissance essayant souvent ętre plus Catholiques que le Pape.

Cette combinaison est marche assez bien jusqu’aux années 1980. A ce moment là, un point de rupture semble avoir été touche et quelques choses se sont rompues irréparablement dans le domaine de la Franc-maçonnerie anglo-américaine.

Le déclin était commence d’ailleurs plus antérieurement, d’une manière peu visible et pour beaucoup de temps les Grandes Loges touchées par cette maladie n’ont pas vu (ou elles n’ont pas voulu voir) le danger.

Depuis plus de quarrant ans, les obédiences anglaises et américaines perdent plusieurs membres au bien d’initier.

Le nombre des membres de la Maçonnerie de USA baisse du maximum atteint en 1959) rythme presque invariable de 3% chaque année.

Le nombre des membres de la maçonnerie anglaise, une fois presque deux millions (ci = compris les colonies), est baisse sous 200.000 de nos jours. D’autre part, la Grande Loge Unie de l’Angleterre a perdu récemment, après avoir tenté une fois de trop de s’imposer le point de vue aux autres, la puissante Franc-maçonnerie Indienne, italienne et grecque.

Mais une autre chose a été plus grave: c’était pour la première fois dans son histoire qu’elle n’a pas été suivie.

Ni les grandes loges de USA, ni celles de Canada, Australie et Nouvelle Zélande, ni même son fidèle vassal GLNF ne l’ont pas suivie et n’ont pas retiré la reconnaissance des Indes, des Grecques et des Italiens. La significations de ce fait ne peut pas être sous-estime.

En rupture avec l’opinion publique anglaise, autrefois favorable, avec l’Église Anglicane, autrefois une principale alliée, mais elle-même en difficulté de nos jours, la Franc-maçonnerie anglaise fait aujourd’hui des efforts désespérés pour ralentir son écroulement. Par exemple a l’occasion de l’anniversaire de la création en 1717, de la Grande Loge de Londres et Westminster, le Grand Maître, Son altesse Royale, le Duc de Kent a exprime devant une assistance de 6000 personnes, Maçons et profanes réunis pour une tenue maçonnique (ce qui n’était pas régulier) le désir d’imiter, en espérant une renaissance, la Franc-maçonnerie américaine par une extériorisation presque complète.

Pour répondre a une campagne dans la presse des scandales qu’elle pouvait autrefois, regarder avec mépris, la Grande Loge Unie de l’Angleterre a censure de ses rituels, tous les « serments pénaux ». Ceux ci sont aujourd’hui remplaces par un serment adouci et inoffensive. Elle a aussi publie dans la presse, il y a quelques ans, les signes et les mots des trios dégrées afin de prouver qu’elle n’a pas des secrets et rien a cacher. Ce qui prouve la grandeur de ses problèmes, ainsi que les sacrifices qu’elle est dispose de faire et consentir pour sauver son existence. Enfin et encore une fois, personne dans sa sphère d’influence ne semble pas dispose a la suivre.

Le plus grand problème pour une imitation des américains est, bien entendu, que les Américains mêmes sont de nos jours loin d’être un exemple à suivre pour les Anglais membres a chaque dix ans. La Franc-maçonnerie Américaine perde de nos jours et chaque année plus que tous les membres de la Franc-maçonnerie Française, environ de 100 000 personnes. Le nombre total des membres de la Franc-maçonnerie SUA est passé d’un maximum de Presque 4.200.000 en 1959 a moins de 1.800.00 de nos jours. Des chiffres d’ailleurs inflationnistes, parce qu’en vertu du système de numérotation qu’ils utilisent, un frère membre de trios loges est prés en compte trios fois. Enfin, après un rapport très official de la Société d’Ex Maîtres Vénérables de SUA. Seulement 10% des nouveaux maçon, reviennent jamais à la Loge après l’initiation et seulement 5 % sont plus ou moins assidus. Ce qui signifie qu’en dépit du grand nombre de membres annoncés (1.800.000), le nombre réel de Maçons aux États Unis qui fréquentent vraiment les loges est de 90.00 à 125.00, pour une population de Presque 260 millions d’habitants.

Des loges qui ont sur le papier 500 membres ont souvent des difficultés pour ouvrir une tenue.

Les Grandes Loges des USA se trouvent donc obligées d’adopter des mesures qui ne peuvent pas être considérées que désespérées. Une proposition récente de la Grande Loge de la Californie à la tendance d’obliger les loges avec moins de 500 membres, à se réunir dans une seule pour pouvoir amasser une douzaine nécessaire a une ouverte. Dans une autre tentative de stopper l’hémorragie, la Grande Loge de Floride initiait il y a un an dans une seule cérémonie et directement au dégrée de Maître plus de 1000 profanas en espérant de retenir au moins une centaine. Il n’est pas étonnant qu’on est tentes de comparer avec les problèmes de robinet et baignoire que nous devions résoudre de notre enfance. Si une baignoire, contenant 300 litres d’eau, perd quatre litres a chaque minute a cause d’un écoulement accidentel et que le robinet ne peut débiter que 3 litres et demie par minute, combine de temps s’écoulera jusqu’à ce que la baignoire soit vide?

Et pourtant, beaucoup de Franc-maçon du monde entière ne se rendent pas compte avec quelle vitesse va changer le paysage maçonnique international. Quelques frères s’agitent ici a Paris autour des problèmes lies aux relations avec la Franc-maçonnerie anglaise et américaine, comme s’ils vivaient pendant les années 1950. Quelqu’un devrait être extrêmement naïf pour penser qu’une Grande Loge au courant avec la situation exacte dans le monde anglo-saxonne puisse avoir le moindre envie de s’embarquer sur un navire a voiles qui prend de l’eau de toutes ses parties. Et pourtant, certains le font, et même en Roumanie si je ne me trompe pas.

Le future de la Franc-maçonnerie a beaucoup d’opportunités pour être une période extrêmement intéressant, à condition qu’on s’abstienne de commettre trop de bêtises et à perdre trop de terrains, choses pour lesquelles les obédiences maçonniques ont un immense talent.

Je vous propose de nous concentrer maintenant un peu sur ce future, car jusqu’ici nous n’avons pas parle que du passé et du présent. Je prendrai donc le risqué de faire quelques prophéties sur a un délai court et moyen, prophéties qui en fait valent aussi beaucoup que toutes les prophéties de nos jours mais ont autant de chances d’être la réalité de demain ou après demain.

Bien entendu, je ne les ferrai pas cette fois ci sur la Roumanie mais sur l’Europe Occidentale, ou je vis depuis la moitie du siècle passé. On voit déjà depuis des dizaines d’années que les obédiences liées a l’Angleterre et a l’Amérique décroisent et se diminuent parfois plus vite que celles anglo-saxonnes.

D’autre part, les obédiences régularise indépendantes, qui sont souvent des membres de la Confédération des Grandes Loges de l’Europe (ne pas être confondu a « l’Espace Maçonnique » ou autre chose) sont en permanente augmentation dans un rythme positif qui reflète le rythme négative de celles anglo-saxonnes et irréguliers: + 3% par année.

Le graphique de la diminution de la Franc-maçonnerie anglo-américaine s’entrecroisera avec celui de l’augmentation de la Franc-maçonnerie régulier indépendante dans une dizaine ou une douzaine d’années. Les obédiences réguliers indépendantes sont déjà plus nombreuses que les obédiences soumises a l’Angleterre. Le moment ou les relations maçonniques internationales sur la volonté indépendante et souveraine de chaque obédience, est bien proche.

Ce serait un moment exaltant mais difficile. Difficile à cause d’immenses différences de buts et de méthodes qui persisteront entre ces obédiences. La vaste majorité, je pense qu’environ de 90%, resteront fidèles aux principes de régularité énonces au début de cet article. Pourquoi les changeraient elles? Leur régularité n’est qu’un aspect des vieilles traditions et règles qu’elles n’ont aucun raison d’abandonner. Je pourrais imaginer la Franc-maçonnerie de l’avenir centre sur les obédiences européennes et latino-américaines avec un foyer dans la maçonnerie française. Les obédiences anglo-américaines commenceront a se diviser d’une partie en groupes assez grands pratiquant la charité, se lançon peut être dans l’action sociale et politique mais quittant, excepte quelques signes extérieurs, le rituel et la tradition maçonnique. D’autre part il y aura des groupes plus petits ou moyens, revenues a la régularité d’origine, mais qui auront abandonne, a cause de leurs nouvelles dimensions, toute velléité de hégémonie ou suprématie.

La même chose se passera avec les quelques bouts de ponts qu’elles ont constituées sur le continent européen et moins sur le continent central et sud américain.

Je peux imaginer la Franc-maçonnerie française et européenne gardant sa variété et sa multiplicité, mais revenant la où il est nécessaire, chez les portiques traditionnels. Je vois le Rite Ecossais Antique et Accepte, de loin le plus riche du point de vue intellectuel et moral, symbolique et ésotérique, s’étendant et remplacent les rites de type anglais qui ne permettent ni des affiches ni des discutions. Dans, ce contexte je pense que les obédiences européennes qui ont abandonne la tradition et les points de repère traditionnels pour l’action politique, sociale et charitable continueront a abandonner l’un après l’autre les éléments qui définissent la Franc-maçonnerie jusqu’à devenir autre chose, bien respectable peut-être mais qui aurait cesse entièrement de mériter le nom de Franc-maçonnerie.

Si la Franc-maçonnerie des futures décennies réussis à devenir, avec trois siècles en retard, une Maçonnerie Universelle dont ses fondateurs ne rêvaient pas, car leur rêve était beaucoup plus étroit, c’est qu’il est arrive le moment de travailler en harmonie. Pas pour s’épuiser en querelles stériles de préséance, de supériorité, de hégémonie et d’argents autant au sein des obédiences qu’entre elles. Il est plus urgent et important que nous soyons sincères les uns avec les autres, que nous nous rencontrions plus souvent, que nous nous connaissions mieux et nous nous entendions beaucoup mieux.

Quand a la régularité que plusieurs d’entre nous ont et que nous devons défendre a tout prix, parce qu’elle représente l’essence de ce que nous sommes dans le cas de quelques uns d’entre nous depuis Presque trios siècles.

La Régularité et seulement la régularité est ce qui fait la différence entre nous Maçons et le Rotary, Lions et la taverne du coin de la rue, entêtes respectables mais pas maçonniques.

Nous devons ainsi nous protéger envers les innovateurs, qui tachent a nous expliquer que nous sommer dans le XXI éme siècle et que nous devons simplifier et réduire nos rituels, nous débarrasser de cette vieillesse et de celle la qui sont des points de rituel et de tradition qu’ils n’ont pas compris. Et d’autant plus nous devons nous protéger envers les fabricants de nouveaux rituels, des rites et des dégrées qui tachent s’introduire des innovations partout, parfois pas bêtise et ignorance envers ce qu’ils ont déjà, parfois par la conviction qu’ils sont plus intelligents que tout le monde, mais surtout par volonté et pouvoir et donc, bien simple, pour se constituer un fondement d’où ils pourront conquérir le pouvoir.

Nous avons tous notre Tradition; au moins nous l’avons eue. La Tradition implique le devoir de la transmettre. Ce qui signifie la recevoir de nos prédécesseurs, de la maintenir en bon état, de la changer autant peu que possible et seulement s’il est absolument nécessaire et enfin de la transmettre la plus intact que possible a nos successeurs. Pour paraphraser ce que disait Antoine de Saint Exupéry sur la terre nous n’héritons pas la tradition de nos ancêtres, mais la prêtons de nos successeurs. Nous devons la transmettre dans son état d’origine, ou la remettre dans son état d’origine avant de la rendre a eux.

Comme dernière parole a l’égard de ce sujet, je dirais que nous devrions traiter la Franc-maçonnerie et nos rituels comme une foret: nous promener dans elle a l’aise, y trouver des paysages des routes et des itinéraires signes et décrits par les autres ou hors des chemins circules. Nous devons passer nos soirées sous ses branches mais la laisser dans le même état que nous l’avons trouvée quand nous y sommes arrivé.

L’étudier en général pour la connaître, l’étudier en détails si nous y sommes intéresses mais n’incruster pas notre nom et nos signes dans l’écorce des arbres. Ne plantons pas en elle des arbres étrangers sous de prétextes puérils. Ne la mettre pas en flammes, et ne nous imaginons nous mêmes envoyés pour la réinventer.

Et, enfin, nous devons savoir punir et attirer l’attention de ceux qui essaieraient de la dévaster et la gâter, soit par ambition, malice ou bêtise.

Michael Segall

rgularit.jpg

Franc maçonnerie Suédoise 24 décembre, 2009

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Recherches & Reflexions , ajouter un commentaire

Franc maçonnerie Suédoise dans Chaine d'union sfmo_stort_vapen

 

L’Histoire de l’Ordre
La franc-maçonnerie est arrivée en Suède par l’intermédiaire du Comte Axel Wrede-Sparre, qui s’est fait maçon en France pendant son travail comme officier de cavalerie. Après son retour en Suède, il réunit quelques amis qui comme lui s’étaient initiés maçons à l’étranger. En 1735, il initia à Stockholm son beau-frère le Comte Carl Gustaf Tessin, le fils du grand architecte du Château Royal. La plupart des frères qui appartenaient à la loge de Wrede-Sparre venaient de la haute aristocratie. Les tenus se sont arrêtés à la fin des années 1740.

Au début des années 1750, il y avait un nombre de maçons assez important en Suède, initiés soit dans la loge de Wrede-Sparre, soit à l’étranger. En 1752, le Comte Knut Posse créa la loge de St Jean Auxiliaire. Wrede-Sparre et la plupart des frères de sa loge s’associèrent à cette nouvelle loge, et Wrede-Sparre donna ses rituels et d’autres documents à St Jean Auxiliaire.

La loge de St Jean était considérée comme la Loge Mère de Suède et accréditait d’autres loges dans le royaume et en Finlande, qui faisait partie de la Suède à l’époque. Le Comte Carl Fredrik Scheffer, qui fut maçon à Paris en 1737, fut élu Grand Maître National en 1753. Pendant les années 50, les loges s’ouvrirent leurs portes aux frères venant d’autres classes sociales que l’aristocratie.

En 1756, Carl Fredrik Eckleff et six autres frères créèrent la Loge Ecossais l’Innocente à Stockholm, qui travaillait dans les grades de St André Ecossais. Le développement de la maçonnerie suédoise se poursuivit en 1759 quand Eckleff établit un Grand Chapitre à Stockholm. Eckleff, employé au ministère des Affaires Etrangères, possédait une accréditation qui l’autorisait à créer des loges. Il a été impossible de définir la date et l’origine de cette accréditation et des rituels utilisés. En 1760, la Grande Loge de Suède fut créée.

Le rite suédois
Eckleff construisait son système maçonnique sur une base chrétienne. La philosophie morale du rite suédois était approfondie par le Duc Charles, futur roi Charles XIII, qui succéda à Eckleff comme Maître Suprême de la maçonnerie. Grâce à deux réformes du rite en 1780 et 1800, il forma un système homogène avec dix degrés. Les degrés se suivent dans une logique progressive assez remarquable. Chaque degré prépare le suivant tout en résumant les précédents. Le système est regroupé en trois parties comme suit:

Les degrés de St Jean
I          Apprenti
II         Compagnon
III        Maître Maçon

Les degrés de St André Ecossais
IV-V    Apprenti-compagnon de St André
V         Maître de St André

Les degrés du Chapitre
VII       Haut illustre frère
VIII      Très haut illustre frère
IX        Frère illuminé
X         Frère haut illuminé

Au-dessus de ce système, pour les hauts officiers de l’Ordre
Frère très haut illuminé, Chevalier et commandeur de la Croix rouge R&K

En 1811, le roi Charles XIII créa l’Ordre Royal du Roi Carl XIII. C’est un ordre civil, toujours confié par le roi, uniquement destiné au maçon appartenant au R&K. Les membres sont limités à 33. Pourtant, ceci n’est pas un degré maçonnique.

La montée des grades ne se fait pas automatiquement. Un frère doit montrer une certaine assiduité et acquérir une compétence maçonnique.

Pendant la période 1774-1997, tous les Grands Maîtres furent membres de la Maison Royale de Suède, jusqu’à la mort du Prince Bertil, Grand Maître depuis 1973. Le Roi Carl XVI Gustav est Grand Protecteur de l’Ordre Maçonnique en Suède. Depuis 2001, le docteur en Science Anders Fahlman est Grand Maître.

Le palais Bååt à Stockholm, un somptueux édifice baroque de 1666, fut transformé et agrandi en 1874-77 pour devenir Le Temple Maçonnique de l’Ordre des Francs-maçons suédois.

Organisation actuelle
Aujourd’hui, il y a 43 loges de St Jean, 23 loges de St André, une Steward loge, sept Chapitres et une loge de recherche en Suède. On y trouve aussi 63 associations fraternelles (des loges d’instruction) dans les petites villes. En Finlande, il y a sept loges de St Jean, deux loges de St André, une Steward loge et un Chapitre à Helsinki, puis deux associations fraternelles ; tous travaillant selon le rite suédois.

14 200 francs-maçons en Suède et 1000 en Finlande travaillent sous les auspices de l’Ordre des Francs-maçons suédois. Comme les loges sont peu nombreuses, il y a souvent beaucoup de membres dans une loge suédoise. Seules les personnes qui se définissent comme chrétiennes sont admis.

Le vénérable Maître d’une loge est normalement nommé pour six ans. Tous les officiers doivent impérativement descendre de leur chaire à l’age de 75 ans.

Le Rite Suédois est utilisé en Suède/Finlande, en Norvège, au Danemark et en Islande. Un rite, basé sur des documents du Carl Friedrich Eckleff de 1760, est pratiqué en Allemagne dans la Grosse Landesloge der Freimaurer von Deutschland. Aujourd’hui ce rite ne présent guère ressemblance au Rite Suédois.

Svenska Frimurare Orden
Nybrokajen 7, SE-111 48 Stockholm, la Suède
Grand secrétaire: tél +46 8 463 37 06
Mél: info@frimurarorden.se Site internet: www.frimurarorden.se
Grand temple maçonnique: Blasieholmsgatan 6, Stockholm

Rite Suédois 13 mai, 2008

Posté par hiram3330 dans : Chaine d'union,Recherches & Reflexions , 1 commentaire

Rite Suédois dans Chaine d'union sfmo_stort_vapen

 

L’Histoire de l’Ordre
La franc-maçonnerie est arrivée en Suède par l’intermédiaire du Comte Axel Wrede-Sparre, qui s’est fait maçon en France pendant son travail comme officier de cavalerie. Après son retour en Suède, il réunit quelques amis qui comme lui s’étaient initiés maçons à l’étranger. En 1735, il initia à Stockholm son beau-frère le Comte Carl Gustaf Tessin, le fils du grand architecte du Château Royal. La plupart des frères qui appartenaient à la loge de Wrede-Sparre venaient de la haute aristocratie. Les tenus se sont arrêtés à la fin des années 1740.

Au début des années 1750, il y avait un nombre de maçons assez important en Suède, initiés soit dans la loge de Wrede-Sparre, soit à l’étranger. En 1752, le Comte Knut Posse créa la loge de St Jean Auxiliaire. Wrede-Sparre et la plupart des frères de sa loge s’associèrent à cette nouvelle loge, et Wrede-Sparre donna ses rituels et d’autres documents à St Jean Auxiliaire.

La loge de St Jean était considérée comme la Loge Mère de Suède et accréditait d’autres loges dans le royaume et en Finlande, qui faisait partie de la Suède à l’époque. Le Comte Carl Fredrik Scheffer, qui fut maçon à Paris en 1737, fut élu Grand Maître National en 1753. Pendant les années 50, les loges s’ouvrirent leurs portes aux frères venant d’autres classes sociales que l’aristocratie.

En 1756, Carl Fredrik Eckleff et six autres frères créèrent la Loge Ecossais l’Innocente à Stockholm, qui travaillait dans les grades de St André Ecossais. Le développement de la maçonnerie suédoise se poursuivit en 1759 quand Eckleff établit un Grand Chapitre à Stockholm. Eckleff, employé au ministère des Affaires Etrangères, possédait une accréditation qui l’autorisait à créer des loges. Il a été impossible de définir la date et l’origine de cette accréditation et des rituels utilisés. En 1760, la Grande Loge de Suède fut créée.

Le rite suédois
Eckleff construisait son système maçonnique sur une base chrétienne. La philosophie morale du rite suédois était approfondie par le Duc Charles, futur roi Charles XIII, qui succéda à Eckleff comme Maître Suprême de la maçonnerie. Grâce à deux réformes du rite en 1780 et 1800, il forma un système homogène avec dix degrés. Les degrés se suivent dans une logique progressive assez remarquable. Chaque degré prépare le suivant tout en résumant les précédents. Le système est regroupé en trois parties comme suit:

Les degrés de St Jean
I Apprenti
II Compagnon
III Maître Maçon

Les degrés de St André Ecossais
IV-V Apprenti-compagnon de St André
V Maître de St André

Les degrés du Chapitre
VII Haut illustre frère
VIII Très haut illustre frère
IX Frère illuminé
X Frère haut illuminé

Au-dessus de ce système, pour les hauts officiers de l’Ordre
Frère très haut illuminé, Chevalier et commandeur de la Croix rouge R&K

En 1811, le roi Charles XIII créa l’Ordre Royal du Roi Carl XIII. C’est un ordre civil, toujours confié par le roi, uniquement destiné au maçon appartenant au R&K. Les membres sont limités à 33. Pourtant, ceci n’est pas un degré maçonnique.

La montée des grades ne se fait pas automatiquement. Un frère doit montrer une certaine assiduité et acquérir une compétence maçonnique.

Pendant la période 1774-1997, tous les Grands Maîtres furent membres de la Maison Royale de Suède, jusqu’à la mort du Prince Bertil, Grand Maître depuis 1973. Le Roi Carl XVI Gustav est Grand Protecteur de l’Ordre Maçonnique en Suède. Depuis 2001, le docteur en Science Anders Fahlman est Grand Maître.

Le palais Bååt à Stockholm, un somptueux édifice baroque de 1666, fut transformé et agrandi en 1874-77 pour devenir Le Temple Maçonnique de l’Ordre des Francs-maçons suédois.

Organisation actuelle
Aujourd’hui, il y a 43 loges de St Jean, 23 loges de St André, une Steward loge, sept Chapitres et une loge de recherche en Suède. On y trouve aussi 63 associations fraternelles (des loges d’instruction) dans les petites villes. En Finlande, il y a sept loges de St Jean, deux loges de St André, une Steward loge et un Chapitre à Helsinki, puis deux associations fraternelles ; tous travaillant selon le rite suédois.

14 200 francs-maçons en Suède et 1000 en Finlande travaillent sous les auspices de l’Ordre des Francs-maçons suédois. Comme les loges sont peu nombreuses, il y a souvent beaucoup de membres dans une loge suédoise. Seules les personnes qui se définissent comme chrétiennes sont admis.

Le vénérable Maître d’une loge est normalement nommé pour six ans. Tous les officiers doivent impérativement descendre de leur chaire à l’age de 75 ans.

Le Rite Suédois est utilisé en Suède/Finlande, en Norvège, au Danemark et en Islande. Un rite, basé sur des documents du Carl Friedrich Eckleff de 1760, est pratiqué en Allemagne dans la Grosse Landesloge der Freimaurer von Deutschland. Aujourd’hui ce rite ne présent guère ressemblance au Rite Suédois.

Svenska Frimurare Orden
Nybrokajen 7, SE-111 48 Stockholm, la Suède
Grand secrétaire: tél +46 8 463 37 06
Mél: info@frimurarorden.se Site internet: www.frimurarorden.se
Grand temple maçonnique: Blasieholmsgatan 6, Stockholm

 

suede.jpg

Atelier Ecrire Ensemble c&#... |
Au fil des mots. |
Spiralée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Attala Blog
| jepensedoncjesuis13
| Les chroniques d'Astéria